Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

2. L'introduction des nouvelles technologies dans le système éducatif

L'équipement informatique et les infrastructures de communication des établissements doivent aujourd'hui être appréhendés dans la perspective ouverte par la finalisation, dans chaque académie depuis la mi-juillet 1998, d'un plan triennal de développement des technologies d'information et de communication dans l'enseignement (TICE), visant à en généraliser les usages dans tous les établissements et tous les niveaux d'enseignement.

Les chiffres globaux qui permettent d'évaluer le niveau moyen des équipements des établissements en micro-ordinateurs ne rendent pas compte des disparités importantes qui subsistent entre les académies et que les plans ont justement pour fonction de réduire ; ils indiquent pourtant le sens du mouvement.


Ainsi, en mai 1997, on pouvait globalement estimer que les situations suivantes étaient atteintes : 1 micro-ordinateur pour 12 élèves dans les lycées d'enseignement général et technologique, 1 pour 8 dans les lycées professionnels, 1 pour 26 dans les collèges, un peu plus d'un micro-ordinateur par école élémentaire et de l'ordre de un micro pour 4 écoles maternelles. Il faut toutefois noter que seulement le tiers environ de ce parc important est constitué de matériel récent.

En matière de raccordement à Internet, 80 % des établissements scolaires disposent d'une connexion.

L'objectif fixé par le ministre, pour la fin de l'an 2000, de permettre à chaque élève, chaque enseignant et chaque classe d'accéder, dans un cadre pédagogique, aux usages des technologies de l'information et de la communication, nécessite donc de réaliser une mise en réseau généralisée, interne et externe des établissements.

Pour la fin de l'année 1999, on peut estimer que la quasi-totalité des lycées et collèges disposera d'un raccordement à Internet. L'effort pour les années à venir consistera principalement à compléter l'équipement des établissements et à réaliser leur mise en réseau interne.

La connexion à Internet des écoles primaires sera plus longue à réaliser et inégale sur le territoire. On peut penser que la plus grande partie des écoles situées dans des zones câblées et environ 30 % des écoles situées hors zones câblées disposeront d'un accès à Internet avant la fin de l'année 1999 ou peu après, soit environ 25.000 écoles, représentant 50 % du total.

La mise en place des équipements et des infrastructures est supportée par les collectivités locales, conformément à leurs attributions en matière scolaire. Toutefois, pour faciliter leur effort en préservant les conditions d'égal accès de tous les élèves à l'usage des technologies d'information et de communication et notamment l'accès à Internet, l'Etat a pris un certain nombre de dispositions. Un fonds de soutien aux collectivités locales a été mobilisé par le Gouvernement. Ce fonds de 500 millions de francs, géré par la caisse des dépôts et consignations, a pour finalité de soutenir l'effort d'équipement informatique des collectivités locales au bénéfice des établissements scolaires et des écoles. Il permettra d'accorder aux collectivités, dès 1999, des prêts à taux zéro, afin de réaliser des travaux de câblage et de mise en réseau interne dans les établissements, dans le respect de la qualité pédagogique des projets et en tenant compte du caractère sensible ou de la localisation en zone rurale des établissements et des écoles concernées ainsi que de la situation financière de la collectivité locale (les modalités de la mise en oeuvre du fonds ont été précisées par la circulaire n° 98-133 du 22 juin 1998).

L'Etat apporte, quant à lui, sa contribution et son soutien de plusieurs façons :

- en négociant avec de grandes entreprises de l'informatique et des télécommunications pour qu'elles offrent aux collectivités de meilleures conditions financières et techniques pour l'accès à Internet ou l'acquisition de matériels et de logiciels ;

- en fournissant un effort financier dans ses propres domaines de compétence, soit près de 75 millions de francs en 1998 pour le soutien aux innovations et projets pédagogiques des équipes (40 millions de francs), le premier équipement des lycées et collèges (30 millions de francs) et le réseau d'interconnexion RENATER (3,85 millions). Le projet de budget pour 1999 prévoit près de 140 millions de francs pour la poursuite du plan, soit 65 millions de francs dans le cadre du soutien aux innovations et projets pédagogiques (35 millions de francs pour le premier degré et 30 millions de francs pour le second degré), 72 millions de francs pour le premier équipement des lycées et collèges et 5,4 millions de francs pour le réseau Renater.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli