Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

C. AMÉLIORER LA FORMATION

La réforme des études d'architecture est un sujet crucial pour l'avenir de la profession : tous les interlocuteurs qu'a rencontrés votre rapporteur sont unanimes sur la nécessité de poursuivre un effort déjà sérieusement amorcé depuis plusieurs années pour dispenser aux étudiants une formation garantissant une compétence de haut niveau.

Il conviendra de mettre à profit la réforme rendue nécessaire par l'harmonisation avec le système européen LMD, pour rendre l'enseignement de l'architecture plus exigeant, pour l'ouvrir davantage à la diversité des métiers, et pour accentuer sa dimension pratique grâce au recours à des périodes de formation complémentaire professionnalisante.

1. L'organisation actuelle des études d'architecture

Les études conduisant au diplôme d'architecte diplômé par le Gouvernement (DPLG) sont actuellement organisées dans vingt écoles d'architecture placées sous la tutelle du ministère de la culture et de la communication. Six de ces écoles sont situées en Ile-de-France, les quatorze autres sont implantées dans différentes régions.

Deux autres écoles délivrent également des diplômes d'architecte permettant d'exercer dans les mêmes conditions :

- l'Institut national des sciences appliquées (INSA), l'ancienne Ecole nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg, qui est placé sous la tutelle du ministère chargé de l'enseignement supérieur ;

- l'Ecole spéciale d'architecture (ESA), qui est une école privée.

En 2000, les DPLG ont représenté 96 % des diplômés en architecture, contre 3 % pour les diplômés de l'ESA et 1 % pour ceux de l'INSA.

Les études d'architecture sont organisées en trois cycles de deux ans : à la fin du 1er et du 2nd cycle, les écoles délivrent des diplômes nationaux d'enseignement supérieur, aux niveaux DEUG et maîtrise. Le diplôme de 2nd cycle permet l'accès aux formations de 3e cycle, qui conduisent au diplôme d'architecte DPLG. Ce diplôme d'Etat vaut actuellement licence d'exercice et permet l'inscription aux tableaux des conseils régionaux de l'Ordre des architectes.

Le diplôme du 2nd cycle ouvre aussi la possibilité de poursuivre un DESS offrant une spécialisation dans le domaine de l'architecture, de la ville, de la réhabilitation, de l'ingénierie architecturale, de l'archéologie. Il permet également de s'orienter, dans les mêmes disciplines, vers la recherche au sein d'une école doctorale.

La dernière réforme des études d'architecture conduite en 1997 s'était déjà attachée à améliorer la formation des architectes pour répondre aux nouvelles exigences de l'exercice de la profession. Tout en structurant la formation autour d'un tronc commun centré sur l'enseignement du projet architectural, elle a voulu prendre en compte l'élargissement du champ de la pratique professionnelle en cherchant à préparer les futurs architectes non seulement à projeter et construire un bâtiment, mais aussi à concevoir un ensemble urbain, à assurer la maîtrise d'oeuvre urbaine, et à exercer des fonctions de conseil et d'assistance à la maîtrise d'ouvrage. Elle s'est également efforcée de renforcer les savoirs des étudiants en matière de techniques de construction.

La réforme de 1997 s'est en outre attachée à renforcer la formation pratique des étudiants en rendant obligatoire, au cours du troisième cycle, un stage d'une durée d'un semestre à temps plein, ou d'une année à temps partiel. Ce stage, effectué en dehors du contexte scolaire, doit permettre à l'étudiant de confronter ses connaissances théoriques à une situation concrète et professionnelle de conception ou de production architecturale et urbaine.

    retour sommaire suite