Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

II. LA PRÉSENCE ÉCONOMIQUE GRANDISSANTE DE LA FRANCE EN AUSTRALIE

Bien que nos échanges avec l'Australie se soldent par un important excédent, les chiffres en sont encore relativement médiocres et nous situent derrière les autres grands pays industriels.

Cependant, le phénomène constaté les années précédentes d'installation en Australie, par rachat ou prise de participations, de sociétés françaises s'est amplifié. C'est ainsi que si nous ne sommes que le 14ème partenaire commercial de l'Australie, nous nous situons au 7ème rang pour le stock des investissements directs.

Avec 3 % des investissements étrangers en Australie, la France est au 4ème rang des pays de l'Union (derrière le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Allemagne). Toutefois, ce chiffre minore notre présence par le jeu de la délocalisation du siège social de certaines de nos entreprises (comme Alcatel et Alstom) et ne tient pas compte de la visibilité de nos sociétés (Axa, Accor, Péchiney...).

A. DES ÉCHANGES COMMERCIAUX ENCORE MODESTES

1. La France, 13ème fournisseur de l'Australie

La France est le 13ème fournisseur de l'Australie, l'Australie étant le 36ème client de la France (0,4 % des exportations françaises).

La France y détient 2,2 % de parts de marché (Etats-Unis : 22,3 % ; Japon : 13,7 % ; Chine : 6,0 % ; Allemagne : 6,0 % ; Royaume-Uni : 6,0 %). A titre de comparaison, la France vend plus en Australie qu'au Mexique ou en Russie.

Les ventes françaises sont constituées pour 60 % par des biens d'équipement ou des produits pour l'industrie.

Les principaux produits vendus en Australie étaient en 1998 les produits pharmaceutiques (425 MF), les produits cosmétiques (375 MF), les produits de chimie organique (303 MF), le matériel de TP (289 MF), les boissons alcoolisées (264 MF), les machines spécialisées (247 MF), le papier (229 MF), le matériel électrique basse tension (227 MF), les automobiles (172 MF) et le matériel électronique professionnel (166 MF).

La France est le 24ème client de l'Australie, l'Australie étant le 40ème fournisseur de la France (0,3 % des importations françaises).

La France représente 1,0 % des ventes australiennes (Japon : 19,6 % ; Etats-Unis : 9,5 % ; Corée : 6,9 % ; Nouvelle-Zélande : 6,4 % ; Royaume-Uni : 5,3 %).



Principales exportations françaises

Principales importations françaises

- Biens intermédiaires (38 %)

- Biens intermédiaires (33 %)

- Biens d'équipement (30 %)

- Produits agro-alimentaires (31 %)

- Biens de consommation (19 %)

- Energie et divers (22 %)

- Produits agro-alimentaires (7 %)

- Biens d'équipement (11 %)

- Industrie automobile (5 %)

- Biens de consommation (2 %)

- Energie et divers (1 %)

- Industrie automobile (1 %)

Les principaux produits achetés étaient en 1998 la laine (947 MF), la houille (819 MF), le minerai de fer (671 MF), les métaux non ferreux (224 MF), les produits aéronautiques (176 MF), les peaux (158 MF), les minerais métalliques (143 MF), la viande (139 MF), les produits nucléaires (125 MF) et les produits pharmaceutiques (90 MF).

2. Un excédent commercial structurel

La France enregistre traditionnellement un excédent commercial d'environ 3 milliards de francs avec l'Australie.

L'Australie était en 1998 le 18ème excédent commercial français et la France le 6ème déficit commercial australien (derrière les Etats-Unis, l'Allemagne, la Chine, l'Indonésie et la Suède).


ÉCHANGES COMMERCIAUX FRANCO-AUSTRALIENS

En Mds FF

1996

1997

1998

1999*

Exportations françaises

7,1

7,7

7,3

6,5

Importations françaises

3,9

5,0

4,6

3,4

Solde

+ 3,2

+ 2,7

2,7

+ 3,5

* 10 premiers mois de 1999

En 1998, la balance des transactions courantes franco-australiennes affichait un excédent de 3,3 milliards de francs qui se décompose comme suit :



- Echange de biens

+ 3.208 MF

- Echange de services

- 1.106 MF

- Transfert de revenus

+ 1.220 MF

Total

+ 3.314 MF

Le déficit de la balance des services est dû au transport maritime
(- 228 MF), au transport aérien (- 132 MF) et, surtout, aux services commerciaux apportés aux exportateurs (- 870 MF). L'excédent de la balance des revenus est lié pour sa part aux revenus des investissements transfrontaliers (+ 1.214 MF).

Retour Sommaire Suite