Allez au contenu, Allez à la navigation



Islande : développement économique et protection de l'environnement, une symbiose réussie

 

III. L'ISLANDE : UN LABORATOIRE POUR L'ÉNERGIE DU FUTUR

De tous les aspects entrevus par la délégation sénatoriale, c'est certainement la dimension énergétique de ce pays qui est apparue comme la plus remarquable. L'Islande s'est donné pour objectif, à l'horizon 2050, de devenir le premier pays au monde totalement indépendant des ressources fossiles et polluantes.

Alors qu'en Europe les débats sur l'approvisionnement énergétique s'intensifient, l'Islande apparaît comme un pays précurseur. Plus de 70 % de sa consommation d'énergie proviennent de ses ressources énergétiques hydroélectriques et géothermiques. Ce chiffre constitue le meilleur pourcentage au monde pour la consommation d'énergie d'origine renouvelable et non polluante.

L'Islande a saisi l'opportunité offerte par l'abondance de ses ressources naturelles pour devenir pionnière dans la recherche et la production d'énergies renouvelables.

A l'heure où l'énergie devient un enjeu majeur dans les relations internationales, l'Islande pourrait ainsi tirer son épingle du jeu et devenir un partenaire incontournable.

A. HYDROÉLECTRICITÉ ET GÉOTHERMIE : DEUX ÉNERGIES AU COEUR DE LA RÉUSSITE ISLANDAISE

Les ressources énergétiques de l'Islande proviennent de deux sources naturelles principales : les précipitations pour l'hydroélectricité et les sources chaudes liées à l'activité volcanique pour la géothermie. Celles-ci ont commencé à être utilisées au milieu du XXème siècle et ont largement contribué au développement économique du pays.

1. Une demande énergétique forte

a) Principe et développement des énergies hydroélectrique et géothermique:

? Hydroélectricité

Les premières centrales ont été construites après la Seconde guerre mondiale afin d'alimenter en électricité les usines issues des grands programmes industriels.

Dans la décennie suivante, la construction de l'usine d'aluminium Alusuisse à Straumvik (propriété du groupe Alcan depuis 2000) a permis le développement de l'hydroélectricité en Islande. D'une capacité de production de 60.000 tonnes d'aluminium par an, cette usine a nécessité à elle seule la création d'une nouvelle centrale hydroélectrique en 1965. Par la suite, le développement du secteur industriel a stimulé le développement de ce type d'énergie.

? Géothermie

La géothermie désigne l'énergie géothermique issue de l'énergie de la Terre qui est convertie en chaleur ou en électricité. Il existe un flux géothermique naturel à la surface du globe mais il est trop faible pour être directement capté. C'est pourquoi on exploite la chaleur accumulée dans certaines parties du sol en réalisant des forages plus ou moins profonds, selon la température désirée ou la gradience thermique locale.

Les premières expérimentations ont eu lieu au début du XXème siècle, mais il faut attendre les années 30 pour que cette ressource soit utilisée pour le chauffage urbain. Des tuyaux captent puis transportent la vapeur d'eau depuis les sources d'eau chaude naturelle jusqu'aux espaces habitables. En 1970, 43 % des habitations étaient chauffées grâce à cette énergie. En 2005, ce chiffre était de 89%. Sur cette même période, l'utilisation des combustibles fossiles comme moyen de chauffage est passée de 50 % à 1 %.

Les conduites d'eau chaude qui alimentent l'Islande ponctuent ses paysages.

b) Les principaux secteurs énergétivores

Les Islandais sont les plus grands consommateurs d'énergie au monde. Leur consommation se répartit en grands secteurs:

- Secteur industriel :

En 2005, 62 % de la production d'électricité, qu'elle soit d'origine hydroélectrique (80,9 %) ou géothermique (19,1 %), est utilisée pour les besoins des industries de production à haute intensité énergétique. Parmi celles-ci, l'industrie de l'aluminium est la plus importante puisqu'elle absorbe à elle seule 48 % de la production d'électricité. La production de ferrosilicone vient en seconde position et nécessite environ 11,5 % du total de l'électricité produite.

- Chauffage :

L'énergie géothermique est principalement utilisée pour le chauffage (60 % en 2005). Rappelons que 89 % des constructions en Islande sont chauffées par ce biais, quand seulement 10 % le sont par l'électricité et 1 % par le fuel.

- Production d'électricité :

En 2006, 1/5 ème de l'énergie géothermique était consacré à la production d'électricité.

- Divers :

1/5 ème de l'énergie géothermique est utilisé pour le chauffage des serres de cultures, la pisciculture, le déneigement des routes et des trottoirs en hiver (système de chauffage installé sous la voirie en vigueur depuis environ deux décennies) et les activités de loisirs (sur les 160 piscines islandaises, 130 sont chauffées par la géothermie).

Enfin, 38% de l'électricité produite a un usage varié : secteur de l'industrie autre que celui à forte demande énergétique, agriculture, secteur public (écoles et complexes sportifs) et la consommation des ménages.

2. Une consommation énergétique croissante

Si l'Islande est énergétivore, la part des énergies renouvelables domestiques est aussi la plus élevée de la planète (71 %). Les 29 % restants sont totalement importés et se répartissent de la façon suivante : pétrole (26 %), et charbon (3 %).

Le développement des activités industrielles, notamment dans le secteur de l'aluminium, est la principale raison de l'augmentation de la demande d'énergie.

Ainsi, la construction d'une nouvelle centrale a été décidée afin d'alimenter en électricité l'usine d'aluminium à Reydarfjördur, dans l'est de l'Islande. Celle-ci sera la première en Islande par sa capacité de production (690 MW). La centrale et l'usine devraient commencer à fonctionner dans le courant de l'année 2007.

La construction d'une autre usine, dans le nord du pays, à Husavik, est également à l'étude pour 2010. Pour fonctionner, celle-ci serait alimentée par les ressources géothermiques locales.

L'exploitation de l'énergie géothermique est également en plein essor. Ainsi, en 2005, la compagnie Reykjavik Energy a terminé l'extension d'une de ses usines géothermiques, à Nesjavellir, dans la région de la capitale. Une autre usine vient d'entrer en service en décembre 2006 dans le sud de l'Islande, à Hellisheidi. D'une capacité initiale de 80 MW, il est déjà prévu que celle-ci soit portée à 190 MW en 2008.

Selon des estimations, ces aménagements des parcs hydroélectriques et géothermiques islandais permettront d'augmenter la production d'électricité de 70 % entre 2005 et 2007/2008 (8,7 TWh en 2005 - 14,6 TWh en 2008).

Utilisant cette nouvelle manne d'électricité, le secteur industriel de l'aluminium pourrait donc lui aussi augmenter sa production, de 275.000 tonnes en 2005 à 726.000 en 2008, selon les estimations. A terme, le pourcentage de la production d'électricité utilisé par l'industrie de production à haute intensité énergétique pourrait passer de 62 % en 2005 puis à 80 % en 2009.

3. Une consommation encadrée

a) Une mesure précise de la capacité d'exploitation et de production

Les ressources énergétiques de l'Islande sont immenses mais non infinies. C'est pourquoi, les pouvoirs publics veillent à ce que la production et l'utilisation des énergies soient le plus rationnelles possibles.

Afin d'optimiser l'utilisation des réserves énergétiques, les scientifiques en mesurent précisément les potentialités d'exploitation. Trois critères sont retenus : la faisabilité technique de l'exploitation, les coût financier et environnemental.

En les combinant, les experts ont pu évaluer le potentiel maximal de production d'électricité d'origine hydroélectrique à 30 TWh par an, et à 20 TWh par an d'origine géothermale. Le potentiel total de production annuelle d'électricité serait donc de 50 TWh.

b) Optimisation de la production énergétique

Des programmes de recherches ont été lancés afin d'optimiser la capacité de production électrique tout en protégeant l'environnement. Dans cet objectif, le gouvernement a lancé en 1999 un « Programme Cadre pour l'Utilisation des Ressources Energétiques Hydroélectrique et Géothermique » (Framework Programme for Utilization of Hydro and Geothermal Energy Resources).

En 2003, à l'issue de la première phase du programme, 19 projets de construction de centrales hydroélectriques et 24 projets de construction de centrales géothermiques ont été proposés. Une seconde phase d'étude est en cours depuis 2004 dont les résultats sont attendus pour 2009.

c) Le forage en grande profondeur

IDDP (Iceland Deep Drilling Project) est un consortium énergétique islandais établi en 2000 dont l' objectif est d'optimiser la production d'énergie d'origine géothermale en développant la technologie des forages en grande profondeur.

Ce principe consiste à utiliser les fluides supercritiques pour produire de l'énergie électrique dans un contexte géothermal à haute température. A terme, une augmentation d'un facteur dix de la production électrique de chaque puits est attendue.

En Islande, cela nécessite le forage de plusieurs puits de plus de 4 kilomètres de profondeur pour atteindre des températures supérieures à 450 °C (235 °C dans les puits habituels).

Avec ce projet, l'Islande souhaite s'engager sur le chemin de l'indépendance énergétique. A l'aube du XXIème siècle, l'Islande se pose en véritable modèle dans le domaine des énergies renouvelables.