Allez au contenu, Allez à la navigation



France-Corée du Sud : quel partenariat global à l'heure de la mondialisation ?

 

B. LA REPRÉSENTATION DES CORÉENS DE L'ÉTRANGER : UNE EXPERTISE FRANÇAISE

Selon les statistiques du gouvernement sud-coréen, plus de 5 millions de Coréens résident à l'étranger11(*). En 2009, le Parlement sud-coréen, le Gukhoe, a rétabli le droit de vote pour ses citoyens établis en dehors de la péninsule coréenne, suite notamment à un arrêt de la Cour constitutionnelle coréenne rendu en 2008. Ce droit avait été suspendu en 1972. Au total, quelque 2,8 millions de Coréens pourraient voter pour les élections générales et présidentielles, prévues en 2012.

De nombreuses questions - tant politiques que techniques - se posent, notamment les élections auxquelles participeront les Coréens de l'étranger, l'établissement des listes électorales, la localisation des bureaux et les modalités de vote (y compris la question du vote électronique et du vote par correspondance), l'organisation de la campagne électorale.

Ces sujets ne sont pas nouveaux pour le Sénat, où les Français de l'étranger sont représentés par des sénateurs depuis 1946. Aujourd'hui au nombre de douze, les sénateurs des Français établis hors de France sont élus par les conseillers de l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE), eux-mêmes élus au suffrage universel direct par les Français établis hors de France. Il n'existe pas, à ce jour, de structure comparable à l'AFE en Corée du Sud : le Comité pour les Coréens vivant à l'étranger inclut le Premier ministre et est composé de 15 hauts représentants de l'Etat, dont plusieurs membres du gouvernement.

Si la révision constitutionnelle de juillet 2008 a prévu, à compter de 2012, l'élection également de députés des Français de l'étranger, le Sénat dispose sur ces questions d'une expérience de plus de soixante ans qu'il pourrait mettre à la disposition de ses collègues sud-coréens, comme l'a suggéré lors de son déplacement la délégation du groupe interparlementaire d'amitié.

C. LA DÉNATALITÉ EN CORÉE DU SUD ET L'EXPÉRIENCE FRANÇAISE

La Corée du Sud compte aujourd'hui le plus faible taux de fécondité au monde12(*) : entre 1970 et 2008, celui-ci est tombé de 4,53 à 1,19 enfant(s) par femme. Si ces tendances se poursuivent, la population sud-coréenne ne s'élèverait plus qu'à 50.000 personnes en 2305.

La dénatalité a donné lieu à une prise de conscience en Corée du Sud13(*), en l'absence d'un système complet de protection sociale, alors que des investissements très élevés sont consacrés par les familles à la garde puis à l'éducation de leurs enfants : selon l'Institut coréen de la santé, ces dépenses auraient représenté 7,5 % du budget des ménages en 2008.

Cette évolution tient aussi à un recul de l'âge du mariage14(*) et aux changements sociaux. Lors de sa visite en Corée, votre président a ainsi rencontré Ida Daussy, Française devenue une des célébrités du petit écran à Séoul et ancienne lauréate du concours Femmes 3000, qui a souligné le début d'une révolution des moeurs et d'une plus grande émancipation des femmes au pays du Matin calme.

Dans ce contexte, l'expérience française - où l'indice synthétique de fécondité est aujourd'hui l'un des plus élevés d'Europe, après avoir été l'un des plus bas - suscite un intérêt tout particulier. L'augmentation des primes à la naissance, la mise en place d'allocations familiales, la création de crèches publiques ou encore la prise en charge des frais de scolarité constituent des sujets de débats et de partage d'expériences, pouvant donner lieu à une coopération interparlementaire fructueuse entre le Sénat français et le Parlement sud-coréen.

* 11 Ce chiffre se base davantage sur un critère d'appartenance culturelle que sur la nationalité, fondée en Corée sur le droit du sang.

* 12 Source : Sim Son-hye, « Corée du Sud : cherche enfants désespérément », in Courrier international, n° 962 (9-15 avril 2009), p. 27. Traduction d'un article du Weekly Chosun.

* 13 Une autre solution à la dépopulation serait l'accueil et l'intégration d'une communauté étrangère plus nombreuse. Aujourd'hui, celle-ci est formée notamment de travailleurs philippins et originaires du sous-continent indien. Des débats actuels portent sur la possibilité d'acquérir la nationalité coréenne pour des non-Coréens

* 14 L'âge moyen du mariage chez les femmes est passé de 25,5 ans en 1990 à 27,7 ans en 2007.