Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

"Dans ce contexte de rupture, la politique de relance doit être co-écrite avec les régions" affirme François Bonneau, président délégué de Régions de France à la délégation aux entreprises du Sénat


Mardi 19 mai 2020

Pour Élisabeth Lamure (LR-Rhône), Présidente de la délégation aux entreprises du Sénat "les régions ont un rôle essentiel à jouer dans la sortie de crise pour les entreprises, mais en ont-elles les moyens financiers et juridiques ? ".

Auditionné hier par la délégation, François Bonneau, président délégué de Régions de France et président de la région Centre-Val de Loire, a estimé que si le niveau des outils de gestion de la crise avait connu de bonnes avancées, en revanche "on esquisse seulement les discussions avec l’État sur le plan de relance".

Les régions proposent un "New deal industriel et environnemental", avec une nouvelle politique industrielle. Mais pour les présidents de région, il existe un préalable : discuter avec l’État d’une compensation de la forte baisse de leurs recettes et leur consolidation en 2020 et 2021, faute de quoi leurs investissements baisseraient de moitié. Pour Élisabeth Lamure, "une telle situation serait dramatique car la relance passera aussi, et même beaucoup, par la commande publique, en particulier par l’investissement des collectivités locales".

Afin d’éviter la prédation d’entreprises françaises par des entreprises étrangères, "il faut construire avec l’État un cadre juridique permettant une capacité d’intervention. Et avec la crise, les attentes des entreprises portent aussi sur le portage des bâtiments", a affirmé François Bonneau. La dimension régionalisée de BPIfrance doit par ailleurs être renforcée.

Les questions évoquées avec les sénateurs ont porté sur de nombreux autres sujets, comme :

  • la relocalisation de productions, qu’il s’agisse de produits pharmaceutiques ou de voitures, "nécessite une vraie chaîne de relocalisation, intégrant la R&D et la formation, ainsi qu’une affirmation politique au plan national et européen". Pour François Bonneau, "il est plus que temps qu’il y ait une prise de conscience collective en Europe. Il ne peut pas y avoir de développement économique national sans passer par l’Europe et il serait illusoire qu’un État membre fasse cavalier seul" ;
  • l’acceptabilité sociale du traitement et du financement de cette crise de rupture, en particulier pour les jeunes générations: "il faut reposer les fondamentaux d’un nouveau modèle économique intégrant davantage une profonde transformation environnementale et numérique, un rééquilibrage entre territoires de production et territoires de vie" ;
  • l’économie sociale et solidaire, très impactée par la crise, est une des priorités des régions : "elle doit être fortement soutenue dans le cadre du plan de relance".

Le président délégué de Régions de France a par ailleurs été critique sur la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Il a partagé l’inquiétude des sénateurs à cet égard, les régions n’ayant plus la même responsabilité ni capacité d’intervention dans ce domaine.

Quant à la réforme de l’orientation des élèves, évoquée par Michel Canevet (UC-Finistère), co-rapporteur avec Guy-Dominique Kennel (LR-Bas-Rhin) de la mission d’information de la délégation aux entreprises relative aux "difficultés de recrutement dans un contexte de forte évolution des métiers", "elle n’est que partielle car elle ne traite qu’un petit périmètre de l’orientation : celui de l’information sur les métiers". Quid de la prospective sur l’emploi et de l’articulation entre orientation-formation-insertion professionnelle, dans le contexte actuel qui les rend encore plus nécessaires ?

En conclusion, pour Élisabeth Lamure, "les régions se sont remarquablement mobilisées dans la gestion à la fois sanitaire et économique de la crise, alors même que cela ne relevait pas directement de leur champ de compétence. L’État doit maintenant leur donner les moyens de participer pleinement à la conception et à la gestion du plan de relance. La décentralisation est plus que jamais d’actualité !".

 

Pour aller plus loin :
Le compte rendu de l'audition de François Bonneau, président délégué de Régions de France et président de la région Centre-Val de Loire, lundi 18 mai à 17h00, sera mis en ligne en fin de semaine.

 

L'activité du Sénat se déroule dans le strict respect des conditions sanitaires dictées
par la nécessité d'enrayer la pandémie du COVID-19.

Contact(s) presse :