Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

À Calais, la commission des lois du Sénat constate la tension continue à laquelle sont soumis les services de l’Etat et la population face au flux continu d’immigration illégale à destination du Royaume-Uni


Vendredi 7 mai 2021

 

Le 6 mai, une délégation de la commission des lois du Sénat conduite par son président, François‑Noël Buffet (Les Républicains – Rhône), s’est rendue à Calais pour constater la situation difficile de ce territoire et la réponse de l’État face au flux d’immigration illégale à destination du Royaume-Uni.

Lieu de passage et dernière étape d’un long périple pour des migrants venus d’Afrique ou d’Asie, dont la seule aspiration est de gagner le territoire britannique sans rechercher une implantation durable en France, l’agglomération de Calais subit durement les conséquences de ce flux permanent. Si le démantèlement de la "jungle de Calais" en 2016 a amélioré la situation, avec une présence permanente de moins de 800 à 1 000 migrants contre plus de 8 000 à l’époque, ce nombre demeure particulièrement élevé et suscite un climat d’insécurité et des coûts liés aux nécessités de sécurisation dont souffrent le tissu économique local et la population.

Face à cette situation, la commission des lois relève la mobilisation constante des services de l’État, l’importance des moyens alloués et des effectifs des forces de sécurité intérieure présents sur zone. Cette action se double d’une prise en charge humanitaire adaptée, issue d’un partenariat opérationnel entre l’État et le monde associatif.

L’évolution incessante des stratégies de traversée de la Manche, avec au cours des deux dernières années le recours accru aux embarcations de fortune ou "small boats" plutôt que des intrusions dans le terminal portuaire ou le terminal d’Eurotunnel, et les incertitudes réglementaires liées au Brexit, posent de nouveaux défis et appellent constamment la mobilisation de nouveaux moyens.

Le démantèlement des filières de passeurs, marchands de la misère humaine, doit demeurer une priorité et être renforcé pour agir en amont du problème. La judiciarisation de ces cas et des infractions commises à Calais et ses environs doit être à la hauteur du trouble causé à l’ordre public.

Cette action de fond doit permettre à ce territoire de ne plus subir les dégradations liées aux tentatives de passage vers le Royaume-Uni et ainsi de conforter les nombreux projets de développement économique qui y voient le jour.

 

 

 

 

 

M. François-Noël Buffet (Les Républicains – Rhône) est président de la commission des lois.

La délégation était également composée de :

Mme Muriel Jourda (Les Républicains – Morbihan), M. Philippe Bonnecarrère (Groupe Union Centriste – Tarn), Mme Éliane Assassi (Groupe CRCE – Seine-Saint-Denis), Mme Esther Benbassa (Groupe Écologiste -Solidarité et Territoires – Paris), Mme Jacqueline Eustache-Brinio (Les Républicains – Val d’Oise), M. Jean‑Yves Leconte (Groupe Socialiste, Écologiste et Républicain – Français établis hors de France) et M. Thani Mohamed Soilihi (Groupe Rassemblement des démocrates, progressistes et indépendants – Mayotte)

 

 

L'activité du Sénat se déroule dans le strict respect des conditions sanitaires dictées par la nécessité d'enrayer la pandémie de COVID-19.

Contact(s) presse :