Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Violation du territoire souverain de l’Arménie par l’Azerbaïdjan

Pour M. Gilbert-Luc Devinaz, président du groupe d’amitié France-Arménie, l’escalade de la violence doit cesser immédiatement


Jeudi 15 septembre 2022

À la suite des événements survenus le 12 septembre 2022, M. Gilbert-Luc Devinaz (SER – Rhône), président du groupe d’amitié France-Arménie du Sénat, a estimé qu’un échelon a été franchi dans la gravité des violations du cessez-le-feu conclu le 9 novembre 2020 entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie : le territoire souverain de l’Arménie a été violé par les forces azerbaïdjanaises, causant des dizaines de morts de part et d’autre.

Pour le président du groupe d’amitié, « seul le multilatéralisme permettra de conduire les parties à s’entendre pour établir, sur des bases solides, la paix dans cette partie du Caucase, qui bénéficiera à l’ensemble des populations de cette grande et magnifique région ».

M. Gilbert-Luc Devinaz estime que le Groupe de Minsk chargé de la médiation dans ce conflit et qui accompagne l’Arménie et l’Azerbaïdjan depuis 1992 est incontournable pour parvenir à un règlement durable du conflit, accepté par les deux parties, et ce, malgré les difficultés actuelles de la coprésidence France- états-Unis-Russie.

Le processus de paix doit être accompagné par la communauté internationale. La France a saisi le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations-Unies, et l’Union européenne poursuit sa médiation.

Les populations des territoires frontaliers du Haut-Karabagh doivent pouvoir vivre chaque jour en toute sécurité et quiétude. Combien de vies seront encore sacrifiées avant que la raison prévale et la paix établie dans cette région ?

Une fois encore, une fois de plus, le Haut-Karabagh rappelle tragiquement à la communauté internationale la non-résolution de ce trop vieux conflit.

 

Contact(s) presse :