Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation scolaire des enfants précoces

11e législature

Question écrite n° 23470 de M. Xavier Darcos (Dordogne - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 16/03/2000 - page 918

M. Xavier Darcos attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie sur la difficile situation des enfants précoces au sein du système scolaire. Les enfants qui appréhendent les enseignements plus rapidement que leurs camarades s'adaptent très difficilement au système scolaire traditionnel, ce qui les met en situation d'échec. Si l'organisation actuelle des enseignements donne à chaque établissement une souplesse horaire destinée à la mise en oeuvre de démarches pédagogiques différenciées répondant aux besoins et aux intérêts des élèves, il s'avère néanmoins que ces démarches permettant de valoriser les aptitudes des élèves n'ont pas obtenu de résultats significatifs pour les enfants précoces. Dès lors, il lui demande quel est l'état de ses réflexions et de ses projets en vue d'une meilleure intégration de ces enfants dans notre système scolaire.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 28/12/2000 - page 4476

Réponse. - L'école a pour mission de favoriser la réussite scolaire et l'épanouissement harmonieux de tous les élèves et ne saurait se désintéresser de la situation des enfants intellectuellement précoces. Pour certains de ces enfants, l'organisation de l'école primaire en cycles pédagogiques pluriannuels peut apporter une réponse adaptée : elle permet en effet d'ajuster mieux le rythme de scolarité aux possibilités des élèves, puisque certains peuvent accomplir le cycle des apprentissages fondamentaux ou celui des approfondissements en deux ans au lieu de trois ou quatre. Les équipes pédagogiques seront incitées à utiliser plus largement cette réponse pédagogique. Néanmoins, ces aménagements peuvent ne pas suffire, certaines des enfants intellectuellement précoces ne trouvant pas les stimulations qui combleraient leur curiosité ou correspondraient à leur niveau de développement cognitif. Une réflexion est en cours sur les conditions dans lesquelles d'autres aménagements de la scolarité pourraient être mis en uvre sur la base de quelques expériences déjà tentées en collège. Les innovations dans la prise en charge de ces enfants seront encouragées, et les initiatives suivies et évaluées par le Conseil national de l'innovation pour la réussite scolaire. Dans la plupart des cas, les solutions spécifiques de scolarisation, qui ne pourraient être des solutions de proximité et supposeraient donc l'éloignement de la famille, semblent d'autant moins adaptées que les enfants sont jeunes et leur maturité affective pas nécessairement accordée à leur maturité intellectuelle.