Allez au contenu, Allez à la navigation

Dépistage systématique du cancer colorectal

11e législature

Question écrite n° 23531 de M. Jean-Pierre Demerliat (Haute-Vienne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/03/2000 - page 929

M. Jean-Pierre Demerliat attire l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale sur le report à une date inconnue, dans le cadre du plan cancer présenté le 1er février 2000 par la secrétaire d'Etat, du dépistage systématique du cancer colorectal. En effet, le cancer colorectal et le cancer du sein sont cause de trop nombreux décès. Or, comme le souligne l'Association nationale pour le dépistage du cancer colorectal, les connaissances scientifiques démontrent que ce cancer est dépistable. La mise en place d'un examen systématique permettrait de faire diminuer la mortalité due à cette maladie et se situerait dans l'effort général de rattrapage du retard accumulé par la France en matière de dépistage et de prévention des cancers. Il souhaite donc savoir si le Gouvernement entend rapidement systématiser un tel examen afin de lutter encore plus efficacement contre ce fléau que représente le cancer.



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 07/09/2000 - page 3100

Réponse. - Le cancer colorectal constitue un véritable enjeu de santé publique et le dépistage, permettant un diagnostic précoce, doit permettre d'en diminuer la mortalité. Il s'agit d'une priorité du plan gouvernemental de lutte contre les cancers annoncés le 1er février 2000 par la secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés. Depuis deux ans, dans le domaine du dépistage, le Gouvernement a mis en place différentes mesures. Les dispositions adoptées dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 1999 permettent de définir les conditions d'un dépistage, en garantissant l'égal accès de tous sur l'ensemble du territoire, la qualité des actes réalisés dans ce cadre et leur gratuité. Deux décrets signés le 2 juin dernier suppriment la participation des assurés aux frais de dépistage réalisés dans ce cadre. Pour le dépistage du cancer colo-rectal, un groupe technique rattaché au directeur général de la santé, mis en place en 1999, a été chargé d'établir le cahier des charges de ce dépistage. Ce groupe a terminé son travail à la fin de 1999. Ses recommandations rejoignent le travail réalisé par la Société française de gastro-entérologie, qui a également remis ses propositions au Gouvernement au mois de mars 2000. Lors du dernier comité de suivi du plan national de lutte contre le cancer, le 30 mai 2000, en se fondant sur ces travaux, les prochaines étapes ont été définies avec les professionnels. Elles sont constituées par la mise en place de comités régionaux de pilotage du dépistage du cancer colo-rectal et de structures départementales de gestion permettant de suivre la réalisation du dépistage par test Hémocult II $RR, tous les deux ans, chez les personnes de 50 à 74 ans. Dès cette année, plusieurs départements vont s'engager dans cette démarche, ainsi que l'ensemble des professionnels, médecins généralistes, pharmaciens, médecins spécialistes.