Allez au contenu, Allez à la navigation

Eradication de la poliomyélite

11e législature

Question écrite n° 25335 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 18/05/2000 - page 1734

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre délégué à la coopération et à la francophonie sur l'information parue à la page 9 du numéro 64 (janvier, février, mars 2000) de la revue d'Handicap international selon laquelle l'Organisation mondiale de la santé " prévoyait l'éradication de la poliomyélite pour l'année 2000 " mais " aujourd'hui, le virus persiste. Les situations de handicap aussi ". Il lui demande quelle est à ce jour la participation de la France à l'éradication de cette maladie et à la prise en charge des victimes de la polio, et ce quelle sera en 2001 ?



Réponse du ministère : Coopération

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2000 - page 2812

Réponse. - L'éradication de la poliomyélite représente, après celle de la variole dans les années 1970, la plus grande initiative collective d'éradication d'une maladie qui ait été lancée à ce jour, au point que la plupart des pays actuellement en crise se sont aussi organisés pour vacciner leurs enfants. Ce fut le cas en 1999 pour la République démocratique du Congo (RDC), l'Angola, le Soudan, la Somalie et l'Afghanistan lors de journées spéciales de " tranquilité " initiées par les Nations unies. Tout ceci conduit l'OMS à se montrer confiante vis-à-vis de l'atteinte de l'objectif d'éradication qui est fixé à 2005. Le soutien de la France au programme d'éradication de la poliomyélite est constitué par notre soutien aux institutions multilatérales. Le ministère des affaires étrangères contribue aux activités développées par l'OMS dans le cadre du programme de recherche sur les vaccins à hauteur de 500 000 F par an. De plus, le ministère des affaires étrangères participie à hauteur de 8,2 MF, avec la communauté urbaine de Lyon, l'Institut Pasteur, l'Institut de veille sanitaire, la fondation Mérieux et l'OMS, à la mise en place d'un pôle de surveillance des maladies transmissibles à Lyon. La surveillance des cas de paralysie flasque fera partie des missions de cette nouvelle structure. Dans le cadre de la coopération bilatérale, le ministère des affaires étrangères apporte également un appui financier à des projets pays, axés sur le renforcement du Programme élargi de vaccination (PEV) mis en uvre par l'UNICEF, comme cela a été le cas au Bénin (1992-1998), et le sera bientôt en République démocratique du Congo grâce à un projet global concernant la surveillance et l'alerte vis-à-vis des épidémies. Concernant la prise en compte des séquelles de la poliomyélite, le ministère des affaires étrangères participe à des projets conduits par des ONG spécialisées (dont Handicap international) qui luttent contre les handicaps moteurs, et qui couvrent, à ce titre, ceux provoqués par la poliomyélite. Un projet d'un montant de 3 MF est actuellement consacré aux handicapés moteurs du Mozambique. Enfin, au travers du comité français de l'UNICEF, la France est le 3e contributeur de l'organisation, pour une somme annuelle de l'ordre de 200 MF.