Allez au contenu, Allez à la navigation

Développement des sciences du cerveau

11e législature

Question écrite n° 25573 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2000 - page 1834

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de la recherche sur le comité interministériel de la recherche scientifique et technologique II, qui confirme à la page 2 du relevé de ses conclusions datant du 1er juin 1999 que dès 1999 une série d'actions concernant les sciences du cerveau et de la cognition " feront l'objet d'un développement immédiat ". Il souhaiterait connaître les actions menées par le Gouvernement en 1999 et au cours des cinq premiers mois de l'an 2000 pour renforcer le développement de ces sciences. Quelles seront-elles au cours des sept prochains mois et en 2001 ?



Réponse du ministère : Recherche

publiée dans le JO Sénat du 03/08/2000 - page 2746

Réponse. - En janvier 1999, l'action concertée incitative (ACI) " Cognitique " a été lancée avec l'objectif d'impulser la recherche dans les sciences cognitives par le développement de collaborations entre, d'une part, les sciences humaines et sociales et, d'autre part, les neurosciences et les sciences pour l'ingénieur (informatique, robotique). Ce programme est dirigé par un chercheur assisté d'un conseil scientifique. Le budget de cette ACI alimenté par le Fonds national de la science s'élevait en 1999 à 25 millions de francs. Deux grands types d'actions ont été engagés. En premier lieu, des actions de soutien direct pour un montant total de 6 880 300 francs destinées à répondre aux demandes formulées par des équipes pour l'organisation de rencontres interdisciplinaires, en particulier un " école thématique " sur les techniques d'imagerie cérébrale pour les sciences cognitives, une " école d'été " sur le thème " médiation technique et cognition ", un atelier " géométrie et cognition " et un séminaire sur le thème " perception de l'espace en 3D ". Cette démarche s'est accompagnée du pilotage d'une action européenne sur le thème " invariants et variabilité dans les sciences de la cognition ", de l'organisation d'un séminaire intitulé " le risque de défaillance et son contrôle par les individus et les organisations " (en collaboration avec le programme " Risques " du CNRS), et d'un soutien accordé aux cinq réseaux régionaux d'Ile-de-France, Toulouse (" Prescot "), Rhône-Alpes, Grand Est et Sud pour leurs activités d'animation. Enfin, la diffusion et la valorisation des travaux français a fait l'objet d'une attention particulière, en coopération avec la Fondation des Maisons des sciences de l'homme. Le second volet du programme " Cognitique " s'est exprimé sous la forme d'un appel à propositions pour un montant de 18 119 000 francs. L'appel lancé au printemps 1999 a porté sur les deux thèmes suivants : " cognition spatiale " et " perturbations et récupération des fonctions cognitives chez le sujet normal et chez le sujet pathologique ". Cent soixante-dix réponses ont été adressées à la direction du programme. Soixante-quinze d'entre elles ont été sélectionnées après une expertise du Conseil scientifique qui a favorisé l'approche interdisciplinaire et le caractère innovant de la démarche. Par ailleurs, une aide ciblée pour la réalisation d'un projet innovant a été accordée à de jeunes chercheurs de moins de quarante ans et à vingt doctorants qui ont pu bénéficier d'une allocation de recherche. En 2000, le budget de l'ACI " Cognitique " s'est élevé à 33 millions de francs. Les actions entreprises en 1999 se poursuivent. Des rencontres interdisciplinaires autour de thèmes nouveaux continuent à être organisées et encouragées (par exemple un atelier sur " l'abstraction ", un colloque sur " les atouts et limites de l'imagerie cérébrale pour les sciences humaines et sociales ", des journées d'étude consacrées notamment à " l'anthropologie cognitive " et à " la linguistique cognitive "). Un nouvel appel à propositions a été lancé au printemps autour de l'axe " langage et cognition ". Le programme " Cognitique " est chargé en outre de piloter la constitution de réseaux de recherche sur trois thèmes particuliers : " croyances et cognition ", " art et cognition " et " nouvelles technologies et cognition ". Quatre-vingt-dix-neuf dossiers ont d'ores et déjà été reçus. Les propositions retenues feront l'objet d'un accompagnement spécifique du Conseil scientifique en vue de rechercher les partenariats nécessaires et d'en définir le cahier des charges. Depuis avril 2000, l'ACI comporte un volet " école et sciences cognitives ", consacré principalement aux recherches cognitives sur le développement de l'enfant, et à leurs interfaces avec les pédagogies innovantes. Dans ce cadre, un repérage des communautés impliquées dans les thèmes " technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement, et processus d'apprentissage ", " l'apprentissage des langues, maternelle et seconde " est actuellement opéré. Durant les sept prochains mois, les rencontres scientifiques prévues devraient aborder les sujets suivants : " la douleur : éclairages cognitifs ", " les changements dans les pratiques scientifiques induits par les nouveaux outils des sciences et techniques de l'information et de la communication ", " anthropologie de la cognition : mémoire, catégorisation, interlocution ", " les différences hommes-femmes à la lumière des sciences cognitives ". En 2001, l'ACI continuera à impulser les recherches en partenariat, en structurant et en consolidant les réseaux d'équipes sur les plans national et international.