Allez au contenu, Allez à la navigation

Conditions d'enseignement des langues anciennes

11e législature

Question écrite n° 26191 de M. Daniel Hoeffel (Bas-Rhin - UC)

publiée dans le JO Sénat du 22/06/2000 - page 2171

M. Daniel Hoeffel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la question des langues anciennes. Le latin et le grec ne sont pas théoriquement supprimés au collège, mais, dans la pratique, la demande des familles est découragée et l'ouverture des classes limitée. Une des mesures les plus controversées consiste à interdire aux élèves de bénéficier des points gagnés en latin ou en grec pour l'obtention du brevet, alors qu'un élève est naturellement porté à privilégier les matières susceptibles de lui rapporter des points lors d'un examen. Il est rappelé que les langues anciennes, comme la musique ou les mathématiques, permettent à l'élève d'acquérir un sens de la rigueur indéniable et une culture générale fondamentale. Il lui demande quelles mesures sont en préparation pour favoriser l'enseignement des langues anciennes, et si l'abrogation de ce texte controversé est envisagée.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 19/10/2000 - page 3573

Réponse. - Le ministre de l'éducation nationale est particulièrement conscient de l'importance de l'enseignement des langues anciennes pour la formation culturelle des élèves de collèges et de lycées. Il n'est donc pas dans ses intentions de limiter en quoi que ce soit la place de ces disciplines dans l'enseignement secondaire. Au collège, l'enseignement de la langue latine a été renforcé, depuis la rentrée 1996. Il est dispensé à raison de deux heures hebdomaires en cinquième et de trois heures hebdomadaires en quatrième et en troisième. L'enseignement du grec est dispensé depuis la rentrée 1998 à raison de trois heures hebdomaires en classe de troisième et peut être choisi par des élèves étudiant le latin. Ces deux langues ne sont donc plus en concurrence au niveau de la classe de quatrième, comme c'était le cas antérieurement. En lycée, le latin et le grec peuvent être commencés en classe de seconde. Ils peuvent être choisis soit au titre des enseignements de détermination, soit au titre des options facultatives. La série littéraire L constitue l'espace privilégié de développement des langues anciennes : le latin et le grec peuvent être choisis simultanément dans les enseignements obligatoires par les élèves qui souhaitent se doter d'un profil " lettres classiques ", profil sanctionné par des forts coefficients au baccalauréat. Dans toutes les autres séries générales, le latin et le grec peuvent être suivis au titre des options facultatives. L'augmentation du nombre d'options pouvant être choisies par les élèves (deux au maximum contre une précédemment) devrait contribuer au développement de l'étude de ces langues. Il n'existe pas de seuil national d'ouverture d'option de langue ancienne. Il appartient aux autorités académiques et aux chefs d'établissement de déterminer un seuil d'ouverture en fonction de la demande d'enseignement émanant des élèves ou de leurs parents, des impératifs de la carte scolaire et des moyens dont ils disposent. S'agissant de la prise en compte des langues anciennes au diplôme national du brevet, un projet d'arrêté, modifiant l'arrêté du 18 août 1999 relatif aux modalités d'attribution de ce diplôme, a été examiné le 29 mai 2000 par la Commission spécialisée des collèges et a été soumis le 30 juin 2000 au Conseil supérieur de l'éducation. Un arrêté permettant de prendre en compte pour l'attribution du diplôme à la session 2001 les points supérieurs à la moyenne dans l'un des enseignements optionnels facultatifs de latin, grec ou langue régionale pour les élèves de troisième à option LV2 et de deuxième langue vivante pour les élèves de troisième à option technologie sera prochainement publié.