Allez au contenu, Allez à la navigation

Mise en place des projets pluridisciplinaires à caractère professionnel, des travaux croisés et des travaux personnels

11e législature

Question écrite n° 27237 de M. Bernard Seillier (Aveyron - NI)

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2000 - page 2779

M. Bernard Seillier appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur les préoccupations des professeurs membres du SNACL-CSEN (Syndicat national des lycées et collèges, confédération syndicale de l'éducation nationale) concernant le décision de mettre en place les travaux personnels encadrés dans les lycées au 1er janvier 2001, les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel dans les lycées professionnels, et les travaux croisés dans les collèges. Alors qu'aucun bilan officiel n'a été fait de l'expérimentation pratiquée cette année dans certains établissements, il est question que cette mesure soit appliquée systématiquement entraînant de graves conséquences ; ces activités en effet donnent l'illusion de la nouveauté et de la facilité, destructurent le système d'acquisition des connaissances et entraînent un appauvrissement de leur contenu. Elles imposent aux élèves et professeurs un travail supplémentaire important, que ne compense pas la diminution de l'horaire disciplinaire de base, et nécessitent un renforcement des dotations en personnel de documentation et une augmentation des moyens matériels en locaux et en matériel coûteux. D'autres mesures préoccupent les professeurs telles que l'application des nouveaux horaires et programmes des lycées. C'est pourquoi il lui demande, compte tenu de l'importance de ces décisions pour l'enseignement secondaire public, s'il envisage de faire effectuer un bilan de l'expérimentation précitée, et de prendre le temps d'organiser la concertation et les négociations avec les parties concernées dont les syndicats de professeurs.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 22/03/2001 - page 1014

Réponse. - L'expérimentation des travaux personnels encadrés (TPE), menée en 1999-2000 dans une centaine d'établissements, a abouti à un premier bilan globalement positif. Les enseignants ont, en effet, apprécié de voir leurs élèves s'engager dans une méthode active qui leur permet d'appréhender les liens entre les différentes disciplines, construire de nouvelles compétences en acquérant davantage d'autonomie et s'investir dans un projet personnel qui débouche sur une production concrète. Les recteurs d'académie ont été destinataires de ce bilan que l'on trouve également à la rubrique : " Travaux personnels encadrés " du site eduSCOL (www.eduscol.education.fr) et sur certains sites académiques. Ainsi, les TPE ne " destructurent " pas le " système d'acquisition des connaissances ", mais complètent le processus " traditionnel " d'acquisition des savoirs en proposant des modalités différentes d'apprentissage. Dans cet exercice scolaire, qui s'appuie sur la recherche documentaire, les compétences et les savoir-faire auxquels les élèves font appel (rigueur de la démarche, maîtrise des documents, capacité d'analyse et d'écriture, oral...) sont mis au service des savoirs et de leur réinvestissement. La généralisation de l'expérimentation des TPE à toutes les classes de première ES, L et S à compter de janvier 2001 s'est effectuée selon un calendrier progressif et souple. Un dispositif national, relayé dans les académies, suit de près les initiatives des enseignants et des chefs d'établissement et se met à l'écoute de leurs observations. Un premier état des lieux effectué en décembre 2000, dont le compte rendu est disponible sur le site eduSCOL, a permis de constater que de nombreux établissements avaient déjà mis en place des TPE dans plus d'une classe de première au cours du premier trimestre. L'inspection générale procède, par ailleurs, à l'évaluation de cette réforme. A l'issue de cette année scolaire, un bilan sera dressé et les leçons seront tirées pour aménager et stabiliser la mise en uvre des travaux personnels encadrés.