Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement secondaire : initiation aux mécanismes économiques et financiers

11e législature

Question écrite n° 27628 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 14/09/2000 - page 3140

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'avis du Conseil économique et social intitulé : " Quelle ambition pour la place financière de Paris ? " adopté au cours de la séance de cette même assemblée du 24 mai 2000 et dans lequel ses auteurs estiment, à la page 21, qu'au niveau de l'enseignement secondaire un renforcement des enseignements économiques, juridiques et financiers est nécessaire : " une initiation aux mécanismes économiques et financiers permettrait à chacun de mieux appréhender des réalités très utiles dans la vie courante et en tant que citoyen. " Il lui demande son avis sur cette suggestion et les mesures envisagées pour en assurer la réalisation.



Réponse du ministère : Éducation

publiée dans le JO Sénat du 04/10/2001 - page 3195

Même si le programme d'histoire-géographie de la classe de troisième comprend une partie relative à la croissance économique et à l'inégale répartition de la richesse, ce n'est qu'au lycée, à un moment où la maturité des élèves le permet, que sont véritablement abordés les mécanismes économiques et financiers qui régissent les sociétés occidentales. En effet, ces questions sont évoquées auprès de tous les élèves des sections générales, de la seconde à la terminale, dans le cadre d'un enseignement d'éducation civique, juridique et sociale (ECJS) dont le volume annuel est de seize heures, soit l'équivalent d'une demi-heure par semaine. Cet enseignement, qui s'appuie sur des thèmes très larges, permet facilement d'aborder des questions d'actualité. Dès la rentrée 2001, les élèves des classes préparant aux brevets d'études professionnelles et des classes préparant aux baccalauréats professionnels des secteurs des services, de la production, de la restauration et de l'alimentation recevront à leur tour un enseignement d'ECJS. Son extension auprès des élèves de l'enseignement technologique et des classes préparant aux certificats d'aptitude professionnelle est actuellement à l'étude. En outre, les lycéens qui ont choisi l'option de sciences économiques et sociales en classe de seconde générale et technologique, soit près de la moitié des élèves, abordent ces thèmes plus en profondeur. C'est également le cas de ceux qui choisissent de s'orienter en série économique et sociale (SES) dans le cycle terminal. Par exemple, en classe de première, sont étudiés les concepts de monnaie et de marché et, en classe terminale, ceux de libre-échange et de croissance, cette liste n'étant pas exhaustive.