Allez au contenu, Allez à la navigation

Bilan des accidents de montagne lors de la période estivale 2000

11e législature

Question écrite n° 28349 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR)

publiée dans le JO Sénat du 12/10/2000 - page 3455

M. Emmanuel Hamel attire l'attention de Mme le ministre de la jeunesse et des sports sur sa réponse à la question nº 22378 parue à la page 1788 du Journal officiel - questions remises à la présidence du Sénat - réponses des ministres aux questions écrites, du 18 mai 2000 dans de laquelle il est précisé que " la campagne de sécurité en montagne l'été intitulée en montagne, prudence r bonnes vacances lancée en 1996, et renouvelée chaque année depuis, permet au ministère de la jeunesse et des sports de contribuer à la prévention des accidents de montagne pendant la période estivale. " Il lui demande quel a été au cours de la période estivale 2000 le bilan de cette campagne d'information et de sensibilisation et aimerait connaître le nombre d'accidents de montagne recensés au cours des mois de juillet, août et septembre 2000. Ce chiffre est-il en augmentation, en stagnation ou en diminution par rapport à celui de l'année 1999. Quelles conclusions peuvent en être tirées pour une meilleure prévention à l'avenir des risques d'accidents de montagne ?



Réponse du ministère : Jeunesse

publiée dans le JO Sénat du 01/02/2001 - page 411

Réponse. - Placé sous l'égide du ministère de la jeunesse et des sports, de la direction de la défense et de la sécurité civiles du ministère de l'intérieur et de la direction générale de la gendarmerie nationale, le système national d'observation de la sécurité en montagne (SNOSM) a été mis en place au sein de la commission de l'information et de la sécurité du conseil supérieur des sports de montagne, aux fins de recenser et analyser les données relatives aux accidents en montagne. Ses travaux sont supervisés par un comité de pilotage, composé de représentants des départements ministériels concernés, des élus et des professionnels de la montagne, de représentants de l'école nationale de ski et d'alpinisme, qui établit un rapport et propose aux pouvoirs publics des stratégies de prévention des accidents en montagne. La réalisation de ce rapport implique le recensement de tous les accidents en montagne par l'intermédiaire des préfectures des départements de montagne (y compris la Réunion, la Guadeloupe et la Martinique) qui transmettent les données relatives aux interventions réalisées par les services de secours en montagne. En conséquence, un délai minimum est nécessaire pour recenser et analyser ces données. Le rapport relatif au nombre d'accidents de montagne pour la saison estivale 2000 n'est, à ce jour, pas achevé. Le rapport du système national d'observation de la sécurité en montagne recense 1947 interventions de toute nature (héliportées, terrestres, mixtes) des services de secours lors de la saison estivale 1999. Ces opérations de secours concernent essentiellement des pratiquants de randonnée pédestre. Sur les 2 258 personnes secourues, il faut malheureusement déplorer 116 décès et plus de la moitié de blessés (1 318 personnes). Quant à l'analyse de ces faits, le rapport constate que 223 personnes secourues avaient un état de santé inadapté à la pratique sportive en montagne. C'est pourquoi l'attention du public doit être particulièrement attirée sur l'importance de se trouver en bonne condition physique avant de pratiquer un sport de montagne. Il ressort, par ailleurs, du rapport du SNOSM que le public des moins de quinze ans, tout en représentant une faible proportion des personnes évacuées par le secours en montagne, a fait l'objet du même nombre d'interventions, alors que le nombre global des interventions est en baisse par rapport à la saison estivale 1998. Les jeunes de moins de quinze ans sont donc un public à privilégier lors des campagnes de prévention. Les deux préoccupations précitées constituent les deux principaux axes de la campagne annuelle de sécurité intitulée " En montagne, prudence = bonnes vacances ", qui rassemble autour du ministère de la jeunesse et des sports de nombreux partenaires. Son but est de sensibiliser le public, notamment les jeunes, aux conseils et règles de conduite essentiels à la pratique des sports de montagne et, par la suite, d'amener une modification des comportements de la part des pratiquants. L'information est complétée par une série de conseils utiles en matière de météorologie, d'assurance, de préparation physique. Particulièrement attentive à une pratique sécurisée des activités sportives, Madame la ministre de la jeunesse et des sports espère que ces efforts permettront de réduire encore le nombre d'accidents survenant en montagne.