Allez au contenu, Allez à la navigation

Promotion de la tapisserie d'Aubusson

11e législature

Question écrite n° 29815 de M. Michel Moreigne (Creuse - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 14/12/2000 - page 4193

M. Michel Moreigne attire l'attention de Mme le ministre de la culture et de la communication sur la promotion de la tapisserie d'Aubusson (basse lisse et savonnerie) dans le cadre de la politique en faveur de la création textile contemporaine et des métiers d'art. Le ministère de la culture est attentif au maintien du savoir-faire séculaire et de l'activité des lissiers aubussonnais. Il lui demande quelles sont les mesures en cours, ou programmées, afin d'accroître l'intérêt des jeunes créateurs, des designers et du public pour ce mode d'expression. En outre, il lui demande quelles aides et commandes publiques (achats de maquettes et frais de tissage ou de restauration) seront consacrées en 2001 à la tapisserie d'Aubusson, et permettront de perpétuer le savoir-faire et l'art décoratif auxquels cette cité doit sa renommée internationale. Par ailleurs, il lui demande de faire un bilan de l'activité de l'atelier de restauration du mobilier national installé sur le site de l'Ecole nationale d'art décoratif (ENAD) d'Aubusson depuis 1992. Il lui demande enfin quels sont les premiers résultats de la mise en place dans cette école, suite à l'arrêté ministériel d'habilitation du 8 février 2000, d'un enseignement conduisant à un diplôme national d'arts et techniques (DNAT) Tapisserie(s).



Réponse du ministère : Culture

publiée dans le JO Sénat du 29/03/2001 - page 1088

Réponse. - Le ministère de la culture et de la communication suit comme chaque année avec une attention particulière la question de l'activité des lissiers aubussois, qui tient une place importante dans la politique de soutien aux métiers d'art. Le programme 2001 intègre le tissage de trois tapisseries en cours de fabrication ; huit autres tapisseries seront engagées par la procédure de l'appel à la consultation auprès de lissiers du Limousin pour un montant de 0,900 MF. Les tentures en cours de réalisation sont : " Nuicts ", d'après Albert Ayme, pour l'escalier d'honneur de la direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes ; " Tenture Blanket Projet ", d'après Laurent Joubert, suite de tissages de tapis ras et tapisseries ; " Hommage à Louis Pasteur ", d'après Gérard Collin Thiébaut pour la préfecture de Lons-le-Saunier. Un projet de tapisserie d'après Noël Dolla est élaboré pour l'escalier d'honneur de la préfecture du Limousin ; de même et en partenariat avec la ville de Felletin un tapis ras est en cours d'élaboration pour l'église de Moutiers. Par ailleurs, la tapisserie aubussonnaise et felletinoise a été présentée dans le cadre de l'exposition " Métissages ", qui s'est tenue à Saint-Quentin, avant qu'elle ne poursuive son itinérance en Amérique du Sud et au Québec. Pour ce qui concerne le nouveau cursus DNAT spécifique " tapisserie(s) ", la ministre rappelle qu'il est fondé sur les connaissances afférentes aux mises en uvre textiles artisanales et semi-industrielles de la tapisserie et du tapis. L'approche pratique initiale est le tissage à la main sur métier de basse lisse ; celle-ci affirme son ouverture sur les nouvelles technologies de l'image (création d'images et mise au point graphique et textile) tout en s'appuyant sur le support technologique que constitue le contexte professionnel (comme celui du bassin d'Aubusson-Felletin). Les principaux axes de cet enseignement sont la création iconographique et son interprétation textile incluant la collaboration étroite avec des plasticiens, l'intégration des outils numériques (tapisserie assistée par ordinateur), appliqués au champ textile artisanal élargi aux procédés techniques semi-industriels. Les articulations possibles avec les autres cursus DNAT en place dans l'établissement, ainsi qu'avec les formations en alternance souhaitées par les professionnels d'Aubusson et de Felletin, sont à l'étude. Ce cursus a été mis en place à la rentrée 2000 ; il devrait voir son démarrage effectif à la rentrée d'octobre 2001 pour les étudiants intégrés directement en deuxième année, par voie de commissions (commissions d'équivalence et/ou d'admission en cours de cursus). Parallèlement à la formation initiale, l'Ecole nationale des arts décoratifs (ENAD) poursuit et développe sa politique de stages, qui accueille régulièrement des publics intéressés par des programmes textiles, parmi lesquels des sessions complétement consacrées à des initiations et à des problèmatiques relevant directement de la tapisserie.