Allez au contenu, Allez à la navigation

Greffes d'organes

11e législature

Question écrite n° 29964 de M. Marcel Vidal (Hérault - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2000 - page 4352

M. Marcel Vidal appelle l'attention de Mme le secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés sur les problèmes de santé publique que constitue la rareté des greffes d'organes avec, pour l'année 1999, seulement 3 018 transplantations réalisées, alors que 5 818 patients sont encore en attente d'une opération. De nombreuses études font apparaître que 75 % des Français sont favorables au don d'organes et que 81 % accepteraient que l'on prélève leurs organes après leur mort pour sauver des vies humaines. Aussi serait-il opportun que le ministère de la santé lance une campagne nationale de sensibilisation, associant l'ensemble de partenaires concernés : l'établissement français des greffes, les unités de prélèvement et de transplantation, les laboratoires d'histocompatibilité et les associations de malades. Il lui demande ses réflexions et avis à ce sujet.

Transmise au ministère : Santé



Réponse du ministère : Santé

publiée dans le JO Sénat du 03/05/2001 - page 1541

Réponse. - L'Etablissement français des greffes met tout en uvre en agissant pour qu'un nombre suffisant de greffons soit disponible en France, tant au niveau de l'information de la population en faveur du don que de l'organisation des prélèvements d'organes et de tissus. Mme Aubry et Mme Gillot, alors respectivement ministre de l'emploi et de la solidarité et secrétaire d'Etat à la santé et aux handicapés, ont présenté le 22 juin dernier un " plan greffe " comportant un certain nombre de mesures visant tout à renforcer les moyens mis en vue d'atteindre l'objectif prioritaire d'augmentation du prélèvement sur donneur décédé en état de mort encéphalique. Il s'agit de passer de 16 à 20 donneurs par million d'habitants d'ici à trois ans. Ce plan d'ensemble s'oriente autour de quatre grands axes : favoriser l'accès à la greffe en créant 130 postes de coordinateurs hospitaliers des prélèvements ; réduire les inégalités d'accès à la greffe en régulant mieux les flux ; soutenir et accompagner la recherche et l'évaluation ; conduire des actions d'information. Durant les années 1998 et 1999, en vue d'informer la population en faveur du don, plus de dix millions de documents d'information sur le prélèvement et la greffe ont été distribués. En octobre 2000, une campagne affichée et réalisée pour la première fois par l'Etablissement français des greffes, les associations de malades greffés et les associations militant en faveur du don a été lancée. Les objectifs de cette campagne, qui s'est déroulée dans sept villes (Bayonne, Chartres, Dunkerque, Epinal, Saint-Brieuc, Tarbes et Valence) étaient de valoriser le prélèvement dans les établissements de santé et dans la ville et de donner au public un accès à l'information pour amener à la discussion en famille. Cette opération sera reconduite dans d'autres villes en 2001-2002. Des opérations plus ciblées auprès de la jeunesse sont organisées, comme le concours national de philosophie sur le thème " Ethique et don d'organe " qui se déroulera le 2 mai prochain et dont les prix seront remis le 22 juin 2001 à l'occasion de la journée nationale de la greffe. Ce partenariat avec l'éducation nationale pourra éventuellement se prolonger par la réalisation de documents et leur distribution dans l'enceinte des lycées et collèges. Pour la rentée 2001, un dossier pédagogique pour les classes de sciences de la vie et de la terre vient d'être réalisé afin de faire réfléchir les élèves non seulement sur les aspects scientifiques mais aussi sur ceux de santé publique et de citoyenneté. Un disque de rap en vue de sensibiliser les jeunes au don d'organes et des outils vidéo afin de pouvoir rédondre aux demandes nombreuses en matière d'information ont également été édités. De plus, l'Etablissement français des greffes, en partenariat avec les hôpitaux, les mairies et les associations invite le public à s'interroger sur le sujet du prélèvement et de la greffe à travers une exposition " question(s) de conscience ".