Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement des langues et cultures des pays d'origine dans les écoles élémentaires

12e législature

Question écrite n° 25788 de M. Yves Détraigne (Marne - UC-UDF)

publiée dans le JO Sénat du 21/12/2006 - page 3140

M. Yves Détraigne attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur l'enseignement, dans les écoles élémentaires, des langues et cultures des pays d'origine (ELCO) dont seuls peuvent bénéficier les enfants d'une des nationalités concernées (algérienne, espagnole, marocaine, portugaise, tunisienne ou turque) ou dont l'un des parents possède ou a possédé cette nationalité.

Cette initiative de l'éducation nationale est très étonnante et va à l'encontre de la démarche d'intégration qui a permis à la France d'assimiler avec succès, au cours du XXème siècle, les populations polonaises, italiennes, espagnoles ou portugaises. Elle risque par ailleurs de faciliter le développement du communautarisme dont tous les parlementaires ont redit, à l'occasion du débat sur la laïcité, qu'il ne correspondait pas à ce qui était souhaitable pour la France.

En conséquence, il souhaiterait qu' il lui apporte des précisions quant à cet enseignement des langues et cultures d'origine dans les écoles élémentaires et qu'il lui indique ce qu'il entend faire pour éviter que cet enseignement aboutisse plus à désigner comme étrangers les élèves issus de l'immigration qu'à faciliter leur intégration.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 15/03/2007 - page 593

Les enseignements de langues et cultures d'origine (ELCO) avaient au départ été conçus et dispensés pour des enfants issus de l'immigration dans l'hypothèse d'un retour ultérieur de leur famille ou d'eux-mêmes dans leur pays d'origine. Aujourd'hui, ces enfants restent le plus souvent en France. Il est néanmoins admis que l'enseignement de la langue et aussi de la culture qui sert de support à l'enseignement de la langue leur permet, par la reconnaissance de l'identité de leur famille que cela implique, de mieux s'épanouir. Cet élément positif a jusqu'à présent été jugé propice à une meilleure intégration. Les contenus culturels enseignés sont l'histoire et la géographie du pays d'origine, ses coutumes, ses textes littéraires traditionnels pour enfants. La direction générale de l'enseignement scolaire rappelle chaque année aux recteurs et aux inspecteurs d'académie, directeurs des services départementaux de l'éducation nationale, la nécessité de bien cadrer ces cours, en veillant à les replacer dans le projet d'école, respectueux de la laïcité et de la neutralité. Les inspecteurs chargés des circonscriptions du premier degré ont compétence pour vérifier que ces valeurs sont bien prises en compte et que les contenus sont conformes aux engagements pris par les pays partenaires. En outre, les enseignements de langue et culture d'origine étant des enseignements linguistiques dispensés dans le cadre scolaire ont vocation à trouver une place dans la carte académique des langues. En effet, certains dispositifs ELCO tendent progressivement à se transformer en enseignement de langues vivantes. Actuellement cette évolution concerne essentiellement l'italien et le portugais. A ce titre, ces enseignements se rapprochent progressivement du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL). De même, chaque fois que possible, ils peuvent être conçus comme un élément d'un parcours linguistique se poursuivant au collège et au lycée.