Allez au contenu, Allez à la navigation

Taux de diabète à Mayotte et en outre-mer

13e législature

Question écrite n° 22178 de M. Thani Mohamed Soilihi (Mayotte - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 02/02/2012 - page 271

M. Thani Mohamed Soilihi attire l'attention de Mme la secrétaire d'État chargée de la santé sur le taux d'obésité particulièrement élevé à Mayotte et, de façon générale, en outre-mer.

La première grande étude transversale de la population à Mayotte, réalisée en 2008, afin d'estimer la prévalence du diabète et des facteurs de risque cardio-vasculaires, révélait que 35 % des hommes et 32 % des femmes étaient en surpoids, et que l'obésité touchait 17 % des hommes et 47 % des femmes.
La prévalence du diabète s'élevait à 10,5 %, alors qu'elle est de 4,9 % en France métropolitaine. Chez les plus de 30 ans, une personne sur dix était atteinte ; chez les plus de 60 ans, une personne sur cinq. Et plus d'une personne sur deux ignorait qu'elle était diabétique.

Si la sédentarité est l'une des raisons du problème, ces chiffres s'expliquent en partie par le manque d'information de la population et parce que les produits de consommation courante trouvés en outre-mer ont une teneur en sucre supérieure à celle des mêmes produits de mêmes marques vendus en France hexagonale.

La proposition de loi de Victorin Lurel, député de Guadeloupe, tendant à prohiber la différence de taux de sucre entre la composition des produits manufacturés et vendus dans les régions d'outre-mer et celle des mêmes produits vendus dans l'hexagone, a été rejetée par l'Assemblée nationale le 11 octobre 2011.
Elle avait pourtant l'intérêt d'alerter les autorités publiques sur la responsabilité de l'industrie agroalimentaire.

Il voudrait savoir quelles actions de dépistage et de prévention contre l'obésité et le diabète sont prévues pour lutter contre ce phénomène en outre-mer.

Erratum : JO du 09/02/2012 p.346

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



La question est caduque