Allez au contenu, Allez à la navigation

Enseignement de l'histoire et de la géographie en terminale S

13e législature

Question écrite n° 22719 de M. Jean Germain (Indre-et-Loire - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 01/03/2012 - page 552

M. Jean Germain appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative sur les doléances et propositions exprimées dans le « Manifeste des États généraux de l'histoire et de la géographie » adopté par le comité national de l'association des professeurs d'histoire et de géographie (APHG), le 28 janvier 2012. Dans ce texte, les professeurs d'histoire-géographie exigent le rétablissement immédiat de l'enseignement obligatoire de leurs disciplines en terminale S, validé par une épreuve au baccalauréat. Corrélativement, ils demandent que les horaires de leurs enseignements soient équilibrés à tous les niveaux afin que l'acquisition des connaissances et des méthodes de réflexion propre à ces disciplines puissent se faire de manière respectueuse du rythme d'apprentissage des élèves et être effectifs. Cette demande apparaît fondée à plusieurs titres. D'une part, les épreuves de français au baccalauréat ayant lieu à l'issue de la classe de première, les élèves de cette filière, qui voit passer nombre de futurs décideurs malgré les rééquilibrages souhaités entre filières, doivent pouvoir continuer à s'appuyer sur l'histoire et la géographie pour mûrir leur réflexion sur les comportements humains, individuels comme collectifs, et sur le sens de l'organisation des sociétés contemporaines et des courants qui les traversent. Loin d'être un argument en faveur d'une épreuve anticipée d'histoire et de géographie en fin de première, l'existence d'une épreuve anticipée de français est de nature à justifier le maintien de l'épreuve d'histoire et de géographie en fin de la terminale considérée. D'autre part, le statut optionnel de cet enseignement fait craindre une désaffection entraînant des difficultés matérielles ne permettant pas à tous les établissements de le proposer. Un fossé risque de se creuser entre établissements de terminale S, préjudiciable à l'égalité républicaine. Compte tenu de ces éléments, il lui demande en conséquence quelles dispositions il compte prendre pour rétablir l'enseignement obligatoire de l'histoire et de la géographie en terminale S, des horaires nationaux décents à tous les niveaux et des programmes intelligibles, réalisables et aptes à structurer le raisonnement de tous les élèves.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 05/04/2012 - page 863

L'histoire, comme la géographie, ont toujours été au cœur du socle de culture partagée que la Nation entend transmettre à ses enfants. Chacun d'entre eux suit, à l'école, au collège, au lycée, un enseignement d'histoire organisé selon une progression très claire. A l'école, l'élève apprend les grands faits, les grandes dates, les grands hommes qui jalonnent l'histoire de la Nation. Une école qui enseigne désormais la Marseillaise au CM1 et qui affiche la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen du 26 août 1789 sur les murs de chacune de ses classes. Au collège, on aborde successivement les périodes de l'histoire pour ancrer définitivement les repères fondamentaux. L'enseignement reste rigoureusement chronologique, centré sur la France et l'Europe, tout en s'ouvrant davantage à l'histoire du monde. Toutefois, contrairement à des rumeurs, sans fondement aucun, les grandes figures n'ont absolument pas disparu de nos programmes et nos enfants étudient bien au collège, comme à l'école, l'œuvre de Louis XIV, de Napoléon et des grands personnages de notre histoire. Au lycée enfin, l'enseignement de l'histoire prend appui sur les fondements solides acquis au cours de la scolarité obligatoire et s'ouvre à la réflexion en privilégiant une approche problématisée de questions ou de moments historiques avec des programmes qui répondent à cette ambition. Par conséquent, le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ne peut pas laisser dire que l'enseignement de l'histoire serait devenu anecdotique au seul motif qu'il est désormais optionnel pour une seule année d'une seule série de notre lycée - la terminale S. L'enseignement de l'histoire a été au contraire valorisé et renforcé puisque l'horaire de cette discipline a été largement accru en première scientifique, avec désormais 4 heures contre 2 heures et demi précédemment. De plus, une option de deux heures est proposée en classe terminale permettant ainsi à que ceux qui la choisiront de faire plus d'histoire que précédemment. Le but premier de la réforme des lycées est de rééquilibrer les séries en incitant ceux qui se destinent aux études de sciences humaines à choisir les séries L et ES et non la série S. Cet effort porte d'ailleurs ses fruits puisque les premières littéraires ont vu leurs effectifs s'accroître de 6 % à la rentrée 2011. Enfin, tous les lycéens des séries générales passent l'épreuve anticipée de français en fin de première, sans que personne ne songe à objecter que l'apprentissage de notre langue occupe une place anecdotique dans la scolarité de nos enfants de même que dans la filière sciences et technologies de l'ingénieur (STI), l'histoire et la géographie ont fait l'objet d'une épreuve orale anticipée en classe de première depuis l'origine de la série, sans que cela n'ait soulevé d'opposition. Aujourd'hui comme hier, l'histoire fait partie du socle commun de culture partagée que la Nation s'engage à transmettre à ses enfants tout au long de leur scolarité. La détermination du ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative est totale car il sait combien l'enseignement de l'histoire participe de la cohésion nationale.