Allez au contenu, Allez à la navigation

Action de l'État en faveur de la protection des jeunes « cyber-dépendants »

14e législature

Question écrite n° 00143 de M. François Marc (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/07/2012 - page 1478

M. François Marc attire l'attention de Mme la ministre des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative sur les résultats de la récente enquête de la Fondation pour l'enfance. Selon cette étude, les jeunes (enfants, préadolescents et adolescents) sont de plus en plus accros au Net avec 99 % d'internautes et 9 jeunes sur 10 qui expriment un manque en cas de privation d'Internet. Près de 8 jeunes sur 10 ont Internet dans leur foyer, souvent multi-équipé. S'agissant des dangers, l'étude révèle que la mauvaise rencontre est envisagée comme le risque n°1. Si le degré d'exposition augmente avec l'âge, les adolescents semblent les plus critiques et les mieux avertis. L'étude insiste particulièrement sur la nécessité d'un travail accru de sensibilisation, en particulier sur le volet protection des données personnelles. Il lui demande par conséquent ce que le Gouvernement entend mettre en place pour répondre concrètement à cette préconisation.



Réponse du Ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 14/02/2013 - page 528

Les pratiques numériques des enfants et des jeunes et la prévention des risques qui leur sont liés relèvent de différents départements ministériels dont les actions sont complémentaires. Le ministère chargé de la jeunesse concourt à l'éducation aux usages multimédia à travers le réseau information jeunesse et, notamment les 600 points Cyb labellisés et coordonnés par ses services : ces structures locales proposent et animent des ateliers de formation et d'éducation aux outils et aux pratiques multimédia qui permettent au public de mieux maîtriser les nouvelles interfaces et applications mais aussi d'en comprendre les enjeux pédagogiques. En outre, le ministère a lancé et coordonné pendant deux ans (2007 et 2008) un plan d'éducation au multimédia (PEM) : cette expérimentation, pilotée par les directions régionales chargées de la jeunesse, a été mise en place avec le soutien des directions régionales de la culture et de la communication (DRAC) et de la délégation aux usages de l'internet (DUI). Elle a permis d'élaborer une offre éducative adaptée à ces nouveaux usages. Plus d'une centaine de projets ont été soutenus par les directions régionales et ont été évalués. Aujourd'hui, de nombreuses directions régionales, ainsi que le ministère au plan national, apportent leur soutien à des projets associatifs d'éducation au multimédia, innovants et valorisants, dans le secteur des loisirs culturels (ex. Petits débrouillards, APTE, Mediacités, les Ateliers du Bocage, Machinima, Blue Yéti, Trektic...). Enfin, le ministère a initié depuis septembre 2011 une mission nationale de réflexion sur la relation des jeunes à l'information et au numérique dont les conclusions et les recommandations seront finalisées fin janvier 2013 et verront leur traduction opérationnelle en 2013-2014. De nombreuses initiatives concernant la sensibilisation des enfants et des jeunes aux risques liés aux usages numériques sont également portées par d'autres ministères et opérateurs publics. À titre d'exemple : Dans le champ scolaire, le ministère de l'éducation nationale a créé et diffusé plusieurs ressources pédagogiques sur les usages responsables d'internet (portail « Internet responsable », chartes d'usages des TIC, guides sur l'identité numérique et les réseaux sociaux, sur la lutte contre le cyber-harcèlement...) et l'éducation au numérique devrait être renforcée dans le cadre des mesures de la refondation de l'École ;La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) a créé un site dédié aux jeunes (www. jeunes. cnil. fr) à destination des enfants et des jeunes, des enseignants et des parents et une application mobile « Apprends à rester net sur le net ». Elle a aussi édité, en partenariat avec l'Union nationale des associations familiales et l'association Action innocence, un guide à destination des parents pour comprendre et répondre de manière adéquate aux pratiques de leurs enfants sur les réseaux sociaux ;La délégation aux usages d'internet (DUI) anime le programme « Internet sans crainte » qui est une référence pour tous les acteurs impliqués dans la prévention des risques liés à l'usage de l'Internet par les jeunes et a créé deux jeux sérieux, l'un pour les enfants (Vinz et Lou), l'autre pour les adolescents et jeunes (2025 ex machina) ;Le ministère chargé de la famille, en lien avec l'association e-Enfance, a lancé une ligne téléphonique et un site « Net écoute » pour répondre aux interrogations des familles sur l'utilisation par leurs enfants des TIC.