Allez au contenu, Allez à la navigation

Dangers de l'automédication

14e législature

Question écrite n° 19380 de M. Christian Cambon (Val-de-Marne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 17/12/2015 - page 3418

M. Christian Cambon attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur des médicaments en vente libre qui peuvent parfois être dangereux.

Huit Français sur dix ont recours à l'automédication lorsque des premiers symptômes mineurs comme le rhume, les maux de gorge et la toux apparaissent. Or, une enquête révèle que sur soixante et un médicaments vendus sans ordonnance, vingt-sept sont à bannir, vingt autres sont jugés d'une faible efficacité et seulement seize d'entre eux produisent l'effet attendu. Les effets indésirables des vingt-sept médicaments à proscrire pourraient exposer le malade à des accidents vasculaires cérébraux et à des accidents cardio-vasculaires et neurologiques.

Il lui demande quelles mesures elle souhaite mettre en œuvre pour informer les consommateurs sur les risques de certains médicaments vendus sans ordonnance et le cas échéant, retirer de la vente les médicaments les plus à risque.

Transmise au Ministère des affaires sociales et de la santé



Réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 15/09/2016 - page 3911

L'automédication constitue un enjeu important de santé publique. Les mesures d'encadrement et de formation qui l'accompagnent permettent de renforcer l'autonomie du patient dans sa prise en charge de pathologies bénignes. Les médicaments d'automédication, comme l'ensemble des médicaments, ont fait l'objet d'une évaluation par les agences sanitaires nationales ou européenne et ont été autorisés en raison de leur rapport bénéfices-risques, favorable. Une des conditions de réussite de l'automédication est sans conteste une bonne information du patient, tant sanitaire qu'économique. Le patient doit en effet être conseillé, accompagné, éduqué et suivi. C'est le rôle des professionnels de santé et particulièrement du pharmacien d'officine s'agissant du conseil relatif à la médication officinale et d'un juste recours aux soins. Par ailleurs, le développement de l'automédication doit se faire dans le respect des exigences de sécurité et ne doit pas conduire certains patients à renoncer à des soins plus appropriés. Ces enjeux font partie des engagements stratégiques du Comité stratégique de filière Industries et technologies de santé (CSF), dont une mesure concerne l'automédication sécurisée. Des travaux sont ainsi actuellement en cours, en collaboration avec l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, la Haute autorité de santé, les industriels, les associations de patients, les pharmaciens d'officine et les autres ministères concernés (chargés de l'industrie et de la consommation) afin de développer une automédication responsable et de mettre en place un observatoire des prix.