Allez au contenu, Allez à la navigation

Conséquences de la crise sanitaire sur les stages de classe de troisième

15e législature

Question écrite n° 17957 de Mme Laure Darcos (Essonne - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 24/09/2020 - page 4307

Mme Laure Darcos appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports sur les difficultés rencontrées par les élèves des classes de troisième pour l'accomplissement de leur stage obligatoire de découverte du monde économique et professionnel. Dans le contexte de crise sanitaire et économique marqué que connaît la France, le nombre d'entreprises, d'associations ou d'administrations proposant d'accueillir des collégiens dans le cadre de leur parcours individuel d'information, d'orientation et de découverte professionnelle est actuellement très limité et seules des initiatives volontaristes comme celle du conseil régional d'Île-de-France permettent à quelques élèves de se confronter aux réalités concrètes du travail. C'est pourquoi elle lui demande de bien vouloir lui préciser s'il envisage, à titre exceptionnel, de supprimer cette obligation de stage pour la présente année scolaire.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports

publiée dans le JO Sénat du 07/01/2021 - page 44

Le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports a annoncé, lors des questions d'actualité du gouvernement au Sénat le 13 octobre 2020, que la séquence d'observation en milieu professionnel pour les élèves des classes de troisième ne revêtirait, pour l'année scolaire 2020-2021, qu'un caractère facultatif en raison de la crise sanitaire. Ainsi, pour faire face à la situation sanitaire avec sérénité et efficacité, les directeurs académiques des services de l'éducation nationale dans le cadre de l'organisation fonctionnelle et territoriale arrêtée par le recteur d'académie, peuvent autoriser les chefs d'établissement à déroger à l'obligation réglementaire relative à la séquence d'observation en milieu professionnel pour les collégiens. Néanmoins, les établissements scolaires veilleront à ce que les élèves de classe de troisième puissent bénéficier d'un accompagnement particulier facilitant leur choix d'orientation et favorisant la découverte et la diversité du monde professionnel et les multiples voies de formation dans le cadre du volume horaire annuel de 36 heures (indicatif) d'accompagnement à l'orientation. Ainsi, ce temps doit permettre aux professeurs principaux d'assurer le suivi et la coordination des différentes actions menées, en lien étroit avec l'ensemble des membres de l'équipe éducative, et tout particulièrement les professeurs-documentalistes et les psychologues de l'Éducation nationale. Enfin, une attention particulière sera apportée, par le chef d'établissement et son équipe pédagogique, aux élèves pour lesquels la séquence d'observation participe fortement de leur projet d'orientation, l'immersion en entreprise permettant de conforter leur choix vers le lycée professionnel ou en centre de formation d'apprentis notamment. Le chef d'établissement veillera à la continuité pédagogique pour les élèves qui effectueront cette séquence. Les élèves seront accueillis en entreprise dans le cadre strict du protocole sanitaire et seront tenus de se soumettre aux prescriptions du protocole en cours dans l'entreprise qui les accueille. La convention concernant cette séquence devra obligatoirement mentionner : « s'appliquent aux élèves les modalités de mise en œuvre, au sein de l'entreprise, des mesures de protections définies par le protocole national en vigueur, pour assurer la sécurité des salariés face à l'épidémie de COVID-19. ». Enfin, malgré le caractère facultatif de la séquence d'observation en classe de 3e, la plateforme « monstagedetroisieme.fr » animée par l'agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) continuera à recueillir des offres de stage de qualité pour les élèves des réseaux d'éducation prioritaire durant cette année scolaire.