Allez au contenu, Allez à la navigation

Interdiction d'un bonbon dangereux

15e législature

Question écrite n° 19731 de M. Yves Détraigne (Marne - UC)

publiée dans le JO Sénat du 24/12/2020 - page 6175

M. Yves Détraigne souhaite appeler l'attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la dangerosité d'un bonbon vendu sous le nom de « boule magique » et qui se compose d'un chewing-gum de forme sphérique enrobé de plusieurs couches de goûts et de couleurs différents.

Créé dans les années 1980, il a déjà été interdit à la vente il y a quelques années avant d'être de nouveau disponible en magasin. Il est pourtant très dangereux pour les enfants du fait de son diamètre (2,2 cm).

Il est ainsi à l'origine de plusieurs accidents dont un mortel cette année dans la Marne, Célia, une jeune fille de 12 ans qui s'est étouffée avec ce bonbon, malgré les manœuvres d'Heimlich tentées par les parents et l'intervention du service d'aide médicale urgente (Samu).

Une étude publiée en 2013 dans la revue scientifique américaine Pediatrics, qui dressait un panorama des aliments les plus souvent responsables d'étouffement chez les enfants, plaçait en première place du classement les « bonbons durs » en précisant qu'entre 2001 et 2009, sucettes, sucres d'orge et autres confiseries très dures avaient été les premières responsables de l'admission d'enfants aux urgences.

Plusieurs voix s'élèvent pour interdire ce bonbon, ou à défaut, indiquer un âge minimal pour le consommer. Une pétition circule d'ailleurs en ce sens et des témoignages viennent abonder le danger de ce produit.

Par conséquent, considérant la dangerosité avérée de ce bonbon, il lui demande de bien vouloir intervenir sur ce dossier pour interdire ce type de produits à la vente.

Transmise au Ministère de l'économie, des finances et de la relance



En attente de réponse du Ministère de l'économie, des finances et de la relance.