Allez au contenu, Allez à la navigation

Protection du site de Grignon contre les spéculations immobilières

15e législature

Question écrite n° 22279 de M. Fabien Gay (Seine-Saint-Denis - CRCE)

publiée dans le JO Sénat du 15/04/2021 - page 2451

M. Fabien Gay attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la menace immobilière pesant sur le site de Grignon, dans les Yvelines.

Depuis deux cents ans, la recherche agronomique est pratiquée à Grignon, qui accueille l'école AgroParisTech qui œuvre notamment à développer et promouvoir de nouvelles pratiques agroécologiques. Or, les quatre sites franciliens d'AgroParisTech vont être regroupés dans l'Université Paris Saclay.

Cependant, le site de Grignon, qui représente des centaines d'hectares, contient une forêt et des terres agricoles fertiles. Il s'agit donc d'un réservoir de biodiversité essentiel, dont la valeur patrimoniale est également conséquente avec son château du XVIIe siècle et ses dépendances.

Pourtant, l'appel d'offre lancé pour ce site de Grignon, du fait du déménagement d'AgroParisTech, n'apporte aucune garantie de protection des patrimoines, tant historique que naturel. Tout d'abord, le site se trouverait morcelé puisqu'il est divisé en plusieurs lots.

Enfin, l'appel d'offre semble avoir été conçu avant tout pour des promoteurs immobiliers (tableaux de surface de bâtiments, usages et revenus escomptés…).

La situation actuelle présente donc des risques de voir ce site exceptionnel soumis à une artificialisation des sols et une bétonisation, dont les impacts sur l'environnement sont toujours conséquents. Alors que la biodiversité est en déclin constant tant à l'échelle nationale que mondiale, il est pourtant urgent de préserver de tels sites, de même qu'il est essentiel de continuer à développer une agriculture plus respectueuse de l'environnement.

Quatre dossiers de reprise ont été déposés le 26 mars 2021. Les étudiants et étudiantes d'AgroParisTech sont mobilisés pour défendre le site de Grignon, et demandent une rencontre.

Il demande donc de rencontrer les étudiants et étudiantes comme ils et elles le demandent, mais également que le Gouvernement protège ce site de la spéculation immobilière et garantisse son intégrité et sa protection réelle et effective.



En attente de réponse du Ministère de l'agriculture et de l'alimentation.