Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

II. SCIENCES DE LA TERRE

La recherche dans ce domaine est extrêmement active et entretient une proximité étroite avec les applications. Il y a contiguité entre le processus d'acquisition de connaissances nouvelles et leur mise au service des besoins de la société.

A. L'OCÉAN ET LE CLIMAT

Les missions ERS et Topex-Poséidon ont formé la composante spatiale du système d'observation de l'expérience Woce qui a permis de caractériser la circulation océanique à diverses échelles spatiotemporelles et le forçage atmosphérique à l'interface océan-atmosphère.

Le succès de la mission Topex-Poséidon n'est plus à démontrer. Cette mission Topex-Poséidon, lancée en août 1992, poursuit son fonctionnement nominal. Les performances du système continuent d'être améliorées et permettront à terme d'observer des variations de niveau de la mer de l'ordre du centimètre à l'échelle d'un bassin océanique. De nombreux résultats scientifiques originaux continuent d'être dérivés de ces mesures à haute précision. Un exemple récent de la remarquable sensibilité de Topex-Poséïdon a été apporté par la détection précoce de l'événement El Niño.

El Nina 1997-2000. L'amélioration de la capacité prédictive des modèles, recalés à l'aide des 50 000 mesures effectuées chaque jour a permis un suivi hebdomadaire de ce phénomène, qui a eu un retentissement mondial, bien au-delà des seuls pays directement concernés. Des signaux de période décennale et plus ( type NAO) vont pouvoir être observés et mieux compris grâce à un suivi à long terme utilisant les observations de ce type de mission.

Afin, d'assurer la continuité des mesures, les agences française et américaine ont décidé le développement de Jason, la mission altimétrique de haute précision faisant suite à Topex-Poséïdon. Le satellite sera placé sur la même orbite que son prédécesseur à la fin de l'année 2000. Ce premier élément d'une filière de minisatellites altimétriques dédiés jouera le rôle de référence pour les autres altimètres (embarqués sur des missions non dédiées). Il constituera une contribution à la mise en place du Système Mondial d'Observation des Océans proposé par la conférence UNCED de Rio et la deuxième conférence mondiale sur le climat, dont l'expérience internationale Godae (2003-2005) sera un des éléments précurseurs. En assurant au meilleur coût et au même niveau de performances la continuité des observations de Topex-Poséïdon sur les variations du niveau moyen des mers, la circulation océanique, la vitesse du vent et la hauteur des vagues, il contribuera à la poursuite du développement de l'océanographie opérationnelle.

Ce volet spatial est un des éléments-clé du programme Mercator de développement d'un système de simulation de l'océan global assimilant les données satellitales et in situ, et exploité à terme de façon opérationnelle.

Par ailleurs, le CNES participe, en coopération avec l'Agence Spatiale Européenne et le bureau des affaires spatiales espagnol au développement de la mission Smos. Basée sur un radiomètre interféromètre en bande L (1.4 GHz), cette mission devrait permettre de dériver pour la première fois avec une répétitivité de quelques jours des mesures globales de :

- l'humidité superficielle des sols et du contenu en eau de la végétation avec des précisions respectives de 0.035 m3/m3 et 0.2 kgm-2 pour une résolution spatiale de 60 km,

- de la salinité des océans avec une précision de 0,1 psu pour une résolution spatiale de 200 km.

Cette mission, qui est actuellement en phase de définition préliminaire, devrait être lancée en 2005.