Allez au contenu, Allez à la navigation



Les DOM, défi pour la République, chance pour la France, 100 propositions pour fonder l'avenir (volume 1, rapport)

 

(b) Les différences de prix sont réelles entre les DOM et la métropole, mais également entre les départements d'outre-mer eux-mêmes.
(i) Les écarts de prix des produits de première nécessité ne peuvent que susciter des interrogations

Souhaitant prendre la mesure de la réalité des écarts de prix entre la métropole et les DOM, la mission sénatoriale a procédé elle-même à un relevé de prix, portant sur une cinquantaine de produits de consommation courante, dans un établissement d'une grande enseigne d'hypermarchés. La même enseigne a été retenue dans trois des quatre DOM ; n'étant pas encore installée en Guyane, le relevé de prix y a été effectué dans la seule chaîne déjà installée à Cayenne.

Parmi les produits sélectionnés comme répondant aux habitudes de consommation des populations des DOM, l'observation des différences de prix d'un DOM à l'autre ou par rapport à la métropole est riche d'enseignements.

Notons que les prix d'une douzaine de produits seulement on finalement été retenus car il fallait pouvoir établir des comparaisons fiables et donc sélectionner des produits rigoureusement identiques.

En outre, les relevés n'ont pas été effectués le même jour mais à des dates proches (fin avril-courant mai 2009).

Ce relevé conduit à plusieurs observations générales :

l'écart de prix est réel, et même souvent important, entre la métropole et les DOM : sur la douzaine de produits figurant dans ce relevé, chaque prix est supérieur dans les DOM ;

- les écarts de prix entre la métropole et les DOM sont variables d'un produit à l'autre. Les écarts varient parfois de quelques centimes d'euros, à un rapport du simple au double, voire au triple ou au quadruple. C'est le cas notamment pour l'eau « Cristalline »: le rapport de prix est du simple au triple voire au quadruple entre la métropole d'une part, La Réunion, la Guadeloupe et la Guyane, d'autre part ;

- des écarts de prix importants -et surprenants- existent entre les DOM eux-mêmes. Aucune tendance ne se dégage en la matière, le DOM au prix le plus bas différant d'un produit à l'autre.

Extrait du relevé de prix établi par la mission sénatoriale (prix en €)

Produit

La Réunion

Guadeloupe

Martinique

Guyane

Métropole

Lait en poudre Nido83(*)
(2,5 kg, origine métropole)

31,80*84(*)

24,05

26,95

24,85

X85(*)

Jus d'orange
(2 litres, produit importé)

4,18

2,02

2,99

2,60

1,12

Eau de source Cristalline
(6 x 1,5 l)

3,85

2,64

X

3,60

1,08

Chocolat Nesquick
(1 kg)

4,40

7,08

5,43*

7,50

3,10

Confiture de fraise n° 1
(pot de 1 kg)

1,66*

2,81*

2,39

4,73

1,27

Poulet frais
(production locale, prix au kg)

3,70

X

6,10

7,15

3,08

Rouelle de porc fraîche
(prix au kg, production locale, emballage sous cellophane)

8,34

10,20

8,20*

9,90

4,70

Patate douce
(prix au kg, production locale)

1,50

2,60

2,50

3,50

1,50
(origine Israël)

Tomates
(prix au kg, production locale)

3,45

2,50

3,80

4,30

2,80

Eau de javel n° 1
(bidon de 5 litres, origine : métropole)

3,99

2,30*

2,99

3,15

1,05

Liquide vaisselle Mir (750 ml, origine : métropole)

4,20*

3,22

3,15

3,20

1,46

Lessive
(Xtra 27 lavages,
2,5 kg)

10,66

12,07

12,37

11,50

6,07

Au vu de ce relevé de prix, il apparaît que l'écart de prix entre la métropole et les DOM concerne aussi bien les produits importés que les productions locales.

Le prix du « Nesquick », produit importé, est très supérieur dans les DOM : de 42 % à La Réunion, de 75 % en Martinique (alors que le produit y était en promotion), de 128 % en Guadeloupe et de 142 % en Guyane. De même pour le prix du jus d'orange importé : il atteint le double du prix relevé en métropole en Guadeloupe, près du triple en Guyane et en Martinique, et près du quadruple à La Réunion.

S'agissant des productions locales, l'écart de prix est également important. C'est le cas pour la viande : le prix du kilogramme de rouelle de porc fraîche atteint ainsi près du double du prix métropolitain dans les quatre DOM. Le constat est identique en matière de fruits et légumes : le prix de la patate douce produite localement est très supérieur (sauf à La Réunion) dans les DOM au prix relevé en métropole, alors qu'il s'agissait d'un produit importé d'Israël.

Le niveau élevé des prix des productions locales est révélateur des contraintes pesant sur les producteurs locaux : les prix de revient sont plus importants dans les DOM et des économies d'échelle ne peuvent y être réalisées comme en métropole.

L'écart de prix concerne aussi bien les produits alimentaires que les produits d'entretien. Si les exemples cités précédemment visent des produits alimentaires, les mêmes observations peuvent être faites à propos des prix des produits d'entretien.

Le prix de la lessive choisie pour le relevé varie ainsi du simple au double entre la métropole et les DOM, avec un prix de 6 € en métropole contre au moins 10,60 € dans les DOM. De même pour l'eau de Javel : le prix varie du simple au double entre la métropole et la Guadeloupe, du simple au triple entre la métropole et la Martinique et la Guyane, et du simple au quadruple entre la métropole et La Réunion.

* 83 Lait en poudre consommé en grande quantité dans les DOM.

* 84 Les prix marqués d'un astérisque concernent des produits en promotion.

* 85 Produit absent de la grande surface concernée lors du relevé de prix.