Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite


D) DES SIGNES VARIES DE RECOMMENCEMENT...

Finalement, l'histoire des moyens d'information et de communication, malgré sa dynamique de progrès, en apparence, linéaire semble donner des signes variés de recommencements, de résurgences, de répétitions, et cela y compris sur le plan technique.

Mais ces phénomènes se manifestent avec le plus d'acuité lorsqu'on les observe d'un point de vue médiologique ou lorsqu'on examine les conditions psychosociales, économiques ou culturelles, nécessaires au succès des nouveaux médias.

1. Sur le plan technique

Même la technique, domaine en apparence marqué par un perpétuel renouvellement, accuse parfois, elle aussi, certains recommencements.

C'est ainsi, par exemple, que le montage virtuel, permis par l'informatique, qui est au montage vidéo classique ce que le traitement de texte représente par rapport à la dactylographie d'antan, représente, selon Olivier Landau et Gilles de Peslouan, un " retour aux sources " : " il consacre, en effet, les gestes traditionnels du montage cinéma ".

Les circonstances de la naissance, au milieu du XXe siècle, de l'informatique elle-même, peuvent d'ailleurs se prêter à un parallèle avec celles de l'apparition de l'écriture, aux confins du Moyen-Orient, il y a cinq millénaires.

" Dans les deux cas - observent Philippe Breton et Serge Proulx - une nouvelle technique de communication naît du calcul et s'en détache progressivement ".

" Dans les deux cas, la nouvelle technique passe d'abord par une phase presque exclusivement consacrée à la mémorisation des données et au traitement passif de l'information ; dans les deux cas, cette technique va se mettre en mouvement pour devenir le support d'une intense activité de circulation des idées et des informations entre les hommes.

Concernant, ensuite, les normes, on pourrait espérer que les conclusions des leçons du passé ont été tirées. Or, à quelques exceptions près (MPEG2...) les guerres de standard se suivent et se ressemblent.

Après le MAC et le PC, les affrontements entre les standards de TVHD analogiques japonais et européens, les formats de cassette vidéo JVC et VHS, voici que l'histoire semble se répéter avec le DVD. D'ores et déjà, en ce qui concerne le lecteur, le codage européen du son en MPEG2 n'est pas compatible avec d'autres procédés (tels que Dolby Digital) ; Hollywood a obtenu le découpage de la planète en six zones géographiques pourvues de codes informatiques différents (pour protéger ses droits d'auteurs et conserver la maîtrise des dates de sortie des films en salle et sur disque). Et s'agissant du DVD enregistrable, Sony et Philips sont revenus, on l'a vu, sur l'accord prévu avec les autres fabricants japonais (Toshiba et Matsushita ).

La querelle sur l'intelligence dans le réseau ou dans le terminal qui jusque là opposait essentiellement les spécialistes des réseaux de télécommunications et de données (informatiques) a rebondi, de façon spectaculaire, avec l'irruption du langage Java (18(*)) qui permet d'envisager des logiciels " portables " sur n'importe quelle machine, serveur ou client. La question divise donc désormais aussi le monde de l'informatique lui-même, après avoir resurgi là où on ne l'attendait pas.

Retour Sommaire Suite