Allez au contenu, Allez à la navigation

 


Retour Sommaire Suite

Audition d'Alain LE GOURRIEREC

Directeur de la coopération scientifique et technique
Ministère des affaires étrangères

Résumé : Le contraste est réel entre les Etats-Unis et la France lorsque l'on aborde le sujet d'Internet : on a en France un langage assez défensif ; Internet y est parfois perçu comme une menace; ce qui explique la différence entre le taux d'équipement des ménages américains et français, c'est l'habitude qu'ont les premiers de pratiquer l'informatique à l'école ou à l'Université ; pour faire progresser l'utilisation d'Internet en France, le service public a un devoir, une obligation de présence sur les réseaux ; de même, il faut faire en sorte que les formations françaises soient plus présentes à l'étranger ; la France, par ses bases de connaissances, son patrimoine,sa creativite dispose d'atouts importants dans la bataille des contenus qui s'ouvre.

ELÉMENTS DE DISCUSSION :

1 . J'arrive de San Francisco où j'étais en poste ; les Français y sont tres présents dans la conception de logiciels,plus que les Allemands et que les Espagnols par exemple ; en général, nos compatriotes qui vont là-bas y viennent temporairement, avec l'idée de rentrer en Françe, une fois qu'ils auront acqus des références ;

2. Le contraste est frappant entre les Etats-Unis et la France lorsque l'on aborde le sujet de l'Internet : on a en France un langage plutot défensif.

Une des craintes exprimée dans l'approche du monde Internet, c'est la domination linguistique de l'anglais, à travers la très forte présence actuelle des contenus d'origine américaine ; or il n'y a la rien d'inévitable. Nous en sommes aux balbutiements de ces réseaux et rien n'est fige. C'est aux acteurs français (pouvoirs publics, établissements de recherche et d'enseignement, presse et edition,artistes,etc) de faire preuve de dynamisme et de s'approprier ces reseaux.

En vérité, le combat de demain est probablement centré sur les contenus, et la France, avec son patrimoine, ses bases de connaissances et sa creativite dispose d'un " gisement " considerable.

3. Aux Etats-Unis, l'utilisation de l'informatique est ancrée dans la vie quotidienne, ceci se retrouve dans le taux d'équipement des ménages ; ce qui peut expliquer la différence avec les Européens, c'est d'abord l'habitude de travailler, tant à l'école qu'à l'Université américaines, sur des supports informatique.

4. Autant le Minitel a satisfait une demande sociale, autant je crois que l'intérêt serait qu'il se produise maintenant une sorte de migration raisonnée des services Minitels vers Internet. Le grand public serait de la sorte convaincu de l'utilité d'accéder aux réseaux.

5. Pour faire progresser l'utilisation d'Internet en France, le service public a un devoir de présence sur les réseaux ; par exemple, il faudrait aujourd'hui essayer de faire en sorte que les formations supérieures françaises y soient plus présentes; nous avons là un atout majeur dans un monde ou la qualité des formations devient la référence première.

Retour Sommaire Suite