Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Comptes rendus > Compte rendu intégral


SEANCE DU 30 MAI 2001


M. le président. Par amendement n° 67, M. Schosteck, au nom de la commission des lois, propose d'insérer, avant l'article 27, une division additionnelle ainsi rédigée : « Chapitre V. - Services de sécurité de la SNCF et de la RATP ».
La parole est à M. le rapporteur.
M. Jean-Pierre Schosteck, rapporteur. Nous abordons des dispositions qui émanent d'un projet de loi que nous aurions déjà dû discuter, dont j'avais ébauché le rapport, rapport que j'ai d'ailleurs été très frustré de ne pouvoir présenter. Il est par conséquent normal de retrouver quelques rémanences de ce texte dans celui dont nous discutons actuellement.
Il s'agit, en l'occurrence, de créer un chapitre spécifique regroupant les dispositions relatives aux services internes de sécurité de la SNCF et de la RATP, que l'Assemblée nationale a adopté.
Ces dispositions, comme je le disais, sont issues du projet de loi sur la sécurité privée, dont l'examen - on peut le regretter - n'a pas été inscrit par le Gouvernement à l'ordre du jour du Sénat.
Une fois de plus, en raison du manque de cohérence de l'activité législative du Gouvernement - pardonnez-moi, monsieur le ministre - il a fallu reprendre des dispositions qui sont contenues dans un autre texte.
M. le président. Quel est l'avis du Gouvernement ?
M. Daniel Vaillant, ministre de l'intérieur. Je me suis déjà exprimé sur le regret que j'ai, moi aussi, que ce texte n'ait pu être soumis comme prévu au Sénat. Je tiens d'ailleurs à dire que c'est l'examen fort long d'une proposition de loi mise à l'ordre du jour prioritaire du Sénat qui a empêché le ministre des relations avec le Parlement d'inscrire, comme le Gouvernement l'aurait souhaité, le projet dont vous parliez à l'instant, monsieur Schosteck.
Mais tout cela est derrière nous puisque la loi organique modifiant la date d'expiration des pouvoirs de l'Assemblée nationale a été adoptée et actée par le Conseil constitutionnel...
Je regrette donc, moi aussi, ce retard. Mais, ne souhaitant pas que le présent texte soit désorganisé, j'émets un avis défavorable sur cet amendement... ce qui ne veut pas dire que je suis contre les dispositions prévues dans le projet de loi sur la sécurité privée.
M. le président. Personne ne demande la parole ?...
Je mets aux voix l'amendement n° 67, repoussé par le Gouvernement.

(L'amendement est adopté.)
M. le président. En conséquence, une division additionnelle ainsi rédigée est insérée dans le projet de loi, avant l'article 27.

Article 27





Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat
Recherche | Liste de diffusion | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Liens | Ameli