Allez au contenu, Allez à la navigation

LAGRANGE Adélaïde-Édouard Lelièvre

Ancien sénateur du Second Empire

  • IInd Empire

    Ancien sénateur du
    Second Empire

Election

  • Elu le 26 janvier 1852
  • Fin de mandat le 4 septembre 1870

Autres mandats

  • Chambre des députés du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
  • Chambre des députés du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
  • Chambre des députés du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
  • Chambre des députés du 1er août 1846 au 24 février 1848
  • Assemblée nationale du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851

Extraits de la table nominative :

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

LAGRANGE (ADÉLAÏDE-ÉDOUARD LELIÈVRE, MARQUIS DE), député de 1837 à

1848, représentant en 1849 et sénateur du Second Empire, né à Paris le 16 décembre 1796, mort à Paris le 17 janvier 1876, fit ses études au lycée Napoléon, entra dans les, gardes d'honneur en 1813, dans les mousquetaires en 1814, fut nommé capitaine d'état-major en 1815, donna sa démission en 1821, passa dans la diplomatie, fut attaché à l'ambassade de France à Madrid, puis à la légation de Carlsruhe, devint secrétaire d'ambassade à Vienne en 1824, et chargé d'affaires à la Haye (1828). Rendu à la vie privée par la révolution de juillet, il se retira dans ses propriétés à Blaye, s'occupa d'agriculture, d'archéologie et de littérature, traduisit des romans allemands, collabora à plusieurs revues, publia des travaux de numismatique, et prépara une édition des Mémoires du maréchal duc de la Force, ouvrage qui le fit entrer en 1846 à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Chevalier de la Légion d'honneur et conseiller général, il se mêla aussi à la politique, et se porta, le 4 novembre 1837, candidat à la députation, dans le 6e collège de la Gironde (Blaye), qui l'élut avec 108 voix (193 votants, 228 inscrits), et le réélut successivement : le 2 mars 1839, avec 126 voix (204

votants); le 9 juillet 1842, avec 170 voix (225 votants, 282 inscrits), contre 65 à M. Merlet; le

1er août 1846, avec 175 voix (273 votants, 300 inscrits), contre 97 à M. de Caumont. Ministériel intermittent, il prit une certaine part aux discussions de la Chambre, parla en faveur de l'occupation totale de l'Algérie, sur les impôts, sur les attributions des conseils généraux, sur la création d'aumôniers dans les troupes employées hors de France, et reprocha au cabinet son attitude vis-à-vis du prince L.-N. Bonaparte, « qu'il avait grandi de toute la force qu'on avait déployée contre lui ». Il vota pour l'adresse de 1839, pour le recensement, pour l'indemnité Pritchard, contre la dotation au duc de Nemours, contre les fortifications de Paris, contre les incompatibilités, contre l'adjonction des capacités, contre la proposition sur les députés fonctionnaires, combattit le cabinet Thiers (du 1er mars), refusa de voter la flétrissure contre les pèlerins de Belgrave-Square, fut rapporteur du budget (1846) et donna son avis sur la propriété littéraire, sur l'expropriation pour cause d'utilité publique, sur l'établissement des grandes lignes de chemins de fer, sur les douanes, les octrois, contre la fabrication des vins, sur les brevets d'invention, etc. Après la révolution de février, il lutta, dans le conseil général de la Gironde, dont il était membre (1846-1863) en faveur du principe d'autorité, et contribua à l'élection du prince L. Napoléon à la présidence de la République. Elu, le 13 mars 1849, représentant de la Gironde à l'Assemblée législative, le 10e sur 13, par 68,208 voix (125,001 votants, 179,161 inscrits), il soutint sans réserve la politique personnelle du prince-président, fit partie de la Commission consultative après le coup d'Etat de décembre, fut nommé sénateur le 26 janvier 1852, puis grand-officier de la Légion d'honneur le 21 juin 1856, et membre du conseil du sceau. M. de Lagrange a publié : Mémoires authentiques de Jacques Nompar Caumont, duc de la Force (1843); Les Suédois à Prague (1821) et La délivrance de Bude (1824), romans traduits de l'allemand; de la Noblesse considérée comme une institution impériale (1857); Nouvelles lettres de Mme Swetchine (1875); Hugues Capet, chanson de geste; et es brochures de circonstance, Sur la situation politique du pays (1842); Sur les octrois (1846), etc. Par testament, il a légué à l'académie de Bordeaux une rente de 600 francs, destinée à donner un prix annuel alternativement à l'auteur du meilleur mémoire sur la langue gasconne, et à l'auteur du meilleur mémoire sur la numismatique du midi de la France.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Adélaïde-Édouard Lelièvre LAGRANGE, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 16 décembre 1796
Décédé le 17 janvier 1876
Profession
Diplomate
  • Mis à jour le 15 janvier 2019