Allez au contenu, Allez à la navigation

ORDENER Michel

Ancien sénateur du Second Empire

  • IInd Empire

    Ancien sénateur du
    Second Empire

Election

  • Elu le 26 janvier 1852
  • Fin de mandat le 22 novembre 1862

Extraits de la table nominative :

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)

avant 1889

ORDENER (MICHEL, COMTE), sénateur du Second Empire, né à Huningue (Haut-Rhin) le 3 avril 1787, mort à Paris le 22 novembre 1862, entra comme volontaire, le 23 septembre 1802, dans le 11e chasseurs à cheval, et fut admis à l'École de Metz, d'où il sortit sous- lieutenant au 24e dragons, le 8 décembre 1803. Lieutenant aux grenadiers à cheval de la garde consulaire, il devint aide-de-camp de son père, qu'il suivit en Autriche en 1805, puis remplit les mêmes fonctions auprès du général Duroc. Il fit ainsi la campagne de Prusse et de Pologne, puis celle de Portugal. Chevalier de la Légion d'honneur le 14 mars 1806, capitaine après Friedland et la paix de Tilsitt, le 7 août 1807, chef d'escadron le 30 mars 1809, après les opérations en Portugal, il fut appelé à la grande armée, au moment de la rupture avec l'Autriche, se distingua à Essling et à Wagram, et prit part à la guerre de Russie (1812) et à celle de Saxe (1813). Colonel du 30e dragons, il faisait partie, en 1814, du 6e corps commandé par le maréchal Marmont. Il s'opposa autant qu'il put à la capitulation du duc de Raguse, et quand Souham et Bordesoulle conduisirent leur corps d'armée dans les lignes russes qui présentèrent les armes, il répondit fièrement à Bordesoulle, qui ordonnait de rendre le salut : « Si mes dragons tirent le sabre, ce sera pour charger. » A Versailles, les soldats le supplièrent de se mettre à leur tête pour regagner Fontainebleau, où était l'empereur, et lorsque Marmont se présenta, Ordener lui reprocha, en termes des plus vifs, l'ignominie de sa trahison. A Waterloo, il se couvrit de gloire en chargeant à quatre reprises différentes les gardes anglaises. Mis en demi-solde à la seconde Restauration, Ordener ne rentra dans l'activité qu'après la révolution de 1830. Maréchal de camp le 2 avril 1831, commandant du département de Maine-et-Loire, puis inspecteur de cavalerie et membre du comité de son arme, il fut promu lieutenant-général le 22 avril 1846, placé à la tête de la 19e division militaire à Bourges, puis de la 16e à Caen (4 mars 1848), et fut élevé, le 24 octobre suivant, à la dignité de grand officier de la Légion d'honneur. Partisan du prince Louis-Napoléon, il entra au nouveau Sénat le 26 janvier 1852, et fut admis à la retraite, comme général de division, le 3 mai de la même année. Au Sénat, le général Ordener siégea dans la majorité dynastique.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Le Sénat vers 1870
Etat-civil
Né le 3 avril 1787
Décédé le 22 novembre 1862
Profession
Général de division
  • Mis à jour le 29 mai 2022