Allez au contenu, Allez à la navigation



Délocalisations : pour un néo-colbertisme européen

 

II. LES ENJEUX TERRITORIAUX ACTUELS DES MUTATIONS ÉCONOMIQUES

L'étude prospective réalisée par la DATAR (105(*)) classe les 348 zones d'emploi du territoire selon l'évolution des établissements et des effectifs industriels, démontrant la diversité des mutations locales entre 1993 et 2001 :

- 203 zones (soit 58 %) ont enregistré une augmentation de leurs effectifs industriels sur la période, et 145 une diminution (42 %) ;

- 294 zones (soit 85 %) ont connu une croissance du nombre des établissements industriels et 54 (15 %) une baisse.

La corrélation entre ces deux séries n'est pas absolue puisque seules 192 zones, soit 55 % du total, ont bénéficié à la fois d'une expansion de leur tissu industriel et d'un accroissement des effectifs employés sur la période. Parmi les 156 autres zones, 40 ont bénéficié d'une mesure de solidarité nationale entre 1999 et 2002, mais, selon la DATAR, un bassin d'emplois sur cinq (70) est aujourd'hui affecté par un affaiblissement significatif de son potentiel industriel.

A. L'IMPACT LOCAL DES CRISES SUR LES EMPLOIS MANUFACTURIERS

La poursuite, voire l'amplification, des mutations industrielles dans les secteurs exposés à la concurrence internationale devrait augmenter le nombre des bassins touchés. Si les difficultés concernent essentiellement l'emploi non qualifié, l'impact local des mutations industrielles est cependant différent selon les bassins. En effet, les territoires ne sont pas égaux face aux pertes d'emplois industriels. Leur capacité à absorber les chocs est variable selon plusieurs facteurs : la localisation, la taille, l'attractivité résidentielle, les valeurs industrielles, la diversité du tissu économique local et régional.

1. Les problématiques locales diffèrent selon les bassins d'emplois

Le déclin manufacturier annoncé par certains dans des régions exposées est indissociable de l'espace rural et de son devenir. Les problématiques locales ne sont pas identiques dans les 41 bassins résidentiels ayant une vocation industrielle et les 291 bassins industriels dans l'aire rurale recensés par l'INSEE. Cette constatation conduit à la mise en place d'une typologie selon les bassins d'emplois.

a) Les problématiques locales des bassins d'emplois

Outre la localisation, qui a conduit à la concentration d'activités sur un nombre limité de pôles spécialisés constituant le territoire industriel utile, composé de réseaux de communication entre zones d'activités et logistiques, et la taille territoriale, qui conditionne le développement tant endogène qu'exogène du territoire, il convient de mentionner les valeurs locales qui président aux décisions de développement. En effet, l'attitude sociale à l'égard du travail industriel est un facteur de résistance ou de rebond de l'industrie locale dans la compétition internationale.

Dans le Choletais, par exemple, le système social n'est pas caractérisé par les antagonismes sociaux, ce qui a permis de maintenir la pression salariale. Les personnels licenciés s'efforcent de retrouver un emploi au prix de migrations alternantes qui se sont développées jusqu'à Angers. En dépit des restructurations successives dans le textile et le cuir, le taux de chômage est dans le Maine-et-Loire inférieur à la moyenne nationale. Les responsables politiques, économiques et syndicaux locaux sont mobilisés à l'unisson, les conseils généraux de Maine-et-Loire et de Vendée menant une action vigoureuse de diversification ayant par notamment autorisé l'installation de nouveaux ateliers de maroquinerie de luxe. Les entreprises ont opté pour de véritables stratégies d'adaptation en investissant sur les marques et la distribution, et en mixant productions locales et délocalisations.

Il convient également de souligner tout particulièrement le rôle de la diversité du tissu local et régional. A titre d'illustration, une économie composée de services et de nouveaux secteurs industriels amortit mieux le déclin des activités industrielles. L'industrie manufacturière la plus menacée se situe dans des bassins de vie dont les secteurs productifs sont isolés et dont l'attractivité résidentielle n'a pas été une préoccupation locale en raison de la création volontaire ou non d'une étanchéité avec le monde extérieur.

Cette prise en compte de la vivacité du tissu industriel dans le développement et la flexibilité face aux périodes de mutations et de reconversion conduit à établir une typologie en fonction de la situation plus ou moins excentrée des bassins.

* (105) La France, puissance industrielle - Op. cit.