Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Japon et la Corée face à la mondialisation

 

5. La restructuration du système bancaire

Le secteur bancaire s'est restructuré.

De 1991 à 2006, le nombre total des banques est passé de 605 à 411, et celui des principales banques de 22 à 8, comme l'indique le graphique ci-après.

Le nombre de banques au Japon

(1) Principales banques en 1991 :

- « City Banks » : DKB, Fuji, Sumitomo, Mitsui Taiyo-Kobe, Mitsubishi, Tokyo, Sanwa, Tokai, Kyowa, Saitama, Daiwa, Hokkaido-Takushoku ;

- « Trust banks » : Mitsui-trust, Mitsubishi-trust, Yasuda-trust, Toyo-trust, Chuo-trust, Nihon-trust, Sumitomo-trust ;

- banques de crédit à long terme : IBJ, LTCB, JCB.

Principales banques en 2006 : Mitsuho FG, SMFG, MUFG, Resona HD, Mitsui Trust HD, Sumitomo-Trust, Shinsei, Aozora.

Source : Banque du Japon (document remis à votre commission des finances)

L'organisation du système bancaire japonais : présentation succincte

Les dépôts des banques japonaises sont de l'ordre de 1.000 trillions de yens, soit presque le double du PIB annuel.

Le système bancaire japonais repose essentiellement sur quatre types d'organismes de crédit :

- les principales banques ;

- les banques régionales ;

- la banque postale ;

- les banques « shinkin » (coopératives).

Le graphique ci-après indique l'importance respective de ces différentes catégories d'organismes.

Part des dépôts bancaires fin 2005

(en %)

Source : Banque du Japon (document remis à votre commission des finances)

Comme cela a été indiqué, parmi les principales banques, trois ont fait faillite : Hokkaido-Takushoku en 1997, LTCB (Long Term Credit Bank) en 1998, et JCB (Japan Credit Bank) en 1998. La première fait désormais partie de Mitsui Trust HD, et les deux autres ont été temporairement nationalisées, et sont désormais dénommées Shinsei et Aozora.

Les fusions ont été nombreuses.

Tout d'abord, le 1er octobre 2005 a été constitué Mitsubihi UFJ FG25(*) (MUFG), qui, avec environ 200 milliards de dollars d'actifs, est l'une des quatre premières banques mondiales26(*) :

- dans un premier temps, Mitsubishi et Tokyo ont fusionné, avant d'être rejointes par Nihon-Trust au sein de Mitsubishi Tokyo FG (MTFG) ;

- parallèlement, Sanwa, Tokai et Toyo-Trust ont fusionné au sein d'UFJ ;

- puis ces deux dernières nouvelles entités, MTFG et UFJ, ont à leur tour fusionné au sein de Mitsubihi UFJ FG (MUFG).

Le Japon s'est également doté de deux banques ayant chacune environ 100 milliards de dollars d'actifs (ce qui les place autour du dixième rang mondial, comme BNP Paribas) :

- le groupe financier Mizuho FG, issu de la fusion de DKB, Fuji, Yasuda-Trust et IBJ ;

- le groupe financier Sumitomo Mitsui FG (SMFG), issu de la fusion de Sumitomo et Mitsui Taiyo-Kobe.

Par ailleurs, Kyowa, Saitama et Daiwa ont fusionné au sein de Resona HD27(*). Mitsui-Trust28(*), Chuo-Trust et Hokkaido-Takushoku, qui a fait faillite, sont désormais réunies au sein de Mitsui Trust HD29(*).

Les seules grandes banques à ne pas avoir été impliquées dans un processus de fusion sont Sumitomo-Trust30(*), et les deux banques qui ont été temporairement nationalisées après une faillite : LTCB (devenue Shinsei) et JCB (devenue Aozora).

* 25 L'acronyme FG, fréquent dans la dénomination des banques japonaises, signifie « financial group ».

* 26 Les trois autres banques de taille comparable sont Citigroup, Bank of America et HSBC. La position relative de ces banques n'est pas figée. Ainsi, MUFG, première banque mondiale lors de sa création, était au quatrième rang fin mars 2006.

* 27 L'acronyme HD signifie « holdings ».

* 28 A ne pas confondre avec l'ex-Mitsui Taiyo-Kobe, qui était une « city bank », et non une « trust bank ».

* 29 A ne pas confondre avec Sumitomo Mitsui FG, qui est une « city bank », et non une « trust bank ».

* 30 A ne pas confondre avec l'ex-Sumitomo, qui était une « city bank », et non une « trust bank ».