Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 29 avril 2020

SÉANCE

du mercredi 29 avril 2020

76e séance de la session ordinaire 2019-2020

présidence de M. Gérard Larcher

Secrétaires : M. Victorin Lurel, Mme Catherine Deroche.

La séance est ouverte à 15 h 5.

Le procès-verbal de la précédente séance est adopté.

Hommage à un ancien sénateur

M. le président. - (Mmes et MM. les sénateurs et les membres du Gouvernement se lèvent.) C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de notre ancien collègue Henri Weber le 26 avril dernier.

Cet universitaire s'était passionné pour la politique depuis son adolescence. Une jeunesse engagée dans les Jeunesses communistes ; puis arrivèrent les événements de mai 1968 : il fut cofondateur de la Ligue communiste ; en 1986, il rejoignit le Parti socialiste, dont il fut longtemps secrétaire national. En 1988, Henri Weber devint conseiller technique au cabinet de Laurent Fabius, alors Président de l'Assemblée nationale ; puis, de 1991 à 1993, il participa comme chargé de mission aux cabinets de Martin Malvy et du président Louis Mermaz, alors ministres chargés des relations avec le Parlement. Maire-adjoint de Saint-Denis en 1989, conseiller municipal de Dieppe en 1995, il fit son entrée dans notre assemblée la même année, comme sénateur de la Seine-Maritime.

Au cours de ses neuf ans de mandat sénatorial, Henri Weber, membre de la commission des affaires culturelles, intervenait régulièrement dans les débats concernant des secteurs qu'il connaissait particulièrement : l'enseignement supérieur, la culture ou encore la communication et l'audiovisuel. Son bureau, débordant de livres, témoignait de son érudition. Son engagement européen le conduisit à siéger pendant dix ans au Parlement européen, de 2004 à 2014.

Avec lui disparaît une figure qui a marqué notre vie politique, une personnalité dotée d'un sens de l'humour dont je me souviens bien, un intellectuel érudit et passionné par les débats d'idées, qui avait pour devise d'« agir en homme de pensée et penser en homme d'action ». Ayant acquis une forme d'autorité intellectuelle, il fut aussi un combattant déterminé contre le racisme.

Au nom du Sénat, je souhaite exprimer notre sympathie à son épouse Fabienne Servan-Schreiber, à ses enfants, à ses proches, aux membres du groupe socialiste et à tous ceux qui ont partagé sa vie dans le groupe socialiste et ses engagements, dans leur diversité. (Mmes et MM. les sénateurs et les membres du Gouvernement observent un moment de recueillement.)