Allez au contenu, Allez à la navigation

Améliorer l'accès au logement pour les étudiants

14e législature

Question écrite n° 02161 de M. Claude Bérit-Débat (Dordogne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 04/10/2012 - page 2126

M. Claude Bérit-Débat attire l'attention de Mme la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la problématique du logement auprès des étudiants.
En effet, le logement représente le premier poste de dépense chez les étudiants, soit 50 % de leur budget. Or les loyers sont en hausse du fait de la forte demande mais également à cause du phénomène de relocation.
Le poids du logement pour les étudiants participe ainsi à la hausse du coût de la vie étudiante et à une paupérisation des jeunes qui veulent poursuivre leurs études. Ils sont d'ailleurs de plus en plus contraints à prendre un travail pour financer leurs études, cela au détriment de la qualité de ces mêmes études.
Le nouveau Gouvernement a bien pris la mesure de cette problématique en annonçant la création de 8 000 logements par an mais aussi l'optimisation des systèmes de cautionnement.
Sur ce dernier sujet, il lui demande quels dispositifs le Gouvernement compte mettre en place ou améliorer afin que les étudiants puissent accéder également aux logements privés.



Réponse du Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 15/11/2012 - page 2608

Le dispositif « passeport logement étudiant » proposé par le précédent Gouvernement n'a pas fait preuve de son efficience. Seulement sept contrats ont été signés. Dans le même temps, les conseils régionaux d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées ont réussi à déployer, avec des résultats probants, un dispositif de cautionnement solidaire qui, notamment, favorise l'accès des étudiants indépendants de leur famille au parc privé. Sur la base de ces expériences et en lien avec les travaux coordonnés par le ministère du logement, une réflexion est en cours pour mettre en place, à compter du printemps 2013, un dispositif national de cautionnement solidaire.