Allez au contenu, Allez à la navigation

Campagne de lutte contre l'antibiorésistance

15e législature

Question écrite n° 11559 de Mme Françoise Férat (Marne - UC)

publiée dans le JO Sénat du 18/07/2019 - page 3816

Mme Françoise Férat attire l'attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la lutte contre l'antibiorésistance.
Le développement de l'antibiorésistance découle directement d'une utilisation trop longtemps déraisonnée d'antibiotiques en santé humaine et animale, qui génère au fil du temps une augmentation des résistances bactériennes, rendant les antibiotiques inopérants. De plus, ces bactéries multirésistantes se retrouvent également dans la nature, étant par exemple propagées dans les rivières par les eaux usées des hôpitaux, ce qui en fait un problème environnemental global.
L'usage non maîtrisé des antibiotiques contribue ainsi à la diffusion de bactéries résistantes : cette résistance aux antibiotiques devient aujourd'hui un enjeu de santé publique et de développement durable majeur. En effet, pour un nombre croissant d'infections (pneumonie, tuberculose, septicémie, gonorrhée, maladies d'origine alimentaire), le traitement devient plus difficile, voire parfois impossible, du fait de la perte d'efficacité des antibiotiques.
Ainsi, chaque année en France, 12 500 personnes meurent directement des suites d'une infection provoquée par une bactérie multi-résistante, ce qui est plus de 3 fois supérieur au nombre de décès provoqués par des accidents de la route ! Pourtant, malgré ce chiffre inquiétant, et les nombreuses actions entreprises pour enrayer ce phénomène, la menace continue de peser sur l'ensemble de la collectivité. Le risque est d'entrer bientôt dans une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes seront à nouveau mortelles.
En 2018, l'association « alliance contre le développement des bactéries multi-résistantes » (ACdeBMR) a développé des recommandations dans son mode d'emploi sur les politiques de lutte contre l'antibiorésistance. Ces recommandations s'adressent à tous, pouvoirs publics, professionnels de santé, et société civile, et visent à enrayer le phénomène d'antibiorésistance grâce à un effort général. Elles ont été présentées à l'Assemblée nationale en novembre 2018 à l'occasion de la semaine mondiale de l'antibiorésistance. Elle souhaite remobiliser l'engagement de tous autour de cet enjeu de santé publique
Elle lui demande quelles sont les intentions du Gouvernement sur cette campagne de mobilisation et sur l'antibiorésistance de manière générale.

Transmise au Ministère des solidarités et de la santé



Réponse du Ministère des solidarités et de la santé

publiée dans le JO Sénat du 19/11/2020 - page 5481

La feuille de route interministérielle pour la maîtrise de l'antibiorésistance dans une approche « One Health » (une seule santé), adoptée en 2016, détaille les actions menées par le Gouvernement dans la lutte contre l'antibiorésistance. La ministre des solidarités et de la santé a confié en janvier 2019 au Pr Céline Pulcini le pilotage opérationnel de cette feuille de route en santé humaine. La feuille de route est de plus déclinée dans chaque secteur selon trois plans d'action différents : dans le secteur de la santé humaine avec le « programme national d'actions de prévention des infections associées aux soins » (PROPIAS), qui a intégré l'axe 2 de la feuille de route (Bon usage des antibiotiques) en 2017 ; dans le secteur de la médecine vétérinaire avec le plan « Ecoantibio 2 » 2017-2021 ; dans le secteur de l'environnement avec le « plan national santé environnement » (futur PNSE IV). Le ministère des solidarités et de la santé établit chaque année un rapport récapitulatif des actions menées en santé humaine, disponible sur antibiotiques.gouv.fr. Les recommandations émises par l'association ACdeBMR sont prises en compte dans la mise en place des politiques publiques. Concernant la sensibilisation et la prévention de l'antibiorésistance mentionnées dans les recommandations, une campagne de marketing social menée par Santé publique France, envers les professionnels de santé et le grand public sera lancée fin 2021. Les étudiants en santé, dans le cadre du Service Sanitaire des Etudiants en Santé, peuvent, dès à présent, mettre en place des actions de sensibilisation sur ce sujet à destination d'un public divers. Les jeunes participant au Service National Universel seront également sensibilisés à la prévention des infections et de l'antibiorésistance au travers de fiches pédagogiques et d'une sensibilisation aux gestes universels d'hygiène. Enfin, Antibio'Malin, un espace thématique disponible depuis novembre 2019 sur le site sante.fr, regroupe sous forme de fiches courtes des informations pratiques sur les antibiotiques disponibles en ville ainsi que sur les principales infections, dans le but d'informer les usagers et de leur donner les moyens d'agir eux aussi pour prévenir l'émergence de la résistance aux antibiotiques. Les tests rapides d'orientation diagnostique (TROD) définis comme outils essentiels de la lutte contre l'antibiorésistance par ACdeBMR sont largement promus par le ministère des solidarités et de la santé, notamment les TROD pour l'angine. Le Comité interministériel pour la santé a ainsi annoncé en mars 2019 la mise en place début 2020 d'un parcours patient additionnel au parcours médecin habituel, avec la possibilité de réaliser le TROD angine en pharmacie d'officine (mesure suspendue temporairement pendant la crise sanitaire). Enfin, les recommandations d'ACdeBMR accentuent la nécessité de développer la recherche, ce qui a été mis en place. En effet, un Programme Prioritaire de Recherche « Antibiorésistance : comprendre, innover, agir » a été lancé fin 2018, doté de 40 millions d'euros sur 10 ans. Un appel à manifestation d'intérêt a ainsi été coordonné cette année par l'Agence nationale de la recherche et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale. Dans ce cadre,  trois appels à projets structurants ont été lancés pour développer et créer des plateformes, réseaux et observatoires dédiés à l'antibiorésistance. Par ailleurs, la semaine mondiale pour le bon usage des antimicrobiens promue par l'OMS (World Antibiotic Awareness Week : WAAW) aura lieu du 18 au 24 novembre 2020, avec la journée européenne d'information sur les antibiotiques (European Antibiotic Awareness Day : EAAD) prévue le 18 novembre. À cette occasion, le ministère des solidarités et de la santé organise un événement à l'échelle européenne sur la disponibilité des antibiotiques existants en santé humaine. L'ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre l'antibiorésistance mèneront durant cette semaine de nombreuses actions de sensibilisation.