Allez au contenu, Allez à la navigation

Fonds alloués à la création d'un musée au Bénin

15e législature

Question écrite n° 12206 de M. Ladislas Poniatowski (Eure - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 19/09/2019 - page 4726

M. Ladislas Poniatowski attire l'attention de M. le ministre de la culture sur la restitution d'œuvres au Bénin et le soutien de la France, par l'intermédiaire de l'agence française de développement (AFD), à la création d'un musée dans les palais royaux d'Abomey, qu'il a évoqué lors du discours prononcé au forum sur les « Patrimoines africains : réussir ensemble notre nouvelle coopération culturelle », le 4 juillet 2019 à l'Institut de France. Ces dernières semaines, des sommes ont été relayés par la presse nationale (20 millions d'euros, dont 12 millions entièrement dédiés au musée d'Abomey) ; aussi il lui demande de lui préciser quel est le montant précis de ces fonds destinés au Bénin dans le cadre de la création d'un musée dans les palais royaux d'Abomey. Il lui demande, en outre, quelle compétence gouvernementale ou parlementaire a permis à l'AFD d'attribuer cette somme.

Transmise au Ministère de la culture



Réponse du Ministère de la culture

publiée dans le JO Sénat du 24/09/2020 - page 4347

La France a effectivement fait le choix d'accompagner en financement et en compétences le projet de réhabilitation et d'aménagement du complexe palatial d'Abomey et de construction d'un nouveau musée porté par la République du Bénin, le Musée de l'épopée des Amazones et des Rois du Dahomey (MEARD). Dans le cadre de la mise en œuvre des engagements pris à Ouagadougou le 28 novembre 2017, la France a en effet décidé de renforcer sa relation partenariale avec l'ensemble du continent africain, notamment pour accompagner la jeunesse africaine. Sur requête du Gouvernement béninois, l'Agence française de développement (AFD) instruit actuellement un projet de financement du Musée d'Abomey et de valorisation du site palatial classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le secteur touristique et culturel est en effet l'un des secteurs stratégiques sur lequel le Gouvernement béninois veut s'appuyer pour relancer la croissance économique. Parmi les sites prioritaires retenus dans le plan d'action du Gouvernement pour la création de musées, en lien avec une politique d'aménagement du territoire, figurent le musée Ouidah (financement Banque Mondiale) et le projet de musée d'Abomey. L'AFD accompagne par conséquent la promotion du patrimoine touristique et culturel au Bénin, conformément au nouveau mandat confié à l'agence dans le secteur des industries créatives et culturelles en 2018. Ce projet est placé sous la maîtrise d'ouvrage de l'Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du tourisme (ANPT) du Bénin. La mise en valeur du site palatial d'Abomey, au sein de laquelle s'insère la construction d'un nouvel équipement muséal, permettra de valoriser et présenter différentes collections béninoises aux publics béninois et international, en intégrant les 26 œuvres dont la restitution sera rendue possible par le projet de loi que le Gouvernement a déposé à l'Assemblée nationale le 16 juillet 2020 (n° 3221). Le groupe AFD, établissement public sous tutelle interministérielle, met en œuvre la politique de la France en matière de développement et de solidarité internationale, notamment sous la forme de prêts, de subventions, de mise à disposition d'expertise ou encore d'assistance technique. Son mandat a été étendu depuis 2018 aux industries culturelles et créatives, lui permettant d'accompagner la structuration des différentes filières créatives dans les pays du Sud à travers des actions, entre autres, sur les équipements culturels, les formations aux métiers de la culture ou encore l'entreprenariat créatif. C'est le Gouvernement français, via le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) qui définit les grandes orientations politiques dont l'AFD est chargée de l'application. Le Bénin figure parmi la liste des pays prioritaires de l'aide française au développement actée lors du CICID du 8 février 2018 et les axes stratégiques de la coopération entre la France et le Bénin pour la période 2018-2021 sont définis dans un cadre général de partenariat, signé le 9 mars 2018, à Paris. Ce cadre précise entre autres, pour la période 2018-2021, les axes de coopération entre les deux pays, dont trois ont été priorisés pour ce triennal, parmi lesquels figurent deux actions relatives au tourisme et à la culture : soutien à la valorisation des potentialités naturelles et culturelles à travers une contribution à l'aménagement des sites urbains à forte valeur ajoutée touristique, culturelle et patrimoniale ; circulation des œuvres entre la France et le Bénin, échange en matière d'expertises patrimoniales et formations professionnalisantes adaptées aux besoins, soutien aux politiques de conservation, de sécurité, sûreté et de présentation des œuvres au Bénin. Compte tenu de ces engagements mutuels, le Gouvernement béninois a adressé une requête de financement à l'AFD concernant le projet d'Abomey. Actuellement, le processus d'instruction par l'AFD est toujours en cours en vue d'un examen par ses instances de décision d'ici quelques mois dans la perspective d'une mise à disposition des fonds qui pourrait intervenir en 2021. L'AFD interviendrait, sous la forme d'un accompagnement significatif, en prêt pour la construction et en subvention pour les mesures d'assistance technique et d'appui socio-économique. L'AFD, à la demande de l'ANPT, a diligenté des études complémentaires de faisabilité confiées à Expertise France. De plus, l'ANPT, dans son rôle propre de maîtrise d'ouvrage, poursuit avec l'appui de la France sa mobilisation des maîtres d'œuvre, sous financements propres béninois, responsables de la préfiguration des chantiers à financer via l'enveloppe de prêt : projet de réhabilitation des palais d'Abomey Ghézo, Glélé, Behanzin et Agoli Agbo et réhabilitation de l'ancien Institut français d'Afrique noire, confiés à l'architecte béninois, Aimé Gonçalves ; projet de construction du MEARD confié à l'architecte française Françoise N'Thepe ; projet scénographique et muséographique du MEARD confié aux cabinets français Les Crayons et Decalog. Par ailleurs, concernant la conduite de ce programme, la partie béninoise a convenu de répondre à la recommandation de la décision du Comité du patrimoine mondial de 2019, relayée par le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, sur ces projets architecturaux, qui doivent se conformer aux objectifs de conservation de ce site du patrimoine mondial. Au-delà de la contribution financière prévue, ce projet permet aussi de mobiliser pleinement et donc de valoriser l'expertise patrimoniale française au bénéfice d'un projet patrimonial structurant pour le Bénin et devant s'insérer sur un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.