Allez au contenu, Allez à la navigation

Intempéries dans la vallée du Rhône

15e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 1049G de Mme Marie-Pierre Monier (Drôme - SOCR)

publiée dans le JO Sénat du 21/11/2019

Mme Marie-Pierre Monier. Monsieur le président, madame la ministre, mes chers collègues, les chutes de neige de jeudi dernier ont provoqué une situation difficile et inédite dans de nombreux départements, en particulier dans la Drôme. J'associe donc mes deux collègues drômois Gilbert Bouchet et Bernard Buis à cette question.

Dans la Drôme, 88 000 foyers ont été privés d'électricité et, hier soir, 7 000 étaient encore concernés. Pas d'électricité en cette saison, cela veut dire plus de chauffage, plus d'eau chaude, parfois même plus d'eau du tout, plus de communications possibles. Depuis six jours, cela a été ponctuellement dramatique et pourrait l'être encore si nous n'agissons pas.

Cette situation est due à des chutes de neige abondantes précoces, avec une neige lourde et collante, à une période où les arbres portent encore leurs feuilles et sont donc plus sensibles au poids de la neige. Beaucoup sont tombés sur les routes et sur les installations électriques. Souvent aussi, les installations elles-mêmes ont cédé, pylônes compris.

Je veux rendre hommage aux agents d'Enedis, qui sont intervenus aussi vite qu'ils le pouvaient, mais surtout saluer le dévouement des maires et de nombreux élus qui sont restés sur le pont, nuit et jour, et tiennent bon, même s'ils sont épuisés par cette épreuve. Aujourd'hui, cela fait six jours que cela dure et ils se sentent bien seuls face au désarroi et aux interrogations légitimes des habitants. Ce qui se passe au moment où je vous parle est grave. Les plus fragiles sont en danger et il faut y apporter des solutions sans tarder. À l'avenir, avec le changement climatique, ce type d'épisode neigeux risque de se reproduire.

Aussi, madame la ministre, compte tenu de la situation et des dégâts très importants, je souhaite vous soumettre trois questions : que va faire l'État pour rétablir l'électricité dans tous les foyers encore concernés ? Quels nouveaux dispositifs pourraient être mis en œuvre pour sécuriser les réseaux électriques afin d'éviter que cela ne se reproduise ? Peut-on envisager que ce type d'événement puisse être reconnu comme catastrophe naturelle ou trouver un autre moyen d'indemnisation ? (Applaudissements sur des travées du groupe SOCR.)



Réponse du Secrétariat d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire

publiée dans le JO Sénat du 21/11/2019 - page 15878

Mme Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire. Madame la sénatrice Monier, vous avez raison, c'est un épisode très difficile qui a été vécu dans le grand Sud-Ouest (Sud-Est ! sur les travées du groupe Les Républicains.) le grand Sud-Est, veuillez m'excuser, depuis de la semaine dernière. Je me suis rendue dans la Drôme, à côté de Valence, vendredi dernier, et je voudrais à mon tour rendre hommage aux élus, aux gendarmes, aux pompiers, aux renforts militaires, aux agents d'Enedis et de RTE, qui se sont mobilisés sans relâche.

Vous l'avez dit, cet épisode est dû à de la neige lourde, collante, tombée rapidement sur des arbres qui avaient encore des feuilles. De nombreux arbres sont tombés, qu'il a fallu déblayer sur les routes, beaucoup de poteaux sont tombés, qu'il a fallu remettre en service. Sans aucune visibilité, les hélicoptères ne pouvaient pas décoller pour faire suivre les lignes.

C'est ainsi que 330 000 foyers ont été privés d'électricité. La situation est en train de revenir à la normale, mais, à la fin du week-end, environ 30 000 foyers, essentiellement dans la Drôme et en Ardèche, restaient concernés ; aujourd'hui, il en reste encore 7 000 dans la Drôme et quelques-uns en Ardèche.

M. Gilbert Bouchet. 7 500 !

Mme Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État. Face à cette situation, 2 300 agents ont été mobilisés, travaillant jour et nuit pour remettre les lignes en service ; des centres d'hébergement ont été ouverts, notamment par la préfecture de la Drôme ; des groupes électrogènes ont été mis à disposition, même s'il doit en être fait usage avec beaucoup de précautions – nous avons déploré un accident en Isère.

Pour la suite, Enedis continue à enterrer des lignes. Ainsi, 18 000 kilomètres de lignes sont enterrés chaque année et 50 % du réseau est souterrain.

Enfin, les assurances peuvent déjà indemniser les faits de neige ou de grêle. Nous n'avons donc pas besoin, dans ce cas particulier, de déclarer l'état de catastrophe naturelle. (Applaudissements sur les travées du groupe LaREM.)