Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi pour le développement économique de l'outre-mer

 

2. Un développement soutenu de l'économie depuis plusieurs années

Le chemin parcouru depuis le début des années 1980, particulièrement difficile pour l'outre-mer, qui connaissait alors, dans certaines collectivités, un taux de chômage atteignant 40 % de la population active et un taux de croissance du PIB en volume de 2 à 3 %, est remarquable.

Bien que le PIB par habitant de l'ensemble des départements d'outre-mer reste encore aujourd'hui inférieur de près de moitié au PIB de la métropole, les économies de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de la Réunion ont connu une croissance rapide et forte.

Selon l'Insee, au cours des quinze dernières années, la croissance du PIB des départements d'outre-mer s'est établie aux alentours de 3,2 % l'an, en moyenne -voire 3,7 % par an entre 2000 et 2005- bien que les évolutions soient différentes selon les départements concernés. A La Réunion, le taux de croissance du PIB a ainsi atteint 4,9 % par an entre 2000 et 2005 ; à l'inverse, en Guadeloupe, ce taux n'a atteint que 2,8 % sur la même période.

Dans le même temps, entre 2000 et 2005, le taux de croissance du PIB réel a été, pour la France entière, de 1,5 %.

Outre-mer, plus qu'ailleurs en métropole, cette croissance s'est réalisée grâce à des gains de productivité exceptionnels mais s'est faite au détriment de la création d'emplois.

Ainsi, si la croissance en volume a atteint 5 à 6 % en 2008 par rapport à l'année précédente, selon les dernières données fournies par le secrétariat d'Etat à l'outre-mer, cette même année, malgré une amélioration notable de la situation, le taux de chômage s'est établi entre 20 % et 25 % de la population active selon les départements d'outre-mer. Plus de 50 % des jeunes ultramarins sont au chômage, selon les dernières données d'Eurostat.6(*)

Taux de chômage dans les collectivités ultramarines

Guadeloupe

22,7 %

Guyane

20,6 %

Martinique

21,2 %

La Réunion

24,2 %

Saint-Barthélemy

4,3 %

Saint-Martin

26,5 %

Saint-Pierre-et-Miquelon

9,3 %

Mayotte

25,6 %

Polynésie française

16,3 %

Nouvelle-Calédonie

11,7 %

Wallis-et-Futuna

15,2 %

Métropole

8,1 %

Source : Secrétariat d'Etat à l'outre-mer.

Les résultats encourageants en matière de croissance obtenus jusqu'ici, même s'ils ne permettent pas -loin de là- aux collectivités ultramarines de faire jeu égal avec les départements métropolitains, sont en grande partie le fruit de l'investissement de la puissance publique et des entrepreneurs privés, encouragés par un régime juridique prenant pleinement en considération les contraintes et les spécificités des territoires et des économies d'outre-mer.

* 6 Eurostat - Statistics in focus, 5/2009.