Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

3) développer l'hygiène du travail en France, complément et partenaire indispensable de la médecine du travail

a) rôle et mission de l'hygiène du travail

Selon la définition du Bureau International du Travail (BIT), l'hygiène du travail est la science et l'art de détecter, d'évaluer et de maîtriser les nuisances et les facteurs de l'environnement professionnel qui peuvent altérer la santé et le bien-être des travailleurs et des membres de la communauté. L'objectif de la médecine et de l'hygiène du travail est donc le même : protéger la santé et le bien-être de toute personne qui travaille, mais les approches sont différentes et parfaitement complémentaires, comme l'illustre la figure ci-dessous.

L'hygiène du travail se concentre sur l'environnement professionnel pour en appréhender tous les risques potentiels et la médecine du travail s'occupe du travailleur et des effets potentiels de ses conditions de travail sur sa santé. Les connaissances et les compétences nécessaires à l'exercice de ces deux professions relèvent de sciences fondamentalement différentes, et ne peuvent être maîtrisées par une seule personne. En d'autres termes, le tandem médecin-hygiéniste est un binôme incontournable pour gérer correctement les risques professionnels chroniques.

(figure)

Dans l'équipe pluridisciplinaire de santé au travail, l'hygiéniste du travail occupe une place privilégiée. En effet, il est le partenaire indispensable du médecin du travail et le partenaire naturel de l'ingénieur de sécurité, puisque son analyse des risques potentiels n'exclut pas les risques aigus, c'est-à-dire les risques d'accidents.

b) le modèle français

Le développement relativement important de la médecine du travail en France après la deuxième guerre mondiale ne s'est pas accompagné d'un développement parallèle de l'hygiène du travail. Cela a conduit à la situation que nous connaissons aujourd'hui et qui n'est pas adéquate. Les connaissances et compétences nécessaires à détecter, évaluer et maîtriser les risques de l'environnement professionnel sont fragmentées et disséminées parmi plusieurs acteurs de la prévention (ingénieurs de sécurité, médecins du travail, inspecteurs des CRAM, experts et spécialistes de tous horizons). Impossible dans une telle situation d'appliquer les principes de l'hygiène du travail et d'intégrer de manière cohérente toutes les connaissances nécessaires relatives au travail et à son environnement pour protéger adéquatement les travailleurs.

Il ne sera pas possible de donner un nouveau rôle au médecin du travail (cf. 2) ci-dessus sans développer l'hygiène du travail. Cela d'une part pour décharger le médecin de toutes les tâches qui lui incombent réglementairement et qui relèvent de l'hygiène du travail (cf. II-C-2) : attestation et fiche d'exposition, exposition actuelle et ancienne, etc., et d'autre part pour renforcer son rôle et sa place dans le système de prévention.

Il est bien évident que toutes les difficultés signalées au point b) ci-dessus ne seront pas aplanies grâce à l'hygiène du travail ; elles seront en revanche plus faciles à vaincre si le médecin peut compter sur un partenaire compétent et si chacun joue le rôle qui lui revient véritablement.

c) les moyens à mettre en oeuvre

- prise de conscience du besoin

Il est primordial que les pouvoirs publics prennent conscience de ce déficit grave en professionnels de l'hygiène du travail. Pour cela, tous les acteurs sociaux devraient être concernés, et les sociétés et associations professionnelles des acteurs en place (médecins du travail, ergonomes, ingénieurs de sécurité, psychologues du travail, infirmiers de santé au travail, etc...) devraient jouer un rôle moteur pour montrer que, dans les nécessaires équipes pluridisciplinaires de gestion des risques professionnels, un des acteurs principaux fait cruellement défaut.

Bien sûr, certaines professions qui assument partiellement quelques tâches d'hygiène du travail risquent de se sentir menacées, mais l'exemple international et la tendance générale d'une meilleure reconnaissance de toutes les professions de prévention devraient les rassurer. Il est frappant, à ce sujet, de constater que les nouvelles générations de médecins du travail ressentent de plus en plus cruellement l'absence de ce partenaire qui leur est indispensable.

- formation

Il faut donc former ces spécialistes en hygiène du travail et créer ou adapter, dans les universités, les structures adéquates sur des modèles de formation existants ou sur ce qui se fait ailleurs. Il existe d'ailleurs des recommandations internationales de l'OMS à ce sujet. Une uniformisation des professions à l'échelle internationale favorisera leur reconnaissance et leur développement.

- rôle des structures existantes

L'INRS est certainement l'institution française la mieux à même d'organiser et de promouvoir l'hygiène du travail sur le plan scientifique et sur le plan pratique.
La notion d'hygiène du travail et la nécessité de mieux l'intégrer dans les stratégies préventives font déjà partie de ses préoccupations ; reste une mission politique claire à lui confier. Il existe bien d'autres structures (CNRS, INSERM, CEA, etc...) où l'hygiène du travail pourrait mieux trouver sa place en tant que telle et y être développée. Il existe une société française des hygiénistes du travail (SOFHYT) qui ne regroupe à l'heure actuelle qu'une poignée de personnes, représentantes pour la plupart des grandes entreprises. Cette société, qui appartient à l'Association internationale d'hygiène du travail (regroupant plus de 20.000 professionnels), illustre le besoin dans ce domaine et l'amorce de cette tendance internationale irréversible vers une hygiène du travail forte et reconnue.

Retour Sommaire Suite