Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

TABLES RONDES ET DÉBATS

animés par M. Denis Astagneau, rédacteur en chef à France Inter

M. Denis Astagneau

Les sports, les médias, l'argent... tout le monde a un avis sur le sujet, mais le connaît-on vraiment ? Ne lui donne-t-on pas trop souvent un ton angélique ou manichéiste ? Y a-t-il d'un côté les bons sportifs, et de l'autre les financiers machiavéliques, avec au centre les objectifs des médias ? Cela paraît trop simple.

Le sport, en France, c'est tout d'abord trois chiffres : 26 millions de pratiquants, 14 millions de licenciés et environ 6 000 athlètes de haut niveau, dont une centaine focalise l'attention de tous les médias. Cette élite qui draine l'argent en fait-elle suffisamment profiter la masse des sportifs anonymes ? Telle est finalement la question qui sera abordée aujourd'hui au travers des quatre tables rondes.

UNE SITUATION EXPLOSIVE : PAS DE SPORTS SANS MÉDIAS
ET PAS DE MÉDIAS SANS SPORTS

Sous la présidence de Bernard Murat, sénateur de la Corrèze, rapporteur du budget des Sports au nom de la Commission des Affaires culturelles

M. Denis Astagneau

L'audience cumulée de la dernière Coupe du Monde de football en Corée et au Japon a atteint les 30 milliards de téléspectateurs. Ceci en fait l'événement sportif le mieux couvert et le plus populaire de l'histoire de la télévision.

Les compétitions sportives deviennent ainsi des événements planétaires, et le sport une véritable industrie, qui pèse par exemple en France 1,7 % du PIB. Les médias à la fois alimentent l'essor du sport et s'arrachent les droits de retransmission en perpétuelle augmentation, tout en attirant d'importants sponsors de tous secteurs.

Sommes-nous face à un « couple infernal » ? Peut-on y échapper ?

M. Bernard Murat, sénateur de la Corrèze, rapporteur du budget des Sports au nom de la Commission des Affaires culturelles

La question de fond est immédiatement posée : le sport et les sportifs peuvent-ils évoluer en dehors du regard des médias, et ces derniers, aujourd'hui, peuvent-ils se passer du sport ?

La médiatisation ne touche qu'une partie du monde du sport, à savoir le sport professionnel, et encore les diverses disciplines sportives sont-elles très inégalement représentées sur les ondes et les écrans. En tant que parlementaires, on a parfois l'impression que l'on devrait légiférer différemment selon qu'il s'agit du sport amateur ou du sport professionnel, ou encore que le football pourrait être considéré à part.

Les médias sont aussi très inégalement dépendants de la retransmission de spectacles sportifs.

Quoi qu'il en soit, il apparaît incontestable et significatif que le monde du sport et celui des médias n'ont cessé ces dernières années de se rapprocher, au point de se retrouver aujourd'hui dans une certaine forme de dépendance mutuelle. En particulier pour les médias audiovisuels, le sport est une source de spectacle de tout premier ordre. La glorieuse incertitude du sport, la fidélité aux clubs et la présence de stars constituent un cocktail irrésistible qui permet de battre des records d'audience et de séduire les annonceurs. Pourvoyeur d'importantes recettes publicitaires, le sport peut dans certains cas devenir vital pour certaines chaînes, en particulier les chaînes payantes et les bouquets satellitaires, qui le considèrent comme un produit d'appel aussi important que le cinéma, d'autant qu'il n'est pas soumis à la concurrence du DVD. La compétition entre chaînes rivales, la volonté de ne pas décevoir les abonnés, pour lesquels la retransmission de certaines compétitions est au coeur de l'abonnement souscrit, débouchent sur des surenchères qui poussent à la hausse ; la commercialisation de ces droits audiovisuels risque peut-être de fragiliser l'équilibre financier de ces sociétés de télévision.

A l'inverse, les grands clubs de football français dépendent plus que leurs homologues étrangers de la manne télévisuelle qui constitue une part appréciable de leurs revenus.

Mais l'arbre du football, le sport roi, ne doit pas cacher la forêt du monde sportif.

La situation du football est exceptionnelle. La médiatisation des autres disciplines sportives progresse, certes, mais les recettes qu'elles tirent de leurs droits audiovisuels sont sans commune mesure avec celles du football. Les clubs sont donc moins riches, mais de ce fait également moins dépendants.

Par ailleurs, le poids des médias dans le financement global du sport en France reste très marginal. Chaque année, dans un rapport budgétaire que je présente à la Commission des Affaires culturelles sur les crédits de la politique des sports, je rappelle les grandes masses de la dépense sportive en France telles que les évalue l'INSEE.

La contribution des médias en 2001 ne représentait que 0,7 milliard d'euros, soit 2,75 % de la dépense sportive, loin derrière les 30 % dépensés par les collectivités territoriales. J'insiste sur ce point, de même que sur les problèmes récurrents que rencontrent ces collectivités, comme la mise aux normes des installations. N'oublions donc pas que ce sont en premier lieu les collectivités locales qui font vivre le sport en France. Viennent ensuite les familles et les ménages, avec quelque 12,8 milliards de francs, soit plus de la moitié de l'enveloppe.

Ne perdons pas de vue ces chiffres durant nos débats : la contribution des collectivités est 11 fois plus importante que celle des médias.

M. Denis Astagneau

Restons sur l'aspect économique avec Wladimir Andreff. La situation entre le sport et les médias est-elle véritablement explosive ?

M. Wladimir Andreff, professeur en Sciences économiques à Paris I, président de la International Association of Sports Economists

J'aurais tendance à répondre par l'affirmative, mais c'est une explosion basée sur certaines complémentarités.

Si l'on dit qu'il n'y a pas de sports sans médias, c'est parce que le média privilégié qu'est la télévision joue un rôle de promotion et de publicité en faveur du sport, attirant vers ce dernier un public très important. Par ailleurs, la télévision est un gisement financier pour le sport vers lequel elle attire des sommes considérables.

Mais la complémentarité joue aussi dans l'autre sens. La retransmission des manifestations sportives les plus importantes draine un important gisement d'audience, qui à son tour attire les annonceurs publicitaires, donc des recettes vers les chaînes de télévision.

Médias et sports ont ainsi tout intérêt à continuer à vivre ensemble, même si la situation peut être qualifiée d'explosive.

M. Denis Astagneau

Quel est le véritable poids financier des médias dans le sport ?

M. Wladimir Andreff

Le sénateur Murat a déjà donné des chiffres incontestables.

En moyenne, sur les quelques dernières années, les médias apportent par an un peu plus de 600 millions d'euros au sport, soit environ 2,6 % de la dépense intérieure sportive de la France, qui est de l'ordre de 25 milliards d'euros par an.

Sur l'ensemble de l'apport des entreprises au sport, les entreprises de médias représentent 36 %.

Pour le sport professionnel, la situation est différente : les médias et la télévision en particulier sont devenus la première source de revenu, ceci devant les spectateurs et devant les sponsors. Ces proportions se généralisent de plus en plus aux différents sports professionnels. En tant qu'économiste, on pourrait craindre une dépendance future du sport vis-à-vis des médias.

Il y a une vingtaine d'années seulement, la principale source de revenu était les spectateurs, donc la recette au guichet ; ensuite on trouvait les subventions et les sponsors, les médias ne représentant que 1 ou 2 % du financement total du sport professionnel.

Aujourd'hui, les médias représentent plus de 40 % du financement du football professionnel.

Cette répartition peut présenter quelques problèmes.

Une étude statistique sur les championnats de football des principaux pays européens a constaté un déséquilibre financier entre les clubs, qui se traduit ensuite par un déséquilibre compétitif.

Les recettes télévisuelles sont focalisées sur quelques clubs, d'où une concentration des budgets globaux sur ces mêmes clubs. Ces clubs les plus riches deviennent évidemment les plus performants, leurs capacités financières leur permettant d'attirer les meilleurs joueurs, sur un marché aujourd'hui européen.

Tout cela a bien entendu des incidences. On peut ainsi craindre une perte d'intérêt pour les championnats, si les titres ne se jouent qu'entre quatre ou cinq clubs. Par ailleurs, ces quelques clubs qui concentrent moyens financiers et victoires vont jouer en Coupe d'Europe ou en Ligue des Champions, où ils vont encore accumuler des droits audiovisuels : les budgets vont encore se concentrer, et le déséquilibre sportif va encore s'accentuer.

On remarquera enfin que ce phénomène de concentration est beaucoup plus fort dans les championnats où il n'existe pas de mécanisme de redistribution des droits télévisuels par la Ligue, comme c'est le cas en Espagne et en Italie.

Notons qu'une qualification en Coupe d'Europe apporte quelque 20 à 40 % de plus au budget du club.

M. Denis Astagneau

Que faire pour éviter ce processus de concentration, et donc le désintérêt des championnats ?

M. Wladimir Andreff

L'économiste que je suis proposerait trois recommandations.

La première est d'encourager ou d'imposer la redistribution des droits de retransmission audiovisuelle entre les clubs. La loi d'août 2003 reprend cette idée de mutualisation, ce dont on ne peut que se féliciter. Cependant, tant que tous les pays européens ne pratiquent pas de la sorte, les déséquilibres persisteront. Cette redistribution devrait aussi bénéficier à des sports qui profitent moins de la manne télévisuelle, y compris les sports non professionnels.

Je proposerais par ailleurs que l'on réfléchisse à des mesures évitant la concentration financière et la concentration des résultats sportifs, dans la mesure où cette situation pourrait réduire l'attractivité des sports professionnels au moins, et renforcer la tendance des chaînes à réduire les apports financiers qu'elles acceptent aujourd'hui.

Enfin, les sports professionnels auraient intérêt à envisager de se transformer en une sorte de secteur général des loisirs de spectacles, de manière à diversifier davantage leurs sources de financement, et être ainsi moins dépendants des médias et notamment de la télévision.

M. Denis Astagneau

Merci pour cet exposé des bases économiques, après lesquelles nous allons passer à l'aspect sociologique, avec Patrick Mignon.

Quelle est la nature des relations entre le public et le sport professionnel, de haut niveau ?

M. Patrick Mignon, responsable du laboratoire de sociologie du sport de l'Institut national du sport et de l'éducation physique (INSEP)

Depuis sa création au XIXe siècle, le sport tel qu'il existe exprime parfaitement, dans la mesure où il est spectacle, la relation qui le lie à la société qui l'a vu naître : il s'agit d'exprimer et de mettre en scène les valeurs cardinales de la société, ce que sont les ego et ce qu'est la justice. En effet, le sport est une activité où s'affrontent des ego et dans laquelle le résultat est incontestable puisque cela obéit à des règles valables pour tous.

Ainsi le sport fascine, intéresse et mobilise de grandes masses de personnes, et le média accentue cette mobilisation des intérêts.

La relation entre médias et sports, quant à elle, est une vieille histoire.

Au XIXe siècle la presse écrite, en Angleterre et aux Etats-Unis, s'aperçoit qu'elle augmente ses ventes lorsqu'elle donne les résultats sportifs de l'époque, c'est-à-dire essentiellement les courses de chevaux et des combats de boxes.

Dans un premier temps il s'agit de ce que l'on peut appeler des sports « de gentlemen », pratiqués par des gens qui ont les moyens de se payer cette activité, mais les choses se compliquent ensuite, lorsque apparaît la professionnalisation. Le sport devient alors pour ces professionnels le moyen de faire leur vie. Les spectateurs voient dans le sport le combat qu'eux-mêmes doivent mener chaque jour pour devenir des gens d'importance dans une société difficile et inégalitaire.

Pour exploiter cela, on le raconte. En effet, le sport, c'est un drame : il y a une histoire, avec un début et une fin, des épisodes et des rebondissements, que ceci soit étalé sur 90 minutes ou sur vingt étapes d'un Tour de France. A travers ces histoires seront identifiées des personnes exceptionnelles, des moments critiques, dramatiques, etc., toutes choses extrêmement parlantes pour les lecteurs, les auditeurs et les téléspectateurs.

L'arrivée de la télévision change évidemment complètement les données du financement du sport.

Le secteur sportif peut ainsi se permettre de rémunérer des activités, qui peuvent donc se pratiquer de manière constante, dans un cadre professionnel, de manière à obtenir des résultats.

Notons que dans des épreuves comme la Coupe de France de football, il arrive que les niveaux inférieurs rencontrent les niveaux supérieurs ; et l'on n'est jamais à l'abri de certaines surprises ! Cette dissymétrie est d'ailleurs aussi un élément attractif : le « petit » peut battre le « grand » ! C'est le problème que soulevait M. Andreff : ce type de confrontation pourrait ne plus avoir lieu.

M. Denis Astagneau

Que dire de l'isolement, voire de la désocialisation des sportifs ?

M. Patrick Mignon

Pouvoir vivre d'une activité qui vous demande beaucoup est un aspect positif, et c'est l'un des avantages que procure la manne financière des médias. Mais l'inconvénient est peut-être cette transformation du sportif en vedette ou en star. Ce phénomène ne peut qu'accentuer ce qui existe naturellement : lorsque l'on fait quelque chose de spécialisé, on vit dans un « petit » monde de spécialistes. Un certain nombre de préoccupations et d'investissements sont mis de côté, tout comme pour un musicien ou un individu qui se lance dans de longues études spécialisées. L'individu attire ainsi autour de lui beaucoup de personnes qui vont jouer le rôle de conseil, de relation, ceci d'ailleurs pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Le cas du cycliste Marco Pantani est une manifestation dramatique de ce processus, où le phénomène de « starification » a été poussé à l'extrême, pour perdre totalement son intérêt lorsque les ressorts se brisent. C'est alors sur l'individu que pèse tout le poids du radical changement de situation.

En ce sens la médiatisation joue le rôle fondamental de rendre les relations visibles. Le sportif devient potentiellement porteur d'un certain nombre de choses : les attentes du public ou des sponsors, le fait d'être écouté sur des plateaux télé, etc. La vie elle-même, l'histoire du sportif, devient une source d'intérêt et d'attirance pour le public --nous voyons bien de quoi sont faits les journaux de la presse écrite ou audiovisuelle. Il place les gens face à des images d'eux-mêmes qu'ils ne sont pas préparés à gérer. Tous les supports médias, dans des genres différents, jouent un rôle dans cette dramatisation. La presse régionale prend ainsi une part importante dans la construction de l'identité sociale d'un sportif ; elle est une sorte de « tremplin » qui permet d'identifier les « professionnels de la profession » !

M. Denis Astagneau

Journaliste sportif pendant de nombreuses années, Christian Prudhomme organise aujourd'hui au sein de ASO, Amaury Sport et Organisation, des compétitions sportives, et non des moindres : le Tour de France, Paris-Roubaix, le Paris Dakar, l'Open de France de golf, etc...

Pourquoi avoir ainsi « sauté la barrière », et comment le vivez-vous ?

M. Christian Prudhomme, directeur adjoint de la Société du Tour de France

Le journalisme et les grandes compétitions sportives sont étroitement liés. A la tête du Tour de France, depuis toujours, on trouve des journalistes ! Jean-Marie Leblanc aujourd'hui, par exemple, rassemble toutes les composantes : ancien coureur cycliste professionnel, il est devenu patron de la rubrique cycliste à l'Equipe, puis patron du Tour de France.

Je suis d'accord avec l'assertion selon laquelle il n'y a pas de sports sans médias, ni de médias sans sports.

Un grand nombre de grandes manifestations sportives ont été inventées si ce n'est par des journalistes, en tout cas par des journaux : le Tour de France, la Coupe d'Europe des clubs champions, la Coupe du Monde de ski, le Tour d'Italie, le Tour d'Espagne.

Nous parlions de passion : je ne sais si l'histoire entre le sport et les médias est une histoire d'amour, mais c'est en tout cas une histoire passionnelle. L'évolution des médias se fait avec l'évolution du sport. Les journaux qui ont créé les compétitions sportives, la radio qui les a fait entrer dans les foyers --et qui nous a fait rêver !--, tout cela a été ensuite magnifié par la télévision, tout en faisant aussi grandir cette dernière, comme nous le montrent aujourd'hui les couvertures médiatiques exceptionnelles des grands événements sportifs.

Le sport sans médias existe, bien entendu. Le sport de masse en est la preuve, mais en même temps, heureusement qu'existent les Jeux Olympiques pour qu'un certain nombre de disciplines magnifiques puissent vivre !

M. Denis Astagneau

Des groupes comme le vôtre, ASO, portent une grande part de responsabilité dans l'inflation des droits de retransmission des manifestations sportive.

M. Christian Prudhomme

Pour ce qui est du Tour de France, je pense que l'on est loin de l'explosion des Jeux Olympiques ou de la Coupe du Monde de football.

Le Tour permet évidemment à ASO de gagner de l'argent, c'est un beau contrat signé avec France Télévisions. C'est aussi une assurance d'audience, d'autant que le Tour de France est plus que du cyclisme, sinon, cela ne représenterait pas 47 % de part de marché, quatre heures par jour pendant trois semaines ! Le Tour est aussi la France « vue d'en haut », une France magnifiée, comme je le disais précédemment. Les maires ou présidents de conseils régionaux nous disent qu'ils ont envie de voir ainsi leurs villes.

M. Denis Astagneau

L'affaire Festina en 1998, la mort de Marco Pantani il y a quelques jours, le dopage : tout cela a un impact désastreux sur l'image du cyclisme et du Tour de France. Quelle évaluation faites-vous de l'impact de ces scandales auprès du public, des sponsors et des médias dans les années à venir ?

M. Christian Prudhomme

Il est évident que le dopage est un fléau du sport de haut niveau. Hélas, cela existe et il y a encore des comportements déviants, même dans des équipes françaises.

Il faut faire le distinguo entre les sponsors d'équipe, qui risquent évidemment d'être touchés, et ceux qui viennent sur une grande épreuve ; ces derniers ne sont pas associés au dopage. ASO a signé un contrat avec Skoda, qui va remplacer Fiat durant les quatre années qui viennent.

M. Denis Astagneau

Et ils ont précisé qu'ils ont signé ce contrat parce que le Tour de France participe à la lutte contre le dopage...

M. Christian Prudhomme

Cette lutte est évidemment indispensable. S'il n'y a pas d'équité, il n'y a pas de compétition sportive.

On opère souvent une confusion entre ce que peuvent faire les organisateurs et ce que peuvent faire les instances sportives, qui doivent in fine décider. Par ailleurs, les avocats sont aujourd'hui derrière tout, ils vérifient tout : nous sommes en plein dans le monde de l'individualisme.

J'ai rencontré dernièrement des jeunes de l'Ecole cycliste de Chambéry : ces jeunes diplômés, qui ne se destinent pas forcément à devenir professionnels, mais qui sont de haut niveau, parlent tous d'éthique ! Ils ne veulent pas que l'on triche, mais aucun ne parle de santé... A vingt ans, on est immortel !

M. Denis Astagneau

Concernant les droits de retransmission, comment se fait-il que le Tour de France, malgré sa notoriété, reste dans des limites raisonnables par rapport à d'autres manifestations sportives ?

M. Christian Prudhomme

Peut-être parce que Marc Tessier est un redoutable négociateur !

M.  Marc Tessier, président-directeur général de France Télévisions

C'est un marché d'offres et de demandes : on dit que la télévision paye souvent trop, mais elle serait ravie de payer moins.

En l'occurrence le vendeur a su être habile il y a quelques années. Certains paliers ont été franchis, pour se stabiliser ensuite. Par ailleurs, les organisateurs savent qu'ils n'obtiendront une telle qualité de couverture que sur France Télévisions, ceci pour des raisons purement techniques. Cet équilibre fait que nous avons réussi à maîtriser l'inflation de ce budget depuis quatre ou cinq ans.

M. Denis Astagneau

Il n'y a pas que le Tour de France : ASO organise aussi le Paris-Dakar, le Marathon de Paris, l'Open de France de golf. Ce n'est pas le même public, ni la même masse de public.

M. Christian Prudhomme

Au-delà du Tour de France, ASO organise 76 jours de compétitions cyclistes sur l'année : depuis le Tour du Qatar en février, jusqu'au Tour du Burkina Faso en novembre, en passant par Paris-Nice et les autres grandes classiques en France et en Belgique par exemple.

Le cyclisme apporte 80 % du chiffre d'affaires de la société, mais après 1998 il a naturellement été question d'élargir les activités du groupe.

M. Denis Astagneau

Mais les 17 000 participants du Marathon de Paris ne courent ni pour l'argent ni pour les médias...

M. Christian Prudhomme

Il s'agit ici d'exploits personnels, avec aussi la possibilité de côtoyer, même de loin, les plus grands champions.

M. Denis Astagneau

Nous allons mesurer l'impact d'une bonne ou d'une mauvaise image du sport sur l'attitude d'un sponsor, avec Olivier Dulac, de BNP Paribas, qui ne patronne qu'un sport : le tennis.

Depuis trente ans, Roland Garros, c'est vous ; la Coupe Davis, c'est vous ; le plus important tournoi au monde sur court couvert, c'est le Master BNP Paribas.

Quel est le budget pour tout cela ?

M. Olivier Dulac, responsable de la communication corporate du groupe BNP Paribas, membre de Sporsora

Vingt millions d'euros par an, et depuis trente ans plus de 200 millions d'euros pour le développement du tennis en France.

Vous avez cité la partie visible et « brillante » de nos interventions, mais nous sponsorisons aussi d'autres compétitions, amateurs ou semi-professionnelles, qui ne sont pas du tout retransmises par les médias. Ayant pris le parti du tennis, BNP Paribas a décidé d'être le partenaire de tous les tennis, ceci bien entendu sans souci d'hégémonie. Il s'agit d'être présent et de développer la pratique du tennis à tous les niveaux, et partout. Cela fait en quelque sorte partie de notre devoir de partenaire. Nous n'avons pas une vision du sponsoring qui consiste à uniquement « faire des coups », mais plutôt celle d'une histoire à construire ensemble, avec la Fédération française de tennis en l'occurrence. Nous préférons d'ailleurs le terme de « partenaire », puisque nous travaillons vraiment ensemble, et ce depuis l'origine.

L'histoire a commencé en 1973, lorsque la Fédération a voulu modifier la taille des courts de tennis, pour des raisons de performances sportives. Les courts ont été raccourcis, des loges ont été créées, il a fallu poser des bâches... La Fédération s'est donc tournée vers son banquier... qui a demandé de placer sa marque quelque part dans tout cela. Les présidents de la banque et ceux de la Fédération se sont depuis succédés, mais l'esprit demeure, et nous travaillons pour que tout le monde y gagne.

Nous sommes donc présents sur les bâches de fond de court, mais nous sommes aussi partenaire, par exemple, de la sélection des ramasseurs de balles, opération qui se déroule dans 60 villes en France, qui anime les clubs amateurs, et avec succès.

M. Denis Astagneau

Jusqu'où pouvez-vous aller en terme de partenariat ? A partir du moment où vous avez un poids financier, vous pouvez influencer une fédération.

M. Olivier Dulac

C'est exact. Cela est d'ailleurs vrai pour tout le monde.

En ce qui nous concerne, notre habitude, et notre plaisir, est de travailler essentiellement avec des fédérations --française, internationale, et dans plus de 85 pays où nous sommes implantés. Nous travaillons avec ceux qui s'attaquent concrètement au développement de la pratique du sport. Nous n'avons pas une démarche de marketing sportif, mais de partenariat, et comme dans tout couple, le territoire de l'un et de l'autre est parfois fluctuant : chacun donne son avis, sans être toujours d'accord d'ailleurs. Nous mettons donc en jeu de l'argent, mais aussi beaucoup de notre identité. Le tennis fait partie du « code génétique » de la marque « BNP Paribas ».

Si par malheur et par folie une décision allait à l'encontre des valeurs partagées avec la Fédération, on ne pourrait pas ne pas le dire, dans la mesure où cela toucherait l'intégrité de cet ensemble. Mais les échanges restent naturels et, je crois, assez équilibrés.

M. Denis Astagneau

Dans le cas d'une désaffection des médias pour Roland Garros par exemple, mettriez-vous fin à ce partenariat ?

M. Olivier Dulac

Nous sommes présents depuis trente ans, pour le meilleur et pour le pire ! Le pire n'a pas encore eu lieu, mais nous avons tout de même connu des moments plus délicats. Les audiences tiennent tout d'abord au sport lui-même, ne l'oublions pas ; elles sont fonction du « plateau » qu'une finale de Roland Garros, par exemple, peut proposer.

M. Denis Astagneau

Le tennis apparaît comme un sport « propre », mais quand un champion comme John McEnroe avoue qu'il s'est dopé pendant longtemps, cela a un impact désastreux sur l'image de ce sport...

M. Olivier Dulac

Il me paraît curieux de mettre vingt-cinq ans avant de se souvenir de cela.

Je crois que le tennis est un sport « propre ». Si par malheur ce sport devait connaître des crises de cette nature, nous ne nous retirerions pas, mais nous donnerions clairement notre point de vue. Très honnêtement, il est difficile de se doper au tennis : on ne peut notamment pas savoir combien de temps va durer un match.

Nous aimons le tennis pour des valeurs communes, pour des pratiques, pour les corrélations entre le public et celui que nous voulons attirer, pour développer notre notoriété, évidemment. Tout peut arriver, bien entendu, mais le tennis a jusqu'à présent traversé son développement et sa professionnalisation sans embûches.

M. Denis Astagneau

Vous pouvez peut-être nous dire quelques mots sur votre association avec Yannick Noah : « Fête le mur » ?

M. Olivier Dulac

Nous avons parlé des grands événements que BNP Paribas soutient, comme Roland Garros, retransmis dans 160 pays pour trois milliards de téléspectateurs confondus. Notre banque est internationale, nous avons besoin de faire connaître notre marque. Le meilleur moyen pour cela n'est pas la publicité institutionnelle, mais le sponsoring à ce niveau. Mais cela n'est effectivement que la partie visible : nous développons d'autres choses.

Une partie de notre investissement s'apparente à ce que l'on appelle du « mécénat sportif », comme nous le faisons dans les domaines artistique, culturel ou de la santé. Le mécénat sportif se pratique de différentes façons : nous aidons des petits clubs à vivre, mais aussi des associations comme celle de Yannick Noah, qui aide des jeunes des quartiers difficiles à se réinsérer par la pratique du tennis en l'occurrence. Nous essayons au-delà de cela de soutenir la création d'un centre sports-études, dans lequel seront intégrés les jeunes qui gagnent les grands tournois organisés par cette association. Une structure comme la nôtre se doit d'avoir ce rôle citoyen : c'est ce que l'on appelle du développement durable.

M. Denis Astagneau

Les Internationaux de France de Tennis sont avec le Tour de France et le Tournoi des Six Nations le point fort de la politique sportive de France Télévisions. Marc Tessier, si l'audience faiblit, maintiendrez-vous le même nombre d'heures de retransmission du Tournoi de Roland Garros ?

M.  Marc Tessier, président-directeur général de France Télévisions

Comme elle ne faiblit pas, je ne me suis pas encore posé la question.

Je crois que l'on assiste à un phénomène que nous n'avons pas encore suffisamment souligné.

La problématique a été ramenée, comme toujours, à celle du football professionnel, qui est fondamentale bien entendu concernant les rapports entre les médias et le sport, mais qui est loin de résumer l'ensemble du problème posé.

Je rappelle qu'actuellement, les audiences des autres sports à la télévision montent lorsque cela est bien orchestré --comme on l'a vu pour les Championnats du Monde d'athlétisme par exemple. Contrairement à ce que l'on dit souvent, il n'y a pas de concentration de l'audience télévisuelle sur le football. Il y aurait même plutôt une certaine érosion de l'audience de certains événements du football, et à l'inverse une croissance pour d'autres disciplines sportives.

S'il y a eu un changement de la politique sportive de France Télévisions au cours des dix dernières années, il a porté sur la volonté d'aller plus loin dans l'orchestration d'événements très divers. Il faut intéresser un public plus large que celui qui s'intéresse au sport, faire, ou orchestrer, autrement pour proposer quelque chose de différent. En travaillant sur toutes les disciplines sportives, et dans la mesure du possible sur des événements qui mettent en cause soit la localisation sur le territoire national, soit des sportifs ou des équipes nationales, soit de grandes personnalités sportives, on peut atteindre des audiences inenvisageables auparavant.

Pour France Télévisions, le problème est celui de l'arbitrage entre le sport et les autres programmes. Depuis une dizaine d'années, de 12 à 15 % de temps d'antenne est consacré au sport dans ses différentes composantes. Nous en sommes aux mêmes pourcentages sur le plan budgétaire. Cet équilibre me paraît assez sage : il tient compte des autres missions de la télévision publique et du fait que malgré les changements intervenus au sein du public du sport à la télévision --devenu plus féminin et plus familial--, nous devons rester dans ces zones d'investissement.

M. Denis Astagneau

Quelle sera selon vous l'évolution du match « chaînes en clair contre chaînes câblées » ?

M. Marc Tessier

Y a-t-il vraiment un match ? Comprenons comment les choses se passent.

Pour le football, je laisserai Bertrand Méheut s'exprimer. La Fédération et la Ligue ont eu l'intelligence de diversifier les compétitions. Nous avons renouvelé notre contrat avec la Coupe de la Ligue, et les performances sont tout à fait satisfaisantes, quand les clubs veulent bien aligner leurs équipes premières !

Mis à part le football, nous avons pris l'engagement de couvrir une centaine de disciplines par an.

Pour les grands événements nationaux, il y a manifestement une demande de programmation en clair. La 6 n'est, d'ailleurs, pas encore entrée dans le domaine du sport car il faut payer pour cela ! Reste donc TF1, France 2 et France 3, et nous ne sommes que très rarement en compétition, excepté, par exemple, pour des événements comme la finale de la Coupe du Monde de handball.

Notre problématique vis-à-vis des chaînes câblées est de savoir si nous arrivons à couvrir une part suffisante de l'événement pour offrir au téléspectateur la totalité de celui-ci à la télévision. Si nous y parvenons, nous gardons pour l'essentiel l'exclusivité ; sinon, des accords sont passés avec les chaînes câblées, qui reprennent ainsi une partie complémentaire de l'événement. Cela amène des ajustements en fonction des années et des sports eux-mêmes.

Pour des disciplines que nous ne pouvons pas couvrir, pour des raisons d'antenne, des accords existent en sens inverse. La chaîne câblée prend l'événement, et nous négocions la possibilité de couverture complémentaire, soit dans nos magazines, soit dans les programmes du samedi ou du dimanche. En général l'équilibre est perçu de manière satisfaisante, il n'y a pas vraiment de « compétition » ; cela pourra arriver le jour où les chaînes câblées couvriront 50 ou 60 % de la population... Nous avons donc devant nous quelques années de complémentarité plus que de concurrence.

M. Denis Astagneau

Concernant l'aspect juridique, où en est le débat sur l'exclusivité et l'intégralité des droits de retransmission ?

M. Marc Tessier

Ce débat, au coeur de notre colloque, doit être bien posé.

On parle d'exclusivité à propos de la cession des droits soit par une ligue ou une fédération, soit par l'Union européenne de radiodiffusion, c'est-à-dire dans un cadre dit « de concentration ». Mais ceci n'existe que dans ce cadre. Les autres discussions ont lieu de gré à gré avec les organisateurs de manifestations sportives, tel ASO, comme la loi nous y autorise. L'organisateur peut lancer un appel d'offres, ou « sonder », comme ils le font souvent, tous les diffuseurs, chercher les marques d'intérêt et le prix qu'ils sont prêts à investir, pour négocier ensuite de gré à gré. Dans ce cas sont évidemment négociées des exclusivités. Le diffuseur s'assure d'avoir une couverture aussi large que possible et s'engage, souvent par contrat, à des rétrocessions. C'est ce qui se passe pour le Tour de France, par exemple, où nous avons des sous-accords avec Eurosport, qui dispose d'une couverture européenne. Les exclusivités sont ainsi tempérées par d'autres clauses contractuelles.

Nous visons quoi qu'il en soit l'optimisation de la couverture de l'événement et, bien entendu, l'optimisation financière pour France Télévisions. L'organisateur a intérêt à une couverture large, et le diffuseur à une exclusivité forcément tempérée. Disposer du Tour de France pour diffuser une heure par jour, cela n'est pas bon pour l'image d'un diffuseur.

Au titre de la concentration, nous sommes sur le point de tomber d'accord avec la Commission européenne sur le nouveau régime de dérogation applicable à l'UER, l'Union européenne de Radiodiffusion, qui regroupe l'ensemble des télévisions publiques et certaines télévisions privées, mais ex-publiques. Le cadre qui, semble-t-il, va faire l'objet d'un accord ré-autorise l'UER et redéfinit un cadre de sous-traitance basé sur deux principes essentiels :

- l'exclusivité tempérée par l'interdiction de rétention de l'événement ; il faut sous-traiter afin d'aller vers une couverture optimale ;

- il ne doit y avoir qu'un seul titulaire des droits par territoire, c'est-à-dire que d'autres non-membres ne peuvent venir participer en plus à l'appel d'offres de l'UER.

M. Denis Astagneau

Bertrand Méheut est président du directoire de Canal+, après avoir vécu une brillante carrière dans l'industrie. Avez-vous été surpris par la complexité des relations entre les médias et le sport de haut niveau ?

M. Bertrand Méheut, président du directoire de Canal+

Non, pas vraiment, dans la mesure où il s'agit de relations de partenariat. Il a été question de l'importance des médias pour le budget du sport, mais il faut reconnaître aussi l'importance du sport pour les diffuseurs, et je me limiterai sur cette voie aux télévisions payantes, qui constituent un autre métier puisqu'elles vivent quasi exclusivement de leurs abonnements.

A Canal+, le sport est au coeur de notre modèle éditorial ; c'est peut-être parce que nous aimons le sport, mais surtout parce que nos abonnés aiment le sport : 73 % d'entre eux déclarent venir chez Canal+ pour ce critère principal ou lié avec le cinéma. Nous mesurons en permanence la satisfaction de nos téléspectateurs : celle-ci est de 16 à 18/20 en permanence, avec des audiences qui peuvent atteindre 40 % de parts d'audience sur des championnats de football par exemple.

M. Denis Astagneau

Cela signifie que la place prépondérante du football à Canal+ est immuable ?

M. Bertrand Méheut

Certainement ! Les abonnés exigent de nous que nous leur offrions le meilleur du sport, et en particulier du football.

Le poids financier de Canal+ dans l'économie du sport est très important. Nous dépensons plus de 450 millions d'euros par an pour le sport.

Les droits de télévision représentent en moyenne 52 % du budget des clubs de football français. Pour le rugby, notre contribution représente environ 25 % du budget des clubs. Selon le sport, le poids du financement apporté par Canal+ ou les médias en général est très différent.

M. Denis Astagneau

Le fait d'être propriétaire du Paris-Saint-Germain influence-t-il vos choix de retransmission ?

M. Bertrand Méheut

Je me méfie de la question comme de la réponse !

Lorsque le PSG était 17e au classement, on le diffusait un peu moins... Maintenant qu'il est 3e..., la question ne se pose plus.

Lyon, Marseille, Monaco et PSG sont des clubs importants dans l'attente du public !

M. Denis Astagneau

Les violences auxquelles peuvent se livrer certains supporters ont-elles un impact sur l'image de Canal+ ?

M. Bertrand Méheut

L'impact est négatif sur le sport en général. Organisateurs, présidents de clubs et diffuseurs : chacun essaie de combattre ce phénomène.

M. Denis Astagneau

Financièrement, Canal+ a connu des passes pour le moins difficiles. Pour redresser la situation financière, procédez-vous à des choix drastiques sur les retransmissions sportives ? Certains événements reviennent-ils alors trop cher ?

M. Bertrand Méheut

Encore une fois, nous vendons des abonnements. La seule chaîne Canal+ a le prix de grille le plus élevé en France. TF1 dépense 900 à 950 millions d'euros dans ses programmes, Canal+ en dépense un milliard. Les choix se font donc en fonction des attentes de nos clients.

Ceci se fait aussi dans l'intérêt du sport.

Nous parlions d'exclusivité... La valeur d'un événement est d'autant plus forte que sa diffusion est réalisée en direct et dans son intégralité, et sur une seule chaîne. A cet égard l'exclusivité des droits sportifs est une condition très importante pour la valorisation du sport lui-même.

Par ailleurs, un abonné paye son abonnement pour trouver ce qu'il ne trouve pas autre part.

M. Denis Astagneau

Il a été dit que Canal+ voulait les droits de retransmission de la Formule 1, mais qu'ils s'avéraient finalement trop cher.

M. Bertrand Méheut

En vérité, c'est de l'inverse qu'il s'agit. Canal+ disposait de ces droits en paiement à la séance, dont la somme était considérable. Nous avons donc fait le choix de favoriser d'autres sports, et nous avons arrêté la F1.

Rappelons que le Groupe dispose aussi de chaînes thématiques sportives ; Sport+, ainsi, diffuse plus de soixante sports, sélectionnés aussi en fonction de l'intérêt de nos abonnés.

Le débat exclusivité / intégralité se pose moins pour nous que pour une chaîne gratuite.

Une loi européenne impose pour certains événements d'importance mondiale la diffusion en clair des phases finales : le cas ne s'est encore jamais présenté, mais si cela était, nous devrions négocier la vente de droits avec une chaîne gratuite. Mais nous ne le ferions qu'en ce cas : nous sommes clients des ligues ou autres titulaires, il n'y a aucune autre raison pour que nous cédions ce que nous avons acquis. Ce que nous diffusons doit être exclusif, même si un partage s'est opéré en amont, avec TPS par exemple. Pour le Championnat de Ligue 1 français, nous considérons ainsi qu'il y a une valeur importante pour Canal+ et pour la Ligue à ce que nous en obtenions l'intégralité, en payant plus cher, bien entendu.

ÉCHANGES AVEC LA SALLE

M. Joël Delplanque, inspecteur général au ministère de la Jeunesse et des Sports

Monsieur Tessier disait que France Télévisions consacrait 12 à 15 % de ses budgets aux programmes sportifs et 12 à 15 % de son temps d'antenne à l'ensemble des disciplines diffusées. Quelle est en ce sens la situation en Espagne, en Italie, chez nos principaux partenaires ?

M. Marc Tessier

Ils y consacrent un pourcentage un peu plus élevé. Rappelons que la BBC a postulé à la Coupe du Monde de football, mais elle est en perte ; la RAI a fait la même chose : elle est aussi en perte. Les pourcentages plus élevés le sont donc pour l'essentiel à cause du football.

M. Benoît Fritsch

Quelle est la politique de France Télévisions au niveau régional ? France 3 a-t-elle, par exemple, la possibilité de retransmettre des skis particuliers, comme le ski alpin ?

M. Marc Tessier

Nous avons et aurons de plus en plus des espaces pour la retransmission d'événements sportifs régionaux, sur France 3, en régions. Ceci se fera soit sous forme de décrochages exceptionnels lorsque l'événement le justifie, soit sous la forme de magazine, d'ailleurs d'ores et déjà programmés dans certaines régions. Cette politique va s'étendre dans le cadre de notre plan de régionalisation.

M. Serge Simon

Nous avons beaucoup parlé d'argent, mais très peu de l'influence des médias sur la transformation des règles dans certaines disciplines.

A la fin du 19e siècle, le rugby est amateur pur et dur. Certains rugbymen de l'Angleterre du Nord voulaient devenir professionnels. L'ancêtre du Board a répondu qu'il n'en était pas question. Ces Anglais ont donc créé leur propre Ligue. Mais pour devenir professionnels, il faut plus de recettes ; pour plus de recettes, il faut être plus spectaculaires ; pour être plus spectaculaires, on supprime les deux troisième ligne-aile du rugby à XV. Ils ont ainsi créé le rugby à XIII, sport tout à fait honorable, mais c'est un autre sport.

Ces dernières années aussi, dans le rugby, la pression médiatique a énormément contribué à la modification des règles, pour le rendre spectaculaire.

Il me semble qu'il y a là un risque profond. Je ne sais pas si les présidents de chaînes sont conscients de cela, s'ils réfléchissent à ces influences qui peuvent aller jusqu'à dénaturer un sport.

M. Denis Astagneau

On dit que les chaînes américaines diffusent beaucoup de football américain parce qu'il y a beaucoup de pauses. Ce qui est également vrai pour le tennis, etc.

M. Marc Tessier

Les évolutions se font progressivement, par l'introduction de nouvelles pratiques, mais pas seulement pour passer des écrans de publicité. Il s'agit parfois de rendre le spectacle plus dense, jusqu'à effectivement arriver à une véritable « spectacularisation » de certains événements.

Il n'y a pas, je crois, de pression de la part des médias, mais plutôt un dialogue permanent dans lequel chacun essaie de tenir compte de l'influence du média sur l'évolution de son sport. Mais le média ne demande pas une modification de règles.

M. Bernard Murat

Le rugby est en effet devenu bien plus dynamique et spectaculaire qu'il ne l'était, et je pense que la remarque de Monsieur Simon est justifiée : il doit y avoir une part de cause à effet dans ces évolutions.

M. Olivier Dulac

Notre association Sporsora rassemble depuis dix ans un certain nombre de sponsors en France. Dans le titre de ce colloque, le mot « argent » est au coeur du problème. « Pas de sports sans médias, pas de médias sans sports » : à cela on pourrait rajouter « Pas de sports sans sponsors », voire « Pas de médias sans annonceurs ».

Mais une question se pose assez fréquemment : les médias ne pourraient-ils pas faire preuve d'une certaine équité dans la manière dont sont cités les sponsors, sans aller jusqu'à la publicité clandestine bien entendu ? Beaucoup de pays pratiquent cette citation des sponsors ; pour le moment, en France, cela reste des « petits arrangements entre amis ». Il serait préférable que la règle soit claire : soit on ne cite plus jamais une seule marque, soit on les cite selon des règles établies. Sponsora édite d'ailleurs une charte d'éthique des sponsors qui va dans ce sens.

Les médias devraient selon moi jouer aussi ce jeu. Il en va de l'avenir de certaines compétitions, qui ne peuvent exister que grâce à l'argent apporté par les sponsors.

M. Denis Astagneau

Vous vous sentez floués du fait que les journalistes continuent à parler de l'Open de Paris-Bercy, et non pas de l'Open BNP Paribas...

M. Olivier Dulac

C'est sans doute vrai, mais il n'y a pas que cela !

Quoi qu'il en soit, il ne me semble pas sain de devoir continuer à pratiquer ce que j'appelais des « petits arrangements entre amis » à ce sujet.

M. Denis Astagneau

Merci à tous.

Laissons à Monsieur Murat le soin de conclure cette première table ronde.

M. Bernard Murat

Je crois que nous avons fait une bonne première mi-temps.

Je saluerai ici le président du Paris-Saint-Germain, qui va bientôt venir à Brive-la-Gaillarde pour jouer les quarts de finale ! Nous ne sommes qu'une petite bourgade, mais qu'il ne s'inquiète pas : le PSG sera reçu avec tous les égards dus à son rang ! Pour recevoir une telle compétition, une petite ville doit faire d'importants efforts financiers, ne serait-ce que pour faire homologuer le terrain sur lequel elle se dispute.

Je lancerai par ailleurs un appel.

Nous avons la semaine dernière débattu du projet de loi sur le handicap. Aux décideurs en matière de communication et de médias ici présents, je dirai combien il est important de supporter le sport pratiqué par les handicapés. Il s'agit en effet pour eux et leur famille d'une reconnaissance essentielle, et surtout d'un excellent outil d'insertion.

Soyez donc attentifs à ce retour de solidarité et de fraternité que nous devons à tous nos concitoyens frappés de handicaps.

Je vous remercie.

    retour sommaire suite