Allez au contenu, Allez à la navigation



Définition et implications du concept de voiture propre

 

3. La sécurité et le confort sont-ils compatibles avec les économies d'énergie ?

La sécurité et le confort sont des demandes légitimes des consommateurs auxquelles les constructeurs cherchent à répondre, comme d'ailleurs les législateurs nationaux et européens, en adoptant de nouvelles normes. Il est néanmoins nécessaire de prendre conscience de leur impact en termes de poids notamment, ou de consommation d'énergie, et donc de consommation et de pollution.

· L'impact des nouvelles normes et de la demande de confort

Les nouvelles normes antipollution et la demande croissante de confort des consommateurs ont un impact direct sur l'augmentation de la consommation des véhicules ; elles limitent d'autant les économies d'énergie et notamment l'ampleur des améliorations entreprises par les constructeurs sur les motorisations.

M. Pierre Beuzit, directeur de l'ingénierie de Renault l'indiquait très clairement à vos rapporteurs :

Les émissions de CO2 (constructeurs européens)

 

1995

1998

2003

2008

Moyenne

186 g/km

178 g/km

161 g/km

140 g/km

Renault

181

170

148

 

1998-2003

Effet marché : + 8,5 g/km gain global : 26,4 g/km (- 15 %)

Effet réglementation : + 0,9 g/km

2004-2008

Effet marché : + 3,5 g/km gain à faire : 29,3 g/km (- 18 %)

Effet réglementation : + 4,8 g/km

Plus précisément à l'horizon 2008, l'évolution de la réglementation et de la para réglementation (ex : EuroNcap) se traduit par une augmentation des émissions de 4,7 g/km, soit concrètement par les évolutions suivantes :

Évolution des rétroviseurs

0,75

Normes choc piéton

0,50

EuroNcap

1,50

EURO IV

1,35

Particules (incitations)

0,6

Total

4,7 g/km

Cette évolution moyenne, déclinée sur deux modèles de la gamme Renault, a un impact direct sur l'augmentation du poids et de la consommation :

 

Mégane 1 > Mégane 2

Clio 1 > Clio 2

Sécurité

+ 51 kg (1)

+ 62 kg

Dimensions

+ 36

+ 10

Acoustique

+ 20

+ 18

Prestations client

+ 25

+ 21

(1) Rappel

+ 10 kg

+0,9 gCO2/km

· Allumer les phares en plein jour : sécurité contre effet de serre ?

A l'exemple des pays du nord de l'Europe ou de la Hongrie, la France a récemment expérimenté, pour des raisons de sécurité routière, l'allumage des feux de croisement en plein jour. Cette mesure avait pour but, en facilitant la visibilité des véhicules, d'éviter des collisions sur la route, donc des blessés et morts supplémentaires. Mais une telle mesure, a priori favorable en termes de sécurité routière, était-elle neutre en termes de consommation et donc de production de gaz à effet de serre et de réchauffement climatique ?

A bord des automobiles, le courant électrique est fourni par un alternateur qui est entraîné par le moteur et qui transforme l'énergie mécanique en énergie électrique. L'alternateur est classiquement constitué d'un rotor, entraîné par le moteur, en fait un électroaimant, qui tourne au centre d'un stator, un anneau fait de bobinage de cuivre. Le mouvement de rotation du rotor produit un champ magnétique qui permet la production d'électricité et recharge la batterie. Cependant, plus l'énergie électrique demandée est importante, plus l'alternateur est sollicité. Le champ magnétique freine les mouvements du rotor de telle sorte que pour fournir plus d'électricité, il faudra plus d'énergie et donc plus de carburant à vitesse constante.

Ainsi, mécaniquement, l'allumage des feux entraîne une surconsommation. Celle-ci est toutefois difficile à estimer précisément car elle varie en fonction du carburant et des besoins électriques du véhicule. Selon l'ADEME, elle varierait de 0,09 litre aux 100 km pour un diesel à 0,3 litre pour fournir 100 Watts. Valeo donne une estimation moyenne de 0,2 l/100 km9(*).

Plus généralement, c'est l'ensemble des dispositifs de sécurité ou de confort, paraissant aujourd'hui indispensables, qui nécessite une puissance électrique toujours plus importante à bord des véhicules : feux de croisement 110 W, projecteurs anti-brouillard 110 W, lunette arrière chauffante 200 W, calculateurs du moteur et pompe électrique de carburant 250 W, chauffage additionnel électrique 1.000 W10(*).

* 9 Chiffres cités par Science & Vie, sept. 2005, p.132-133.

* 10 Mémento de technologie automobile Bosch 2002.