Allez au contenu, Allez à la navigation

29 avril 1999 : Enseignants - Mieux gérer, mieux éduquer, mieux réussir ( rapport de commission d'enquête )

 

Retour Sommaire Suite

2. Les conséquences pour les concours de droit commun : une rupture du principe d'égalité

Votre commission considère qu'une titularisation par trop systématique des maîtres auxiliaires, par la voie de concours spéciaux, est de nature à porter atteinte, à la fois au principe d'égalité entre les candidats et même au principe du concours comme voie de recrutement dans la fonction publique.

En effet, chaque candidat est également admissible "  à toutes dignités, places et emplois publics, selon sa capacité, et sans autre distinction que celle de ses vertus et de ses talents ". Ce principe est affirmé par la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, repris à l'article 19 de la loi n°84-16 du 11 juin 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l'Etat.

Il est légitime de se demander si la multiplication de concours plus ou moins exigeants au bénéfice des maîtres auxiliaires, ne donne pas à ces derniers un avantage injustifié sur les candidats aux concours " externes ".

Les concours, spécifiques ou réservés ne comportent en effet que deux épreuves sous la forme d'oraux. Ces épreuves portent sur des programmes nettement moins lourds que ceux des concours externes et s'appuient essentiellement sur l'expérience professionnelle des maîtres auxiliaires qui bénéficient par ailleurs d'une préparation spécifique.

La circulaire n°91-035 du 18 février 1991 a ainsi pour objet d'aider les maîtres auxiliaires à préparer les concours de recrutement. Elle prévoit notamment que : " dans chaque académie, une aide efficace doit être apportée à la préparation aux concours. (...) Il est possible d'imaginer des dispositifs très variés : enseignement à distance, télé-enseignement universitaire et formations universitaires, supervision de travaux par un collègue, regroupement de candidats, etc... ".

Les maîtres auxiliaires disposent donc de certaines facilités et de l'expérience de personnels enseignants pour préparer dans les meilleures conditions des concours très simplifiés.

En outre, comme il a été vu, le réemploi systématique des maîtres auxiliaires à la rentrée 1997 s'est traduit par un accroissement des surnombres fonctionnels.

Comme l'indiquait le directeur des personnels enseignants au ministère de l'éducation nationale devant la commission, ces surnombres contribuent à restreindre le nombre de postes ouverts aux concours externes dans les disciplines excédentaires, et donc tendent à pénaliser les étudiants qui se préparent à ces concours.

La commission considère donc qu'une politique sans doute trop bienveillante, et quelque peu systématique de titularisation des maîtres auxiliaires est de nature à porter atteinte au principe de l'égalité des candidats aux concours, et qu'elle a pour conséquence un surcalibrage des concours externes qui tend à entretenir le volant de surnombres titulaires dans certaines disciplines.

Elle souhaiterait donc que les modalités des concours réservés aux maîtres auxiliaires ne privilégient pas seulement l'expérience de l'ancienneté, mais permettent aussi de s'assurer de la qualité des candidats et ne portent pas atteinte au principe d'égalité d'accès à la fonction publique.

Retour Sommaire Suite