Allez au contenu, Allez à la navigation

29 avril 1999 : Enseignants - Mieux gérer, mieux éduquer, mieux réussir ( rapport de commission d'enquête )

 

Retour Sommaire Suite

B. LA FIN DES MAÎTRES AUXILIAIRES : UNE FICTION ?

1. Les perspectives de titularisation par voie de concours spécifiques

Depuis 1995 ont été créés des concours spécifiques, en plus des concours internes et externes existants, afin de faciliter la titularisation des maîtres auxiliaires. Ces concours simplifiés ne comportent que deux épreuves orales d'admission et ont permis à 4.295 maîtres auxiliaires d'être titularisés.

Par ailleurs, la loi du 16 décembre 1996 relative à l'emploi dans la fonction publique et à diverses mesures d'ordre statutaire, dite " loi Perben ", a prévu la mise en place de concours réservés aux agents non titulaires. Son article premier dispose que les concours réservés ne peuvent être ouverts aux maîtres auxiliaires candidats à la titularisation que " pour une durée maximum de quatre ans à compter de la publication de la présente loi ".

Afin de tenir compte de leur profil, les épreuves (une épreuve orale d'admissibilité, suivie d'une épreuve orale d'admission) s'appuient essentiellement sur l'expérience professionnelle des candidats.

Pour la session 1998, 3.300 postes ont été ouverts aux concours réservés, soit 600 de plus qu'à la session précédente. En deux ans, 5.000 maîtres auxiliaires ont intégré la fonction publique par la voie de ces concours réservés.

Le tableau ci-après récapitule le nombre de maîtres auxiliaires qui ont pu être intégrés dans la fonction publique par la voie des concours spécifiques et réservés :


Année des concours

Nombre de maîtres auxiliaires lauréats

Évolution

1993

3 672

nd

1994

3 945

7,4 %

1995*

4 388

11,2 %

1996

4 286

-2,3 %

1997**

6 323

47 %

1998

5 524

-12 %

1999 (au 1er mars)

5 159

- 6,6 %

* (année de création des concours spécifiques)
** (année du premier concours réservé)


La direction des affaires financières du ministère de l'éducation nationale estime qu'à la rentrée 2000 il ne restera que 16.000 maîtres auxiliaires non titularisés. Les concours spécifiques et réservés auront donc permis une nette accélération des titularisations qui concerneront en 2000 40 % des maîtres auxiliaires réemployés en 1997.

Une telle politique de titularisation n'est cependant pas sans conséquence pour les concours de recrutement externes et pour leurs candidats.

Retour Sommaire Suite