Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Comptes rendus > Compte rendu intégral


SEANCE DU 13 JUIN 2001


M. le président. Par amendement n° 1, le Gouvernement propose d'insérer, après le texte présenté par l'article 5 pour l'article L. 1773-9 du code général des collectivités territoriales, un article additionnel ainsi rédigé :
« Art. L. 1773-10. - Les articles L. 1615-1 à L. 1615-10 sont applicables à Mayotte, sous réserve des dispositions de l'article L. 1781-3. »
La parole est à M. le secrétaire d'Etat.
M. Christian Paul, secrétaire d'Etat. Cet amendement a pour objet de remédier à une difficulté résultant de la première lecture à l'Assemblée nationale.
Cette dernière a retenu le principe d'une éligibilité au fonds de compensation pour la TVA sans perception de la TVA elle-même, alors que le code général des impôts ne s'applique pas sur ce territoire. Cela constituerait donc, au bénéfice des collectivités territoriales, une compensation d'une charge qu'elles ne supportent pas dans les faits.
L'amendement que je vous propose vise à corriger cette anomalie et à conditionner l'éligibilité au FCTVA des dépenses d'équipement réalisées par les collectivités territoriales de Mayotte à l'application effective de la TVA à Mayotte. C'est, d'abord, une question de cohérence et, ensuite, une application simple du principe de bonne gestion. Bien évidemment, il s'agit non pas de remettre en cause le principe d'éligibilité de Mayotte à ce dispositif, mais bien au contraire de le renforcer en conditionnant l'effectivité de cette compensation à la mise en oeuvre de la TVA à Mayotte.
Cet amendement ne provoque en rien, je veux le répéter, un désengagement financier de l'Etat à Mayotte puisque la situation résultant de la première lecture à l'Assemblée nationale a abouti, concrètement, à proposer la compensation d'une charge qui n'existe pas. Il s'agit simplement de la mise en cohérence d'une disposition que rien ne justifie.
M. le président. Quel est l'avis de la commission ?
M. José Balarello, rapporteur. Comme l'a indiqué M. le secrétaire d'Etat, les mesures proposées visent à subordonner l'éligibilité au FCTVA des communes et de la collectivité départementale, c'est-à-dire du conseil général, à la mise en application de la TVA, qui devrait intervenir au 1er janvier 2007. Or, en première lecture, à l'Assemblée nationale, ont cependant été adoptés, sur l'initiative de MM. Henry Jean-Baptiste et Jacques Floch, deux amendements prévoyant l'éligibilité au FCTVA des communes de Mayotte, par le biais du fonds intercommunal de péréquation, à l'article 35 du projet de loi, ainsi que de la collectivité départementale de Mayotte, à l'article 19 du projet de loi, sans réserve temporelle d'application.
Nous rappellerons qu'en l'absence de TVA la Guyane est déjà éligible au FCTVA, qui s'apparente désormais principalement à une aide à l'investissement.
C'est la raison pour laquelle la commission émet un avis défavorable sur cet amendement.
M. le président. Personne ne demande la parole ?...
Je mets aux voix l'amendement n° 1, repoussé par la commission.

(L'amendement n'est pas adopté.)

ARTICLES L. 1774-1 ET L. 1774-2 DU CODE GÉNÉRAL
DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES





Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat
Recherche | Liste de diffusion | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Liens | Ameli