Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

B-UN FORT RALENTISSEMENT DU RYTHME DE CROISSANCE DEPUIS DEUX ANS

1-Les déboires du secteur aéronautique

Les difficultés de Boeing sont pour beaucoup dans la crise économique qui affecte actuellement le Washington. Les causes en sont connues : le choc subi par l'économie américaine à compter du second semestre 2000 s'est aggravé à la suite du 11 septembre 2001, avec des conséquences particulièrement rudes dans le domaine du transport aérien. A ces événements conjoncturels, il faut ajouter une concurrence croissante de l'Européen Airbus, aujourd'hui en passe de dépasser son rival américain.

La production de Boeing est passée de 527 avions commerciaux en 2001 à 381 en 2002. En 2003, Boeing ne prévoit que 280 livraisons, tandis qu'Airbus avance le chiffre de 300. Si ces chiffres sont confirmés, l'Européen dépasserait alors pour la première fois l'Américain en nombre d'appareils livrés. En 2001-2002, Boeing a licencié environ 20 000 personnes dans la région du Puget Sound, en raison de la diminution des commandes. Au cours des quatre dernières années, ce sont au total 40 000 emplois qui ont été supprimés par Boeing. D'après le Conseil de la Prévision économique de l'Etat de Washington, Boeing, ses fournisseurs et ses clients ne pourront pas revenir à la croissance avant 2004. Cette évolution dépendra pour beaucoup de la réussite du nouvel avion commercial qui devrait être lancé prochainement par Boeing. La crise a en effet conduit à un changement de stratégie, dont témoigne l'abandon du projet d'avion à grande vitesse Sonic Cruiser. Le nouvel avion envisagé devrait favoriser des technologies susceptibles de réduire les coûts du transport aérien.

De façon générale, au cours des dernières années, l'image de Boeing comme entreprise symbole de la région a été sérieusement écornée par la décision de déplacer le siège social hors du Washington. Fondée en 1916 près de Seattle, la compagnie était considérée comme un élément du patrimoine historique et identitaire de la région. En mars 2001, la direction de l'entreprise a annoncé ce déménagement, explicitement motivé par la volonté de favoriser la création de valeur pour les actionnaires, en choisissant une ville moins excentrée et économiquement plus porteuse (« business-friendly »)16(*). L'objectif de Phil Condit, Président de Boeing, était aussi de séparer le pôle stratégique de l'entreprise des lieux de production, afin de permettre des décisions plus objectives, en échappant notamment à la pression des syndicats. En outre, Boeing souhaitait consacrer ainsi la diversification de ses activités et son statut de géant de l'aéronautique, au-delà de sa seule activité de constructeur d'avions commerciaux. C'est la ville de Chicago qui fut finalement choisie pour héberger le nouveau siège social de l'entreprise. La décision, qui pourtant ne concernait que 500 salariés (sur les 78 000 alors employés dans le Washington) et ne remettait pas en cause l'implantation industrielle de Boeing près de Seattle, a néanmoins été vécue, par les salariés et par tous les dirigeants et habitants de l'Etat, comme une trahison.

2-Une crise généralisée

En 2000, le produit intérieur brut de l'Etat de Washington était de 220 milliards de dollars17(*), plaçant le Washington à la 14ème place nationale (l'Etat produit 2.2% de la richesse du pays). La 36ème conférence économique régionale du Pacifique nord-ouest (qui s'est réunie en mai 2002) a souligné que le Washington était l'Etat de la région le plus touché par la récession qui a affecté les Etats-Unis en 2001. En août 2002, le taux de chômage du Washington (corrigé des variations saisonnières) était de 7.2%, soit le plus élevé de tous les Etats-Unis. L'Etat avait perdu 50 100 emplois entre août 2001 et août 2002.

De façon générale, l'économie du nord-ouest américain est considérée comme plus cyclique que le reste de l'économie américaine. En effet, cette région est fortement dépendante de la conjoncture extérieure, puisque largement tournée vers l'Asie. 33% des emplois du Washington sont liés aux échanges internationaux. En outre, le ralentissement économique de 2001 a particulièrement affecté les deux secteurs emblématiques du Washington : l'aéronautique d'une part, et les nouvelles technologies d'autre part. Des événements comme le déplacement du siège de Boeing à Chicago et les déboires de Microsoft devant la justice américaine témoignent des difficultés économiques de l'Etat.

Toutefois, comme en Californie et comme aux Etats-Unis en général, la crise a peu affecté les dépenses de consommation, les achats de voiture et les achats immobiliers, ce qui en a limité l'ampleur. La politique économique menée au niveau national a joué un rôle déterminant dans le soutien de la consommation privée au cours des années 2001 et 2002.

Retour Sommaire Suite