Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque SÉNAT-CFCE sur le Caucase (14 décembre 1999)



retour sommaire suite

Débat

Monsieur OUDIN

L'histoire semble en effet redémarrer, comme si nous nous étions arrêtés en 1919. En géostratégie, tout est toujours possible. Les déblocages sont toujours possibles, nous le voyons aujourd'hui. Et je termine en soulignant la place de l'Union européenne. Cela dit, à mon sens, rien ne sera construit durablement sans une entente entre l'Union et la Russie.

Jean RADVANYI

La politique russe reste des plus incertaines. Que sortira-t-il de la crise actuelle et des prochaines élections ?

Monsieur OUDIN

Certes mais elle présente aussi une continuité évidente.

Stéphane YERASIMOS

Il faut en outre voir s'il existe une opposition tranchée entre le projet américain de contournement et la politique européenne. A cet égard, le rôle de la Turquie, qui pourrait faire passer le pétrole sur son territoire, sera déterminant.

Monsieur OUDIN

A mon sens, on ne construit rien à long terme uniquement sur un oléoduc.

Les conflits qui sont en sommeil ou en cruelle activité ne sont-ils pas liés à l'opposition entre la Russie et les Etats-Unis en matière de ressources de la mer Caspienne ?

Stéphane YERASIMOS

Nous en avons parlé. Il y a deux projets à ce jour dont un, américain, qui consiste à mener un contournement, pour le pétrole et le gaz, afin d'éviter de traverser la Russie et l'Iran. Le conflit actuel semble lié à l'émergence de cette ambition, c'est certain. Mais ces projets ne pourraient-ils pas devenir complémentaires dans le cadre d'un réseau d'oléoducs ?

A mon sens, le Caucase méridional est face à un grave problème en matière de coopération triangulaire : 25 % du territoire de l'Azerbaïdjan est occupé à ce jour. Les voies d'accès sont certes en cause pour l'Arménie mais aussi pour l'Azerbaïdjan ! Comment jugez-vous cette tension, notamment dans le cadre du groupe de Minsk ? La France pourrait-elle jouer un rôle ? Par ailleurs, on parle de deux axes quadriparties depuis quelque temps : Russie/Arménie/Grece/Iran versus Etats-Unis, Turquie, Azerbaïdjan et Israël ? Comment évaluez-vous ces deux solidarités ?

Jean RADVANYI

Le groupe de Minsk essaye de résoudre cette tension depuis 3 ans. Alors nous ne pourrons le faire en 3 minutes... En tout état de cause, la Géorgie et l'Azerbaïdjan se sont toujours dites opposées à une modification des frontières. A l'inverse, en Arménie, des forces sociales y pensent. Par ailleurs, avant juillet 1999, le débat sur les axes a été vif aux États-unis, avec notamment un lobby pro-azerbaidjanais et un lobby pro-arménien. Et les pays que vous citiez étaient impliqués, sur des sites Internet par exemple.

                                                                   retour sommaire suite