Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

colloque Russie



retour sommaire suite

Intervention de Christian JACOB

Christian JACOB
Ministre de la Fonction publique

Mesdames et messieurs, c'est pour moi un plaisir particulier de participer à l'ouverture de ce séminaire organisé conjointement par Ubifrance et par la Mission économique de Moscou. Je le fais au nom du gouvernement et en tant qu'ancien ministre des PME, tant le rôle de nos entreprises est important. C'est l'occasion pour moi de retrouver de nombreux amis ; c'est aussi l'occasion de rappeler la volonté du gouvernement français d'apporter son soutien aux nombreux efforts de la Russie, tant dans le domaine politique que dans le domaine économique.

J'apprécie également le fait que les représentants des régions russes nous aient fait l'amitié d'être présents ce matin afin de nous apporter leur témoignage précieux quant à la meilleure façon, pour les entreprises françaises, de nouer des partenariats avec la Russie. Je salue au passage les entrepreneurs français souhaitant approcher la Russie et ceux qui y sont déjà implantés, tous ceux-ci formant l'ensemble de ceux qui innovent et prennent des risques. J'ai déjà eu l'occasion de prendre la mesure de la dynamique exceptionnelle qui anime la Russie et la fait changer de visage. En témoigne la croissance du PIB, qui a crû de 50 % depuis 1998, ou celle de la production industrielle, qui a progressé de 55 % sur la même période. Plus de 400 entreprises françaises sont implantées en Russie, pour un stock d'investissements qui dépasse 2 milliards d'euros. Les projets en cours sont le fait de grandes entreprises mais aussi d'entreprises plus modestes. Leur succès aura certainement valeur de témoignage et d'incitation pour ceux qui s'intéressent à ce marché. La France doit toutefois mieux tirer parti des atouts et des formidables perspectives de développement qu'offre la Russie, puisqu'elle n'y représente que le 6ème investisseur mondial.

La part de marché de la France en Russie a progressé, pour s'établir à un peu plus de 4 %, mais des efforts restent à consentir, notamment en matière d'équipements industriels et d'industries de haute technologie. Nous souhaitons donc que nos entreprises soient plus présentes sur le marché russe. Cela concerne toutes les entreprises, les grandes mais aussi les moyennes et les petites, que nous invitons à constater à quel point la Russie a changé et à saisir les opportunités d'affaires qui existent, à Moscou et dans les nombreuses métropoles régionales. Certes l'accès au marché russe n'est pas toujours aisé et je voudrais souligner que nous sommes très attentifs à la facilitation de ces conditions d'accès. Les opportunités valent assurément que nous poursuivions nos efforts. L'émergence d'une classe moyenne, d'un tissu industriel qui se restructure et d'infrastructures de transport et de communication qui doivent être modernisées, constituent autant de raisons de venir voir ce qu'il se passe en Russie et de prendre notre part, dans les changements à l'oeuvre.

retour sommaire suite